Home Actualité Demande d’allocations universitaires : Les exigences et le processus de soumission

Demande d’allocations universitaires : Les exigences et le processus de soumission

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
4 Commentaires

Les étudiants disposent de moins de trois mois pour enregistrer leurs demandes d’allocations universitaires. Le Directeur des bourses et aides universitaires (Dbau), Maxime Moïse Agbodandé a donné le top en annonçant l’ouverture de la plateforme y consacrée, lors d’une conférence de presse, lundi 15 novembre à Abomey-Calavi.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

La révolution dans la soumission des demandes d’allocations universitaires se poursuit depuis 2019. Tout se fait désormais sur la plateforme bourses.enseignementsuperieur.gouv.bj « Chaque année la plateforme est ouverte sur une période donnée pour enregistrer les demandes », a rappelé le Dbau. Après Conformément à cette tradition, le top est donné au titre de la rentrée 2021-2022. Après l’année dernière où 26384 dossiers ont été soumis, les étudiants sont appelés à formuler leurs demandes du lundi 15 novembre 2021 au lundi 7 février 2022. La plateforme sera fermée « rigoureusement et strictement » après ce délai.

La soumission d’une demande d’allocation doit intervenir après l’inscription dans l’une des quatre universités publiques du Bénin. A cet effet, « La plateforme est dotée d’un système de filtrage qui permet de reconnaître à partir des informations, l’in put si le demandeur est effectivement un allocataire inscrit dans une université publique au Bénin. Si ce préalable de s’inscrire dans une université n’est pas rempli, la plateforme à un niveau donné ne vous permet plus d’évoluer dans le processus de demande des allocations d’études universitaires », a indiqué Maxime Moïse Agbodandé. Cela induit comme exigences de s’inscrire nécessairement ou valider son inscription, avoir le statut d’étudiant avant de chercher à faire la demande d’allocation en ligne ; faire la demande dans le délai requis ; et enfin, être très attentif à toutes les informations fournies sur la plateforme. « Éviter les écueils », a-t-il prévenu. Par exemple, il « vérifier les informations sur les fiches d’inscription. En cas d’erreur, retourner les corriger auprès de l’université concernée ».
Sur la plateforme, il faudra d’abord s’inscrire, c’est-à-dire créer un compte d’utilisateur (nom et mot de pass) avant d’avoir accès aux autres services. Cette étape franchie, l’usager verra affiché le tableau de bord. Le premier formulaire renseigne entre autres le numéro matricule, la date de naissance et le diplôme de base (bac ou autres ; numéro de table, année d’obtention…). « Les éléments insérés sont analysés automatiquement », a précisé le présentateur. Ainsi, a-t-il prévenu, « Il faut qu’on retrouve le demandeur dans la base de données d’une université avant qu’il ne puisse continuer », a-t-il rappelé. Le deuxième formulaire, quant à lui, amène à renseigner notamment le Relevé d’identité bancaire (Rib). « Ce document doit appartenir à l’étudiant et non à emprunter à un ami, un parent, un cousin, ou un proche », a martelé le Dbau. Sinon, « Les étudiants vont attendre longtemps une allocation qui ne viendrait jamais si ceux dont ils empruntent les comptes bancaires ne sont pas de bonnes foi parce que l’argent ira dans leurs comptes. ». Au total, trois formulaires à acquitter en cinq à dix minutes, a-t-il récapitulé. La plateforme permet également de se rattraper, en soumettant une demande d’allocation qu’on a manqué de faire une année antérieure.

Appel

Avec la plateforme bourses.enseignementsuperieur.gouv.bj, faire une demande d’allocation universitaire devient aisé. Jadis, la tâche était compliquée avec les déplacements de foule vers la Direction. Désormais, « l’allocataire peut à n’importe quel moment et de n’importe où faire sa demande à l’aide d’un ordinateur ou téléphone connecté », a salué Maxime Moïse Agbodandé. Ainsi, « La plateforme permet de maîtriser les effectifs d’allocataires. Le traitement étant automatisé et très accéléré ». Logiquement donc, plus de dossier physique à recevoir des étudiants, comme depuis 2019. Avant, a-t-il rappelé, huit pièces administratives légalisées sont réclamées. Un peu « amer », le Dbau a fait observer que la plateforme a été ouverte quatre fois de suite l’an dernier. « Si neuf mois après on continue d’enregistrer les demandes en ligne, quand est-ce que les allocations seront payées avant la fin de l’année ? Il y a problème ; et le problème, ceux qui les créent, ce sont les retardataires ». Cette année, il a invité les étudiants à la diligence. En cela, il dit compter sur la collaboration, l’appui et la sensibilisation des présidents de Bureau d’union d’entité (Bue). Il « souhaite vivement » que tout aille bien dans ce processus.

Lire aussi

4 Commentaires

GBEGONNOUDE juin 16, 2022 - 11:35 pm

Led retardataires ont-ils encore une chance de reçevoir leur argent ?

Repondre
Gbehoun janvier 31, 2023 - 9:48 am

Salut, svp je me suis inscrit dans une école (ENEAM) à titre partiellement payant mais je sais pas si je peux faire la demande d’allocation

Repondre
AGOLI-AGBO fidélia sènan février 25, 2023 - 2:51 am

Moi je suis étudiante j’étais pas informé de l’ouverture de cette plateforme, comment je peux faire pour bénéficier de mon allocation maintenant que le site est fermé ?

Repondre
Roufai onlyatou mai 14, 2024 - 6:42 pm

Je suis étudiante en licence 2 j’étais pas informé de l’ouverture du compte. Svp comment faire pour bénéficier de mon allocation ?

Repondre

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!