Home Actualité Enock Laourou sur Peace Fm : Coproduction de la sécurité, un devoir citoyen
Sécurité

Enock Laourou sur Peace Fm : Coproduction de la sécurité, un devoir citoyen

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

Le contrôleur général de la police Enock Laourou a été reçu mardi 2 mai, sur la radio Peace Fm. L’invité du premier numéro de l’émission ‘’Notre sécurité, ça me concerne’’ a fait le tour des grandes préoccupations des populations en matière de sécurité.

Par Béni AGBAYAHOUN

D’entrée, le directeur de la sécurité publique, contrôleur général de police Enock Laourou a remercié la population pour les efforts qu’elles fournissent déjà « en termes de contribution à la sécurité » pour aider la Police républicaine à mieux jouer son rôle.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Police républicaine a accepté prendre part à ce rendez-vous avec les médias. L’émission qui va être diffusée tous les mardis à 11h sur plus de 60 chaines de radios locales, partenaires de l’institution, ambitionne de faire contribuer les populations à la « coproduction de la sécurité ». « Nous voulons davantage tendre la main à nos populations et parvenir à mieux assurer la sécurité avec leur implication responsable », a professé Enock Laourou.

Cette « implication responsable » de la population passe par la fourniture d’informations et de renseignements aux agents de la Police républicaine. Pour ce faire, il existe un numéro vert, le 166. À travers ce numéro, les populations peuvent joindre le standard niveau du ministère pour communiquer l’information dont elles sont détentrices ou encore signaler une situation pour intervention ou orientation.

« En contribuant, en participant à fournir du renseignement ou de l’information, nous donnons toutes les garanties que les sources chez nous ne se donnent pas »

Enock Laourou a informé aussi qu’il y aura bientôt un second numéro, toujours gratuit mais cette fois-ci « logé au sein de la Police républicaine » et qui pourra répondre des mêmes préoccupations. « En appelant déjà ces deux numéros vous êtes sûrs que les instructions seront répercutées sur l’unité compétente pour gérer le problème que vous posez à l’instant là », a-t-il rassuré.

Certaines populations sont néanmoins réticentes à donner des renseignements à la Police républicaine par peur de représailles. Le contrôleur général de la police a rassuré « les populations qu’en contribuant, en participant à fournir du renseignement ou de l’information, nous donnons toutes les garanties que les sources chez nous ne se donnent pas ».

Par ailleurs, la communication d’information à la Police républicaine peut se faire également sous anonymat. Cette disposition a pour but de rassurer les populations.

L’autre sujet abordé au cours de cette émission, c’est le déploiement des effectifs des forces de l’ordre et de sécurité dans les régions les plus reculées du pays. Le directeur de la sécurité publique a fait savoir que les mesures sont prises pour assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national. En témoigne les récents recrutements lancés de 5 000 et 2 000 agents respectivement au profit de l’Armée béninoise et de la Police républicaine.

La sécurité sur les axes routiers

Des postes de contrôle avec des agents de la Police républicaine, opérationnels de jour comme de nuit sont disposés un peu partout sur les routes. Le directeur de la sécurité publique a expliqué que ces mesures sont prises afin de garantir la sécurité des populations et leur libre circulation à tout instant.
Il a exhorté ceux qui pour une raison ou une autre, se sentent menacés ou remarquent un mouvement suspect sur les axes routiers, qu’importe l’heure, à se rapprocher de l’un de ces postes de contrôle et à se confier aux officiers qui sont sur les lieux pour garantir leur sécurité. Ou à défaut, appeler le 166 pour signaler la menace.

Dans ce premier numéro de l’émission ‘’Notre sécurité, ça me concerne’’, le directeur de la sécurité publique a rappelé que les Forces de défense et de sécurité sont présentes sur toute l’étendue du territoire national et opérationnelles tous les jours sans interruption, de jour comme de nuit afin de garantir la sécurité des populations.

« Notre présence est de renforcer cette sécurité, mais également, notre présence discrète, c’est contrôler que le travail se fait correctement par ce personnel en tenue policière, mais également éviter qu’il n’y ait de rançonnement sur le terrain et de tracasserie », a clarifié Enock Laourou.
Le rendez-vous est pris pour le mardi 9 mai prochain avec le commissaire de première classe Stéphane Agossa, chef service Sécurité publique générale. La thématique qui sera abordée est intitulée « la traversée de la voie publique en toute sécurité »

 

LIRE AUSSI : Nord du Bénin : Les propositions de l’Ong « Médias & Citoyenneté » face aux arrestations de journalistes

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!