Home Actualité Dr Edia Flavien Dovonou : «Pour protéger la biodiversité, il faut décourager les Ogm»
Biodiversité

Dr Edia Flavien Dovonou : «Pour protéger la biodiversité, il faut décourager les Ogm»

Par flat
0 Commentaire

Cette année, la Journée mondiale de la biodiversité porte sur le thème « De l’accord à l’action : reconstruire la biodiversité ». Dr Edia Flavien Dovonou, spécialiste en Management environnemental et enseignant-chercheur à l’Université d’Abomey-Calavi alerte sur les menaces liées aux activités humaines. Il appelle à « décourager les Ogms [Organismes génétiquement modifiés, ndlr] » pour prévenir le problème de conservation du patrimoine génétique.

Propos recueillis par Sêdaminou B. AGBAYAHOUN

 

Bénin Intelligent : Quelle est l’importance de la biodiversité ?

Dr Edia Flavien Dovonou : D’abord il faut dire que la biodiversité, c’est l’ensemble des ressources animale, végétale et génétique que nous avons dans la biosphère, qui est cette couche de la terre à l’intérieur de laquelle la vie est possible parce qu’il y a de l’oxygène.

Alors, la biodiversité animale c’est tout ce que nous avons comme êtres vivants, les êtres vivants animaux qu’ils soient les invertébrés, qu’ils soient les vertébrés, tous ces êtres vivants réunis forment la biodiversité animale. Et la biodiversité végétale c’est tout ce que nous avons comme plante. Que ce soit les plantes inférieures, que ce soit les arbustes, que ce soit les arbres, que ce soit les monocotylédones, que ce soit les dicotylédones tout ça là que nous avons comme végétation, comme plante, comme flore constitue la biodiversité végétale.

Maintenant, il faut parler aussi comme j’ai dit de la biodiversité génétique qui représente l’ensemble du patrimoine génétique, lequel patrimoine génétique est à la base de la diversité des espèces, tant au niveau des espèces animales qu’au niveau des espèces végétales.

Donc sans la biodiversité, nous ne pouvons pas avoir la vie sur la terre, sans la biodiversité, nous ne pouvons pas nous nourrir, sans la biodiversité, nous ne pouvons pas avoir cet ensemble d’êtres vivants que nous avons autour de nous et qui fonctionnent en symbiose et qui participent à l’existence humaine, l’existence de la vie sur la terre.

Quelles sont les menaces liées à la conservation de la biodiversité aujourd’hui ?

Aujourd’hui, la biodiversité est fortement menacée. Elle est menacée surtout par nos activités humaines et je vais vous donner quelques exemples : lorsque vous utilisez beaucoup de pesticides, lorsque vous utilisez beaucoup d’engrais chimiques à la recherche d’un rendement élevé de culture, vous tuez la vie animale dans le sol.

Ne serait-ce que les vers de terre par exemple, cet excès d’engrais chimiques dans le sol les tue. Et une fois les vers de terre tués, ils perdent la fonction qu’ils jouent dans le sol. Vous savez, c’est des invertébrés, c’est des êtres qui sont là et qui creusent des galeries dans le sol. Et les galeries ont pour rôle d’aérer le sol. Donc lorsque vous faites usage de ces produits chimiques abondamment, vous tuez les vers de terre, vous créez un problème à la vie dans le sol. Le sol n’est plus aéré. Et une fois que le sol n’est plus aéré, les microorganismes décomposeurs du sol ont du mal à vivre.

Aujourd’hui, on fait usage abondamment de pesticide. Et ces pesticides, vous savez, ont pour rôle de tuer les bestioles, de protéger les plantes, etc. Mais vous n’êtes pas sans savoir que les oiseaux vivent des invertébrés, les oiseaux vivent des insectes, les oiseaux vivent des criquets, etc. Ces oiseaux, lorsqu’ils sont au contact de ces invertébrés tués par les pesticides, ces oiseaux aussi meurent. Et aujourd’hui, il est démontré que dans beaucoup de nos régions où on fait usage abondamment de pesticides surtout dans le septentrion, vous n’allez plus voir des oiseaux. Les oiseaux disparaissent d’eux-mêmes. Alors la biodiversité est fortement menacée.

Aujourd’hui, lorsque vous prenez nos pratiques de déforestation, où nous déboisons systématiquement sans reboiser, nous portons atteinte à la niche écologique des abeilles. Les abeilles apis mellifica produisent du miel. Vous savez que le miel par excellence c’est le meilleur sucre au monde. Donc lorsque vous détruisez ces forêts, leur habitat écologique naturel, vous perturbez le fonctionnement, la vie des abeilles. Or ces abeilles jouent un grand rôle dans l’équilibre. Ces abeilles participent à la pollinisation. La pollinisation, c’est le dépôt de grain de pollen sur le stigma de la fleur. Et c’est une étape importante pour pouvoir avoir des fruits. Alors vous vous imaginez lorsqu’on va finir complètement de détruire les insectes, de détruire les abeilles, les criquets, il n’y aura plus de possibilité d’avoir la pollinisation. Parce que la pollinisation est assurée, soit par le vent, soit par les insectes.

Lorsque vous portez atteinte à l’existence de ces insectes, c’est que vous empêchez la pollinisation et si la pollinisation n’a pas lieu, vous convenez avec moi qu’il n’y aura pas de fruit. Et s’il n’y a pas de fruit, de quoi allons-nous vivre ? il y aura même à un moment donné, le recule des espèces, des semences. Donc on ne pourra même plus savoir où est-ce qu’il faut trouver les graines pour pouvoir se reproduire.

Quels sont les moyens pour la protection de la biodiversité ?

Pour protéger la biodiversité aujourd’hui, c’est très simple. Il faut limiter la pollution ; la pollution du sol, la pollution de l’eau. Pour protéger la biodiversité, il faut décourager les Organismes génétiquement modifiés (Ogm). Parce que les Ogm en réalité vous permettent d’avoir de bons rendements, d’avoir des fruits résistants, d’avoir des plantes résistantes mais en retour, vous n’avez pas les graines qu’il faut utiliser systématiquement comme par le passé.

Nos grands-parents, nos aïeux avaient conservé le patrimoine génétique. Et c’est pour ça qu’aujourd’hui, quand vous mettez un grain de maïs en terre, ça pousse, quand vous mettez un grain de mil, de sorgho ou de fonio en terre, ça pousse. Mais lorsqu’on va aller à ce stade, ultime de la science où il faut cloner ces espèces-là, où il faut faire développer ces plantes là par des Ogm, il va se poser un problème, le problème de conservation du patrimoine génétique.

Donc c’est un danger pour l’humanité. Alors il faut qu’on fasse vraiment attention et savoir que notre continent, notre pays regorge de beaucoup d’espèces animales et végétales qu’il faut protéger.

Aujourd’hui, les statistiques ont révélé qu’en l’espace de 20 ans, la population des oiseaux a été réduite de 40%. Vous voyez, c’est énorme. Beaucoup d’espèces animales, beaucoup d’espèces végétales sont en train de disparaitre. Et si tout ça la disparait, qu’est-ce que nous allons laisser aux générations à venir ? Donc il faut qu’on fasse très attention parce que nous avons hérité de nos parents une terre habitable et vivable et nous avons la lourde mission de laisser aux générations à venir, une terre habitable et vivable.

Je vous remercie.

 

LIRE AUSSI: Dr Flavien Édia Dovonou : « Les puits transformés en poubelle constituent un danger pour les eaux souterraines »

LIRE AUSSI: Produire du sel à partir de l’eau de mer : Le Docteur Flavien Edia Dovonou dévoile la technique

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!