Home Actualité Orientation budgétaire 2024 : Le gouvernement s’explique face aux députés
Loi des finances

Orientation budgétaire 2024 : Le gouvernement s’explique face aux députés

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

Le ministre de l’Économie et des finances Romuald Wadagni était face aux députés  mercredi 13 juin. La rencontre s’inscrit dans le cadre du débat d’orientation budgétaire qui se tient en prélude à l’étude de la loi de finances exercice 2024, conformément à l’article 59 de la loi organique relative aux lois de finances.

Par B. A.

C’est un bilan plutôt reluisant qu’ont dressé les députés de la Commission des finances et des échanges de l’Assemblée nationale. Selon le rapport, un déficit de 506,4 milliards de Fcfa devrait découler de l’exécution de la loi des finances, gestion 2023 contre 636,8 milliards de Fcfa prévus dans la loi des finances rectificative, gestion 2022.

En termes de perspectives, la politique économique sur la période 2024-2026 devrait être conduite tel que prévu dans le Programme d’action du gouvernement (Pag 2021-2026) et les stratégies du Plan national de développement (Pnd) 2018-2026, et sur la base des acquis du Pag 2016-2021. Aussi, le gouvernement prévoit-il de mettre en œuvre une série de projets et de réformes en vue de l’atteinte des Objectifs de développement durable (Odd), sur ses aspects prioritaires pertinents pour le Bénin, et ce, à travers le budget exercice 2024.

Par ailleurs, les efforts consentis par le gouvernement ces trois dernières années dans l’assainissement des comptes publics et la consolidation budgétaire ont porté leurs fruits. En témoigne le taux de croissance de 6,5% attendue [contre 6,3% et 7,2% respectivement en 2022 et 2021] au regard des orientations économiques du gouvernement et de l’exécution de la loi des finances à fin mars. Des chiffres qui démontrent la résilience de l’économie béninoise qui se remet des effets de la Covid-19 malgré la poursuite de la crise entre la Russie et l’Ukraine.

Le rapport souligne également les progrès liés à la situation financière des établissements publics, des collectivités locales et des organismes de sécurité sociale, progrès rendus possible grâce aux actions du gouvernement. Des mesures sont en cours pour promouvoir les secteurs à fort potentiel dont l’agriculture, le tourisme, l’économie numérique et de l’économie du savoir ; ce qui devrait permettre de renforcer ces progrès. Également, les programmes de filets sociaux vont être renforcés en vue de la réduction considérable de l’impact de la crise économique mondiale sur les populations vulnérables, et par ricochet de la réduction de la pauvreté.

Après étude des documents d’orientation budgétaire 2024, les membres de la Commission des finances et des échanges ont soulevé des préoccupations et formulé des recommandations qu’ils exhortent le gouvernement à prendre en considération dans l’élaboration du projet de loi des finances exercice 2024.

Autres préoccupations

Après la présentation du rapport de la commission, les parlementaires ont salué les efforts du gouvernement face aux diverses crises que traverse le monde. Ils ont ensuite présenté leurs préoccupations au gouvernement. Il s’agit entre autres pour les députés du parti Bloc républicain, de la gestion des subventions destinées au secteur agricole, de l’amélioration des ressources propres des communes, l’accélération du processus de découpage des unités administratives, de la construction de la bretelle Ikpinlè-Adja Ouèrè et la finition des travaux de l’hôpital de zone de Pobè.

Les députés du groupe parlementaire “Les Démocrates” se sont eux, penchés sur la question des dotations liées à l’enseignement et à l’alphabétisation, à la microfinance et à l’eau potable.

Ils ont également évoqué l’impact de la fin de la subvention du carburant au Nigéria sur le Bénin, les raisons de la persistance de la faim malgré les avancées sur le plan agricole, la déconcentration de l’administration et bien d’autres.

Les députés du groupe parlementaire “Union progressiste le Renouveau” ont quant à eux évoqué des questions liées aux infrastructures routières, aux aménagements hydroagricoles et à l’accompagnement des acteurs dans la promotion des filières agricoles. La fiscalité dans les communes, le financement de la formation professionnelle, l’extrémisme violent, le programme de renforcement du désenclavement des communes, la généralisation des factures normalisées sont autant de préoccupations évoquées par les députés de ce groupe parlementaire.

LIRE AUSSI : Projet de loi de finances 2023 : Les députés approuvent à l’unanimité

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!