Home Actualité De l’opulence au scandale, Owo-Lobè se confie
Owo-Lobè

De l’opulence au scandale, Owo-Lobè se confie

Par flat
0 Commentaire

Très aisé d’obtenir le « Ok » de l’homme à la demande d’interview de Bénin Intelligent. A 64 ans, El-Hadj Adam Abibou Owo-Lobè est un infatigable « roi » qui peut entretenir son interlocuteur du soir « jusqu’à demain matin si tu veux ».

La rencontre-discussion aura duré plus de cinq heures d’horloge. Elle est régulièrement perturbée par de longs monologues de l’hôte et des coups de fils téléphoniques du Cameroun au Nigeria en passant par le Bénin et le Sénégal. Depuis Thiès, un proche de l’opposant Ousmane Sonko l’appelle pour l’entretenir des préparatifs de l’investiture du leader du Pastef et sollicite de l’Empereur des prières.

Nous sommes au siège de la ‘’Fraternité mondiale des Ogboni Agborigin’’, éclaboussée en octobre 2021 par une sulfureuse affaire de « bastonnade. L’ « empire mondial » est un immense bloc de trois palais. Déjà la devanture dans toute sa longueur est ‘’gardée’’ par de géantes sculptures religieuses en béton ; christianisme, vodun, islam, bouddhisme…y ont chacun des référents.

De ses accoutrements excentriques à la très pointilleuse décoration et ameublement de son palais, Owo-Lobè baigne dans une opulence glaçante. « La prospérité n’habite pas là où il y a l’insalubrité », assume-t-il.

Derrière l’image du tout puissant « empereur » qu’on lui connait, Owo-Lobè révèle être aussi un agriculteur qui dispose des hectares de champs d’acajou. Il revendique plus de deux milliards de fidèles dans le monde, et plus de six millions au Bénin.

Avant d’ « accéder » au maitre des lieux, le “premier ministre impérial” nous offre une immersion dans « la vie et le combat » d’Owo-Lobè à travers des photographies en couleur, différentes dimensions soigneusement protégées par des vitres.

Les images donnent à revivre, entre autres, la « naissance mystérieuse » de Owo-Lobè, ses voyages officielles et poignées de main avec des chefs d’Etat dont Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (Guinée équatoriale), ses couronnements, distinctions honorifiques et surtout, son opération de « purification de la nature » menée pendant vingt-deux ans, une sorte de traque des sorcières avec l’abattage de nombreux arbres supposés être leur refuge de malfaisance.

Owo-Lobè abhorre particulièrement cette pratique. « Il n’y a pas de sorcellerie blanche. Tous ceux qui ont la sorcellerie finissent toujours mal », déclare-t-il, mettant quiconque au défi de prouver le contraire.

Très consulté ?

Depuis l’arrivée au pouvoir de Patrice Talon, l’empereur Owo-Lobè se fait un peu plus discret. Un style de vie qui tranche aujourd’hui avec l’hyper médiatisation jadis, de ses pèlerinages et séances d’exorcisme. Avant, c’est l’homme qui priait assis au beau milieu de la voie ou qui dansait au milieu de foules excitées…

« Il n’y a aucun souci, le palais se porte bien », rassure Owo-Lobè avec un large sourire. Et de justifier le constat de la discrétion par la crise sanitaire du Covid-19 qui a fait suspendre bien de ses programmes. « La forte médiatisation sous Yayi a changé car aujourd’hui Owo-Lobè n’a plus du temps. Je reçois plus de 200 personnes par jour. Vous avez vu des malades assis là non ? »

Avant de se prêter à nos questions, Owo-Lobè livre un réquisitoire contre les « pasteurs sangsues qui vivent au détriment de leurs ouailles », plaint les jeunes désorientés et déplore le « mélange de la tradition avec la sorcellerie aujourd’hui». Owo-Lobè aime à montrer qu’il est un homme engagé pour la promotion de la paix et très consulté des politiciens.

« Au déclenchement de l’affaire dite de ‘’tentative d’empoisonnement’’, j’ai écrit 53 lettres de demande d’audience à Boni Yayi [l’ancien président de la République, ndlr]. Il n’a pas répondu favorablement et j’ai dû faire une conférence de presse », témoigne-t-il.

 

Bénin Intelligent : Ces derniers temps, beaucoup se demandent où est passé Owo-Lobè ? Ils ne vous entendent plus. Qu’est-ce que vous pouvez leur dire ?

Owo-Lobè : Merci beaucoup. Que Dieu le Tout puissant nous bénisse. Qu’il nous donne longue vie, la paix, la paix du cœur, la paix dans notre vie, la paix dans notre foyer, la paix dans notre service et la paix au Bénin. Santé robuste au chef de l’Etat. Santé robuste à tout le peuple béninois. Ma prière est aussi celle de la prospérité, fécondité et emploi pour les nécessiteux. Au nom de Dieu le Tout le puissant et tous les anges, tous les esprits et tout le pouvoir que Dieu m’a donné, il n’aura jamais et à jamais la guerre au Bénin. Il n’aura jamais et jamais la troisième guerre mondiale.

Je remercie le peuple béninois. Je suis fier d’être béninois. Je sais que les Béninois m’aiment beaucoup et je les aime beaucoup aussi, je les adore. Vous avez vu depuis l’an 2019 nous avons dû suspendre les pèlerinages à cause de la crise du coronavirus. Alors j’ai continué la prière au palais impérial avec tous les fidèles nuit et jour. Chaque deux semaine, on fait la prière pour la nation. On prie pour le Bénin, on prie pour l’Afrique et pour le monde entier. Mais si Dieu le Tout puissant le veut, le grand maître et le grand roi des rois, le pèlerinage de la fraternité Ogboni est en cours. Parce qu’au pèlerinage, les gens bénéficient de beaucoup de grâces.

D’ici quelques jours, je vais annoncer la reprise du pèlerinage parce que moi je ne suis pas dirigé par l’homme ; je suis dirigé par les anges et par le créateur qui m’oriente.

Moi Owo-Lobè, mon conseil aux hommes c’est de ne pas rester dans les coups bas si tu veux être ami avec moi. Ne parle pas en mal de ton prochain. Le reste, si tu es chrétien, il faut aller à l’Eglise. Si tu veux, tu peux aller à la mosquée. Moi je suis musulman. Je suis allé deux fois déjà à la Macque. J’ai envoyé 12 personnes déjà à la Mecque.

Il faut qu’on reste ensemble, qu’on vive ensemble, qu’on mange ensemble pour pouvoir construire chaque pays de l’Afrique, chaque foyer de l’Afrique et chaque famille de l’Afrique. C’est très important.

 

La lutte contre la sorcellerie occupe une place importante dans votre mission. Aujourd’hui, des universitaires, des scientifiques disent que la sorcellerie peut être une force qui contribue au développement de l’Afrique. Que pensez-vous de ce discours qui est contraire au vôtre ?

Sourire. C’est du mensonge. Quel fusil ne tue pas ? Il n’y a pas de sorcellerie blanche bienfaitrice. C’est du mensonge. La sorcellerie ne fait pas quelque chose du bon. Non !

 

Nous avons appris également que vous faites partie de ceux qui ont contribué à l’élection du président Patrice Talon. Que pensez-vous de sa gestion depuis 2016 ?

Si un homme a sa femme à la maison, il ne connait pas la valeur de cette femme. C’est le jour qu’il va aller chercher une autre femme au dehors et qu’ils vont l’attraper et le frapper c’est là qu’il va voir que ce qu’il fait à la maison c’est mauvais.

 

Vous voulez dire que les Béninois ne connaissent pas la valeur du président Talon ?

Oui, c’est cela. J’ai fait avec le président Mathieu Kérékou. Kérékou 1, kérékou 2, Kérékou 3. Le président Talon, il n’y a pas un président qui va faire 5 ans et travailler comme il fait là. Je n’ai pas vu ça. J’ai fait le tour du monde entier sauf si on veut se mentir. C’est quand il va finir qu’on va commencer par chercher les dictionnaires pour cherche les gros français pour le qualifier.

 

Beaucoup lui reprochent d’être dur, d’être trop rigoureux; d’avoir chassé des Béninois du pays et faire emprisonner d’autres. Êtes-vous d’accord avec les opposants qui disent que le président Talon doit faire venir tous ceux-là pour qu’on puisse développer le pays ensemble ?

C’est un truc qui est très simple. Talon est le père de la nation. Un président sait comment il va gouverner son pays pour que, à la fin de son mandat les citoyens lui tirent chapeau. Moi je ne suis pas un politicien. Je suis dans la tradition, je suis un empereur qui dirige des milliers et des milliers de personnes. Je ne fais pas la politique.

Si vous avez un problème avec le président, le père de la nation, c’est à vous de faire les premiers pas. C’est comme un enfant qui a de problème avec son papa. Si tu ne peux pas aller voir ton papa face-à-face, il faut passer par les gens qui peuvent aller parler à ton papa et vous allez régler le problème à l’amiable.

 

Autrement, Owo-Lobè demande-t-il aux opposants d’aller voir le chef de l’Etat ou bien de passer par des personnes ressources pour l’approcher ?

Ah oui ! C’est comme ça que ça se passe. Cela s’est passé au temps du Prpb. Quand c’est arrivé à un niveau donné, Kérékou a dit que la révolution n’est pas un dîner de gala ni un jeu d’enfant. A l’époque ce n’était pas de l’amusement. Mais ils ont bloqué tout le pays. Il n’y avait plus 1f dans le pays.

Les gens volent des casseroles de haricot au feu. Les gens avaient faim. Les fonctionnaires ont fait 7 mois sans salaire. Après, qu’est-ce qu’il faut faire ? S’il passe par ici on lui dit qu’il n’y a pas l’argent. Il faut avoir pitié des présidents de la République. Il n’y a pas un chef d’Etat qui est bon quand il est pouvoir.

 

L’autre tâche que Owo-Lobè s’est donnée c’est la promotion de la paix. Pensez-vous que aujourd’hui, la paix est à notre portée ? Surtout au regard de la situation en Ukraine par exemple ?

La paix est menacée par rapport aux politiciens, je veux parler des politicards. C’est l’intérêt qui guide le monde. On ne met pas la bouche dans ce qui ne nous concerne pas. Maintenant on dit l’Ukraine, il faut balayer d’abord ta maison non ? Quant au Bénin, ce qui me préoccupe c’est comment faire pour que la guerre ne tombe jamais dans mon pays.

 

L’autre sujet sur lequel je voudrais vous demander de vous prononcer concerne ces vidéos qui ont fusé dans les réseaux sociaux. On a battu quelqu’un chez vous. Les Béninois se demandent qu’est-ce qui s’était passé ?

Je remercie les uns et les autres. On remercie Dieu. On remercie la justice béninoise. On laisse le reste dans la main de Dieu.

 

Owo-Lobè avait-il donné l’ordre ?

Non non ! Tous mes ministres le savent. Dans ma vie, je n’ai jamais frappé quelqu’un. Mes propres enfants, je les fais asseoir pour leur parler.

La chicotte n’éduque en rien. Je te fais asseoir pour te parler. Même jusqu’au bébé. Je te donne des conseils.

 

Avez-vous des nouvelles de ce jeune homme ?

Ah oui !

 

Comment se porte aujourd’hui la “Fraternité mondiale des Ogboni” que vous dirigez ? Les membres, combien sont-ils ?

Aujourd’hui on est fier. Je suis fier. Pourquoi je suis fier ? Parce que la Fraternité Ogboni est en bonne santé, très forte et robuste. J’ai été intronisé unique roi Ogboni dans mon pays, deuxièmement, ils m’ont pris comme Baba Isalè Agbaye c’est-dire le socle de la tradition (ce que nous appelons la fondation), troisièmement Oba Odudua dans le monde entier.

Cela veut dire que Ogboni est en forme. Les gens que moi j’ai initié dans la vie avec ma main dans Ogboni font 24 millions 501 mille. Au Bénin on fait six millions cent un mille. Si la Fraternité n’est pas en bonne santé, si les gens n’ont pas confiance en moi ils ne seraient jamais venus vers moi. C’est parce qu’ils ont confiance en moi. Si tu viens tous les jours, tu vas voir comment les voitures et les motos se garent,. Notre préoccupation c’est la paix. S’il n’y a pas la paix dans ton foyer tu ne peux pas dormir.

 

Quels conseils avez-vous à prodiguer aux jeunes sur la base de votre expérience pour avoir une vie épanouie ?

Je dirai que la souffrance ne tue pas, elle éduque. C’est le travail qui libère l’homme, le travail bien fait. Je vous donne un exemple, si vous allez chez moi à Savè, vous y trouverez mon champ. J’ai plus de 5km d’acajou. La terre ne ment pas.

Si vous voyez quelqu’un qui est riche, ne dites pas qu’il ne travaille pas et l’argent vient à la maison. C’est faux. Il ne dort pas. Je dis à tous les jeunes, si tu veux avoir l’argent, on ne se presse pas. Si tu veux faire comme les autres, tu feras ce qui te dépasse.

Mais aujourd’hui, les jeunes ne veulent plus se donner au travail. Ce n’est pas forcément les études. C’est le travail bien fait qui libère l’homme. Mais il faut être honnête. Car le mensonge finit par se savoir. La nature paie toujours. C’est pourquoi tout ce que je fais je le fais dans la vérité et dans les mains de la nature. Si vous vous fiez au mensonge, tôt ou tard, cela vous rattrapera. Autant rester dans la vérité et avoir la paix.

Rejoignez-nous sur Telegram pour plus de reportages, entretiens et analyses exclusifs 

J’ai appris à me contenter de ce que j’ai depuis mon enfance. Je n’ai pas d’amis avec qui aller boire. Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne fume pas de tabac, je ne mange pas de cola. J’apprends à mes enfants à vivre du peu (délayer le gari), j’ai été éduqué ainsi. Mon feu père était riche. Il avait tout.

 

L’autre problème qui frappe l’Afrique et depuis peu le Bénin, c’est le terrorisme. Selon vous que peut-on faire pour lutter contre ce fléau ?

Pour ce qui est du terrorisme, c’est une affaire d’Etat. Nous devons soutenir l’Etat. Si la population n’aide pas l’Etat, comment l’Etat peut travailler ?

 

Propos recueillis par Sêmèvo Bonaventure AGBON & Raymond FALADE 

 

LIRE AUSSI: LE BÉNIN, PAYS DU VODUN [Par Le Pr Jérôme Alladayè]

LIRE AUSSI: Lgbtq+, Le Bénin fait le dos rond

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!