Home Actualité Sagesse du Fâ/Gbédi (3): Le fléau des débiteurs insolvables

Sagesse du Fâ/Gbédi (3): Le fléau des débiteurs insolvables

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

Les commerçants sont souvent victimes de certains clients qui prennent le temps de bien s’endetter auprès d’eux et après, rechignent à solder. Parfois ils vont jusqu’à attaquer (tuer) spirituellement le commerçant pour ne plus le voir réclamer son dû. C’est cette attitude monnaie courante que dénonce le troisième volet du signe ‘’Gbédi’’. Le récit vient du Bokonon Gbèmayomin de Houèto, commune d’Abomey-Calavi.

Recueillis et traduit par Barnabé Yélian KINTOHOU (Coll.)

Autrefois, la femme du Serpent vendait d’un peu de tout. Les animaux allaient souvent acheter ce dont ils ont besoin auprès d’elle. L’achat à crédit n’était pas interdit. Ce qui créera la mort du Serpent. Voici comment :

Le récit a été fait par Bokonon Gbèmayomin de Houèto

La vente prospérait lui. La mésaventure vint quand mère Crabe alla acheter de l’huile à crédit. Après de nombreuses pressions sur cette dernière pour solder, aucun résultat. Mère Crabe était décidée à ne pas payer. Alors elle se rendit chez le un Bokonon. A la suite de la consultation qui révéla le signe Gbédi, des sacrifices propitiatoires furent exécutés. Ce qui lui permit d’avoir désormais deux pinces à la main. Ensuite, le Bokonon la conseilla de se tenir juste à l’entrée de son gîte lorsqu’elle entendra la voix du serpent ou de sa femme venir réclamer leur dû. S’ils entrèrent de force, le plan était de les pincer sévèrement. La femme du Serpent fatiguée de demander la dette implora son mari de l’aider à récupérer son argent. Ce dernier, était craint de tout le monde.

Un jour, au petit matin, le Serpent et sa femme allèrent demander la dette. La Femme se tint à l’écart et indiqua la maison de sa débitrice insolvable. Le mari Serpent entra de force. Malheureusement pour lui, mère Crabe déjà aux aguets le pinça solidement à la tête. Le Serpent, criait, gémissait, se tortillait, … L’écho de ses cris parvenait aux oreilles de sa femme qui se porta sur les lieux. Elle pleura, et supplia mère Crabe de lui laisser son mari avec promesse de l’exonérer de la dette. Mais mère Crabe ne lâcha pas. Un instant après, le Serpent rendit l’âme. Sa femme rentra à la maison et se remaria plus tard.

Leçon : Les commerçants doivent donc savoir vendre à crédit. Et surtout être prudents lorsqu’ils réclament leurs dettes. Aux maris, savoir se mettre au-devant des situations qui engagent vos femmes.

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!