Home Actualité Journée de l’Afrique du 25 mai/ Bénin-Cuba : un trait d’union culturel

Journée de l’Afrique du 25 mai/ Bénin-Cuba : un trait d’union culturel

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

A l’occasion de la Journée de l’Afrique (25 mai, jour de la naissance de l’Union africaine), le Cuba rappelle et célèbre ses liens historiques et valeurs communes avec le berceau de l’humanité à travers le Bénin. L’esclavage aura favorisé en effet, une rencontre entre les deux peuples. La présence active du Vodou jusqu’à ce jour et l’« amalgame identitaire » entre l’Amérique Latine et l’ancien Dahomey sont liées à cette douloureuse histoire que les descendants entendent surpasser pour un monde prospère. Cette année donc, l’ambassade du Cuba au Bénin met la Journée sous le signe du rapprochement des liens.

Journée de l’Afrique, rapprochement des liens entre le Bénin et Cuba

Le 25 mai 1963, est né, ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de l’Union africaine, la seule association à laquelle appartiennent les 55 États du continent. C’est pourquoi, à cette date, la Journée de l’Afrique est célébrée dans le monde et ; à Cuba en particulier, elle constitue une commémoration importante. Les races, les groupes ethniques, la culture, la religion, le courage, la résistance, la solidarité et plus encore, l’Afrique a contribué à notre idiosyncrasie.

Comme tant de latitudes sur le continent, Cuba est étroitement liée à l’un de ses États fondateurs, l’ancien Dahomey, aujourd’hui la République du Bénin, un nom sonore, évocateur d’un vieil empire d’or, de précieux masques et bustes, d’un roi avec le pouvoir de protéger ses sujets, un nom traditionnel, en paraphrasant notre admiratif ethnologue Miguel Barnet.

Miguel Barnet, préside la Commission Cubaine de la Route de l’Esclave et a participé à la première réunion constitutive du Comité scientifique de ce projet, créé par l’Unesco, à Ouidah, la terre sacrée du Bénin. Ouidah a un triste passé de honte et d’humiliation. Des milliers d’esclaves ont été conduits de ses côtes dans des navires négriers vers l’Amérique. Le vaudou, si profondément enraciné dans cette ville, est un riche patrimoine culturel dans des régions de Cuba, d’Haïti et du Brésil. Ouidah a également ouvert ses portes à notre peintre Manuel Mendive, qui a suivi les traces de notre amalgame identitaire.

Les esclaves descendants de Fon, Ewe, Popo, Mahi et d’autres groupes ethniques venaient d’une autre ville sacrée du Dahomey, Allada. D’Allada, est dérivé le mot Arará, un groupe minoritaire à Cuba, en particulier dans la province de Matanzas. Arara fait également référence à la musique, la danse et la religion de ce groupe de personnes. Les conseils d’Arará ont été formés au XVIIe siècle et il existe encore des différences culturelles entre les communautés d’Arará à Cuba qui remontent à l’Afrique (Arará Dajomé, Arará Sabalú et Arará Magino). Le nom Sabalú dérivé de Savalu, une ville au centre du Dahomey, et “Magino” dérivé de Mahi.

La musique d’Arará se caractérise par des styles de percussion particuliers, notamment les tambours, les applaudissements et les percussions corporelles. Les instruments intègrent le ogan (une cloche de fer) qui peut être remplacée par une guataca (lame de houe) et des tambours. Assohonou (Sakpata) est le vodoun ou esprit de combat leader à la fois dans la pratique religieuse et festive des laboureurs cubains. Sa fête patronale est le 17 décembre, l’une des plus étendues du pays ; Il concentre les fidèles, les religieux et le peuple en général pour offrir des vœux de foi ornés d’offrandes, de chants, de danses et de touches en Arara, en criant pour demander la santé humaine.

La présence de la règle d’Arará d’origine dahoméenne rejoint d’autres dénominations et groupes ethniques présents à Cuba tels que la Règle d’Osha ou la Santeria d’origine yoruba, la Règle de Palo Monte d’origine bantoue et la Règle d’Enklori Enyeni Abakúa d’origine Calabarienne.

Aujourd’hui, plusieurs institutions vénèrent la culture, l’héritage et la religion africaine à Cuba. Le Musée de la Route des Esclaves à Matanzas et la Casa de Africa, la Maison de l’Afrique à La Havane en sont des exemples.

À Cuba, une partie de cette Amérique Noire qui Te doit beaucoup, Afrique ; nous célébrons chaque année Ta journée avec des événements et des fêtes. La pandémie qui sévit dans le monde aujourd’hui limite, mais n’empêche, de t’honorer … Nous continuerons avec Toi, aujourd’hui et toujours …

Ambassade de Cuba au Bénin

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!