Home Actualité Nouveau gouvernement : « Le Br n’est pas perdant », Dr Kingnidé Paulin Akponna
Gouvernement

Nouveau gouvernement : « Le Br n’est pas perdant », Dr Kingnidé Paulin Akponna

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

Le chef de l’État Patrice Talon a procédé lundi 17 avril, à un remaniement ministériel qui a consacré le départ de trois ministres dont deux du parti Bloc républicain. Cela ne suffit pas pour conclure que le président discrimine ou préfère un parti à un autre, rassure Dr Kingnidé Paulin Akponna membre du bureau politique du Bloc républicain. Dans son analyse de la configuration du nouveau gouvernement, il soutient que la préoccupation devrait être plutôt celle de la pérennisation du « modèle de gouvernance que le président Patrice Talon en pionnier, est en train d’implémenter ».

Propos recueillis par Emeric Chabi OKOUPELI

Bénin Intelligent : En tant qu’acteur politique, que vous inspire la nouvelle configuration du gouvernement ?

Dr Kingnidé Paulin Akponna : J’ai deux catégories d’observation par rapport à la nouvelle configuration du gouvernement.

Une observation d’ordre général qui me fait penser au fait que le chef de l’État dans la nouvelle configuration du gouvernement est à la recherche de plus d’efficacité et je note dans sa démarche trois piliers : la stabilité parce qu’il a maintenu la plupart des ministres à leur poste ; le comportement et enfin la compétence et la célérité qu’on observe dans les résultats.

La seconde observation est la cohérence dans le nouveau gouvernement. Quand vous voyez un portefeuille ministériel qu’il cumule avec d’autres, c’est dire qu’il l’a muri et qu’il sait que c’est possible et ceux à qui il les a confié, c’est des gens qui ont fait leurs preuves et qui sont capables de relever le défi.

L’autre chose qu’on peut souligner également c’est la rationalité dans les ressources de l’Etat puisque de 23 ministères nous en sommes à 21 avec un secrétariat d’État. Et parlant du secrétariat d’État on peut dire que c’est la nouveauté dans cette nouvelle configuration du gouvernement qui dénote de la volonté du chef de l’État de mettre en exergue la technocratie. Celui qui a été nommé est un fin connaisseur du domaine. Le chef de l’État a pensé qu’il pourrait apporter son expertise au service du développement du secteur de l’énergie et il n’a pas hésité à lui faire appel.

Justement des portefeuilles autrefois entiers mais aujourd’hui ajoutés à d’autres. Beaucoup pensent au surpoids qui pourrait conduire à l’inefficacité. Vous pensez pareil ?

Non, je ne pense pas pareil. Avant ça vous avez déjà vu la coopération qui a été retirée au ministère des Affaires étrangères au profit du ministère de l’Economie et des finances. Je crois que c’est le souci de cohérence qui anime le chef de l’État. Le souci de rationalité dans l’utilisation des ressources publiques.

Le pays n’est pas un gâteau pour que chacun pense qu’il viendra chercher sa part. C’est ce à quoi on nous a habitués de par le passé où tout le monde veut être ministre pas pour travailler pour le bien commun mais pour renflouer sa poche. Depuis 2016  nous sommes habitués à une dynamique avec le président de la République qui est venu avec son programme d’action, celui de révéler le Bénin. Un programme qu’il déroule avec méthode et rigueur.

Vous avez vu, au lendemain des législatives, plusieurs personnes s’attendaient à une redistribution des cartes au niveau de l’Exécutif pour tenir compte de la nouvelle configuration au niveau du Parlement. C’est une pratique courante qu’on observe partout dans le monde mais pour le président Patrice Talon c’est une question de priorité. Si vous pouvez l’aider en quelque chose dans la réalisation de son programme d’action du gouvernement, que vous soyez membre d’un parti politique ou non, s’il vous reconnais des compétences avérées dans un secteur, il vous fera appel sans tambour ni trompette.

S’il ne trouve pas la compétence au plan national, il sait aller les chercher ailleurs et les preuves sont là. C’est un bâtisseur et il agit comme tel. C’est un pionner qui instaure une gouvernance moderne et qui inspire les autres dirigeants des pays.

Quand on a un président comme ça, on doit savoir qu’il ne fait pas de la complaisance. Et tous les ministres qui sont là chacun dans son secteur joue bien son rôle.

Deux ministres membres du bureau politique du Br, Dona Jean Claude Houssou et Hervé Hêhomey ont été remerciés à l’occasion de ce remaniement. Est-ce à dire que le parti a mal joué dans l’équipe gagnante ou cela confirme-t-il les supputations selon lesquelles le président Patrice Talon a plus de penchant à l’Upr ?

D’entrée, je vous rappelle que la constitution donne la pleine prérogative discrétionnaire au chef de l’État de nommer un ministre ou de démettre un ministre de ses fonctions. Jusque-là, la constitution est pleinement respectée.

Je peux vous dire en tant qu’acteur politique qu’il n’y a pas discrimination. Le Bloc républicain n’est pas perdant. Ce que vous avez oublié de dire c’est que c’est le Bloc républicain qui a porté la candidature du président Patrice Talon, du duo Talon-Talata en 2021. Il est vrai qu’on a reçu un appui venant du parti Union progressiste le renouveau mais c’est le Bloc républicain qui a porté au pouvoir le duo Talon-Talata.

Vous avez aussi oublié de dire que le secrétaire général national du Br, le ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané continue d’être le n°2 du gouvernement chargé de la  coordination de l’action gouvernementale toujours dans le nouveau gouvernement qui vient d’être formé.

Quand on a ainsi une prouesse du genre, avec un chef d’État qui a de la méthode et de la rigueur, la réflexion que les partis politiques doivent commencer par faire, c’est comment est-ce que nous pérennisons ce modèle de gouvernance que le président Patrice Talon en pionnier, est en train d’implémenter ?

Vous avez aussi oublié de dire que le ministre Samou Adambi, de l’eau et des mines a également hérité du volet Energie de plus pour établir cette cohérence d’ensemble dont je parlais plutôt. Quand on regarde ça, et qu’on revient regarder la configuration des forces politiques aujourd’hui au niveau de l’Assemblée nationale, 53 députés pour l’Upr, 28 pour le Br, 28 pour l’opposition et que nous procédons à un calcul dans cette majorité présidentielle, largement majoritaire, le Br ne semble pas être lésé par rapport à sa présence au sein de ce nouveau gouvernement où on compte au moins 7 ministres du parti contre 9 pour l’Upr. Donc en réalité, il y n’a pas discrimination et je voudrais vous dire simplement que la question ne doit même pas se poser en terme de discrimination et par rapport au nombre de représentants des partis politiques dans le gouvernement. Non.

Nous sommes tous des partis politiques qui soutiennent les actions du gouvernement pour réaliser une vision, celle de révéler le Bénin. Et vous et moi sommes tous d’accord aujourd’hui qu’au regard de ce petit bilan que j’ai essayé de faire un peu plus haut, que le Bénin s’est révélé d’abord à lui-même, et au monde. Quand on a ainsi une prouesse du genre, avec un chef d’État qui a de la méthode et de la rigueur, la réflexion que les partis politiques doivent commencer par faire, c’est comment est-ce que nous pérennisons ce modèle de gouvernance que le président Patrice Talon en pionnier, est en train d’implémenter ?

Il ne faudrait pas que d’autres pays viennent regarder sa façon de faire pour continuer à pérenniser cette méthode chez eux pendant que nous qui sommes pionniers, premiers bénéficiaires de cette dynamique, qu’on en reste là après les deux mandats du président.

C’est donc dans cette dynamique que les partis politiques doivent se mettre aujourd’hui. Pour ce qui me concerne personnellement, en tant que membre du bureau politique du Br, moi je me réjouis de cette nouvelle configuration née du dernier remaniement du chef de l’État.

LIRE AUSSI : Sévérin Quenum : «…j’ai été très exigent, quelques fois intransigeant, pour ne pas dire excessif »

LIRE AUSSI : Remaniement ministériel : Talon n’a pas sorti les ministres qu’il faut

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!