Home Actualité Appel à assistance sur les réseaux sociaux : Le Masm met en garde les auteurs et indique la voie

Appel à assistance sur les réseaux sociaux : Le Masm met en garde les auteurs et indique la voie

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

Des images, sur les réseaux sociaux, de personnes dites ”indigentes” sur le lit d’hôpital appelant au secours le gouvernement. Une pratique monnaie courante en méconnaissance des textes qui protègent l’image et les données à caractère personnel en République du Bénin. Le ministère des Affaires sociales et de la microfinance a apporté, mercredi 8 juillet, des clarifications sur le mécanisme d’assistance aux personnes indigentes dans les hôpitaux du Bénin et fait des rappels à l’ordre.

Par Raymond FALADE

Cette conférence de presse a été animée par Geneviève Arawo, Directrice départementale des Affaires sociales et de la microfinance du Littoral en présence de Noah Agbaffa, Conseiller technique du ministre et de certains chefs de services sociaux spécialisés des hôpitaux.

Les appels habituellement lancés via les réseaux sociaux pour demander des soutiens financiers au profit de certains patients en souffrance dans les hôpitaux, est le premier sujet abordé par la Directrice départementale des affaires sociales et de la microfinance du Littoral. Pour Geneviève Arawo, le constat est que pour convaincre les personnes de bonne volonté et l’opinion publique, des images de patients dans des conditions de détresse sont postées sur les réseaux sociaux par des individus ou organisations. Ceci en méconnaissance totale des textes qui protègent l’image et les données à caractère personnel en République du Bénin.

La récurrence de ce phénomène, a amené les autorités à faire le constat que de plus en plus, ces appels sont lancés par des individus malintentionnés dans le seul but d’utiliser l’image des patients pour escroquer les personnes de bonne volonté. Au nom du ministère des Affaires sociales et de la microfinance, Généviève Arawo a fait des mises en garde à l’endroit des personnes malintentionnées qui s’adonnent à cette pratique et aux organisations non gouvernementales qui s’écartent de leurs missions pour verser dans du sensationnel sur les réseaux sociaux. Pour elle, l’objectif de cette sortie médiatique n’est pas de décourager les structures et les personnes qui accompagnent spontanément l’État dans cette mission de solidarité et de soutien aux personnes en situation difficile dans les formations sanitaires. Au contraire, « Elle vise plutôt à mieux les éclairer et les orienter afin que leurs efforts et sacrifices au profit des citoyens en difficulté ne servent plus à nourrir des individus dont les moyens de subsistance proviennent des dons collectés ou à faire fonctionner des Ong ».

Pour réussir sa mission de solidarité nationale, poursuit Généviève Arawo, le ministère des Affaires sociales et de la microfinance a mis en place un mécanisme de fonctionnement qui permet de rapprocher l’administration des populations et de leur offrir en temps réel, l’assistance qu’il faut en cas de besoin. A cet effet, 85 Centres de promotion sociale (Cps) sont répartis dans les 77 communes du Bénin à raison d’au moins un centre par commune. De plus, le ministère des Affaires sociales et de la microfinance a également des démembrements dans les hôpitaux du Bénin, a-t-elle ajouté. Les services sociaux en milieu hospitalier sont au cœur de la gestion du Fonds sanitaire des indigents logé au ministère de la Santé et annuellement octroyé par l’État.

Comprendre le mécanisme

Selon les termes du mécanisme de ce fonds, dès qu’un malade indigent est identifié comme tel, il bénéficie de certaines prestations médicales.

Alice Guidigbohoun Avodagbe, Chef du service social du Cnhu/Hkm a indiqué que la plupart des cas généralement évoqués sur les réseaux ne sont pas inconnus des services sociaux. Souvent, déplore-t-elle, les procédures sont en cours pour leur prise en charge quand les images sont découvertes sur les réseaux sociaux. Le ministère des Affaires sociales et de la microfinance ne donne pas de l’argent en espèces mais travaille en intelligence avec les médecins traitants pour la prise en charge des différents frais a-t-elle insisté.

Pour finir, la Directrice départementale des Affaires sociales et de la microfinance a invité les Ong, la société civile, les donateurs et toute personne de bonne volonté désireux d’appuyer des cas sociaux en situation difficile dans les hôpitaux à toujours se rapprocher des services sociaux spécialisés des hôpitaux ou des centres de promotion sociale de leur localité respective pour être mieux orientés.

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!