Home Actualité Dah Aké Oundjèglo à propos de ”Axiwlawla’’ « Les Jumeaux quêtent toujours dans un marché, jamais dans les bars, buvettes et au bord des voies »

Dah Aké Oundjèglo à propos de ”Axiwlawla’’ « Les Jumeaux quêtent toujours dans un marché, jamais dans les bars, buvettes et au bord des voies »

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

Sommes-nous définitivement à l’ère de la contrefaçon et du faux ? Tout porte à le croire. Aucun domaine n’est épargné par le danger. Même le sacré en fait les frais où des individus revêtent l’habit du religieux vénérable pour assouvir leurs propres intérêts égoïstes. S’il est une pratique traditionnelle authentique bien codée et ayant sa valeur spirituelle, le rituel communément appelé Axiwlawla est pris en otage par des malintentionnés. Pagnes blancs noués à la taille, panier recouvert sur la tête, pieds nus sous le soleil, ils sont rencontrés de plus en plus au bord des voies, dans les bars et buvettes, en train de quémander de l’argent au nom des Hoxo (Jumeaux). Dah Aké Oundjèglo, roi des jumeaux explique ce qu’il devrait en être de ce rituel et appelle les autorités à traquer les faussaires.

Propos recueillis par Sêmèvo Bonaventure AGBON

 

Bénin Intelligent : Vous êtes mécontent. Le rituel Axiwlawla ne devrait pas se pratiquer tel que vécu de nos jours. En principe il se fait forcément dans les murs d’un marché et jamais aux abords des voies ou dans les buvettes et bars.

 

Dah Aké Oundjèglo : Le rituel Axiwlawla est une demande que font les jumeaux eux-mêmes en indiquant obligatoirement le marché dans lequel il se fera. Mais ce qui se passe aujourd’hui, où on rencontre des gens en train de « mendier » au nom des Hoxo me suffoque. Je ne suis plus un enfant dans l’existence. Je n’avais jamais connu cette pratique ainsi. Mais certains le font et cela ternit sérieusement l’univers des Jumeaux. Les Hoxo ne sont pas des déités de pacotilles. Ils sont dignes de vénération et de révérence. Hélas ! aujourd’hui, certains entachent leur réputation en mendiant dans les bars, buvettes, au bord des voies au point que les Hoxo n’ont plus un lieu fixe où quêter, pourrait-on penser.

 

LIRE AUSSI: Après la naissance des jumeaux : « fermer le trou », une obligation ?

 

En agissant ainsi, ces individus profanent le pays. En effet, le Bénin est assis sur les Hoxo. Il n’y a pas de famille dépourvue de Hoxo au Bénin. Donc en « mendiant » prétendument au nom de ces divinités tutélaires du pays, ils portent entorse non seulement à la réputation des Hoxo mais aussi ils offensent la nation dont la force repose sur ces derniers. Quand on essaie de leur faire entendre raison, ils insultent. Ils ont des associations maintenant un peu partout. Ce n’est pas sérieux ni normal. C’est pourquoi nous mettons la presse à profit pour la sensibilisation. On doit supprimer cette vilaine pratique, cette contrefaçon. Les Jumeaux-Hoxo quêtent toujours dans un marché, jamais dans les bars, buvettes et au bord des voies. Si les Hoxo indiquent le marché de Cococodji et que tu outrepasses pour aller le faire à Dantokpa, l’effet escompté ne sera pas obtenu.

Mais ne faudrait-il pas voir les choses autrement ? Les temps ont changé et beaucoup vendent aujourd’hui aux bords des voies. Ce qui n’était pas le cas autrefois. Ne peut-on pas intégrer cette nouvelle réalité des mini-marchés de boutiques, étalages… qui s’animent sensiblement aux abords des voies ?

Aucun marché ne s’anime le long des voies. On ne considèrera jamais ceux qui vendent aux bords des voies comme constituant un marché. Même si les gens vendent de plus en plus et facilement aux bords des voies, cela n’empêche guère que chaque localité ait son marché reconnu comme tel. Womè a par exemple le sien dénommé « Saint Benoît ». L’opération de libération des espaces publics, trottoirs, etc. montre même que ces vendeurs sont en infraction. Il n’y a pas de marché qui s’anime au bord de la voie. Même si c’est deux personnes qui animent un marché établit comme tel et que les Hoxo t’y envoient, c’est largement suffisant. Tu peux y rencontrer une seule vendeuse de pain, c’est suffisant. Mais aller jusqu’à importuner les gens dans les bars, buvettes sous prétexte que les Hoxo leur demande la quête, c’est de l’arnaque.

 

Qu’est-ce qui peut conduire les Hoxo à prescrire le rituel Axiwlawla ?

 

C’est quand les échecs ou épreuves se succèdent. Tout devient ténèbres autour de soi que les Hoxo de la personne, réincarnés ou non, ou ceux de sa famille peuvent le lui indiquer. Axiwlawla ne vient jamais d’un bon vouloir, d’un hasard ou d’une précipitation. Aussi, c’est toujours à travers Fâ que les Hoxo le font savoir. Lors du rituel, un public hétérogène (aveugle, femme enceinte, Vodunsi, chrétien, musulman, ou n’importe qui) sera invité à déposer une offrande dans le panier qui sera enfin apporté aux Hoxo demandeurs. Eux, l’exploiteront pour délivrer/réhabiliter le malheureux. D’où Hoxo est une divinité réceptacle.

Dans le panier toutes les autres forces ou vibrations y mettent un peu. Donc Axiwlawla ne s’improvise pas. Les Hoxo peuvent aller jusqu’à désigner la personne qui fera le rituel. Ils peuvent indiquer leur mère. Si tu es désigné, quel que soit ton statut ; tu peux être hyper riche ou fonctionnaire, tu le pratiqueras. Le refus peut te porter malheur. C’est symbolique et c’est toujours à l’issue de la consultation de Fâ.

 

LIRE AUSSI:

 

Vous exhortez alors les autorités à divers niveaux à interdire cette anarchie.

 

Cette contrefaçon de la tradition porte malchance aux père et mère de Jumeaux et tous ceux qui sont sous leur signe ou protection. Quand en sortant de chez eux, ils rencontrent des individus quémandant dans les bars ou aux bords des voies au nom des Hoxo, ce n’est pas bien pour eux. Nous souhaitons vivement que les autorités mettent fin à ce folklore. On peut voir des gens en train de faire ce rituel dans un marché ; là ça ne gêne pas.

 

Même si l’accomplissement de ce rituel est proscrit dans les endroits ou espaces inappropriés que vous énumérez, qu’est-ce qui nous rassure que même le faux ne peut se faire au marché ?

 

Celui qui souffre et à qui Axiwlawla a été prescrit à l’issue d’une consultation de l’oracle, quand on le voit on le reconnaît. Un signe distinctif les accompagne. Mais les faussaires font du théâtre ; il y en a qui sont même agressifs, irrespectueux, agités. Moi-même je les ai rencontrés plusieurs fois.

 

Votre titre « Roi des jumeaux », est spécial dans l’univers royal du Bénin. Parlez-nous-en ?

 

Les jumeaux m’ont investi d’une mission que j’accomplis depuis le 10 décembre 2016. De Bokonon à « Roi des jumeaux », il ne s’agit pas d’un titre autoproclamé. Avant d’en arriver là, tout est parti d’un sacrifice que les Hoxo de la mer m’ont demandé. Alors j’ai fait appel aux Mamisi (adeptes de la divinité Mami). Le jour où ils sont allés offrir ledit sacrifice, un géant poisson nous a rencontrés sur la plage vers deux heures du matin. Cette vie aquatique et moi, nous nous sommes dévisagés et avons discuté longuement. Pris de peur, mes accompagnateurs avaient fui ; je suis resté seul et j’ai réussi à maîtriser le poisson. Il a fallu après la force mutuelle de sept personnes pour le tirer jusqu’à la terre ferme. De retour, Fâ a été consulté. Par son entremise les Hoxo signifiaient qu’ils m’ont choisi comme leur Roi. Vous savez que dans le bon vieux temps, l’accès au trône doit être marqué par un haut fait, une démonstration de capacité et de pouvoir d’où le roi tire son nom fort. Tel est le sens de la scène avec le Poisson qui n’a pas été consommé. Nous l’avions déposé un bon moment dans une poissonnerie.

Au départ nous avions voulu le consommer mais des sages m’avaient incité à consulter d’abord Fâ à propos. À travers le Fa-Dù (signe) révélé, le Poisson disait qu’il ne pouvait être consommé mais enfoui sous l’autel des Hoxo. Ce que nous avons fait à Azohouè Aliho sur un espace de 7ha qui deviendra le « Temple sacré des Hoxo ». Voilà d’où est sorti mon titre de « Roi des Jumeaux ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!