Home Actualité Concert des Vodun days : Ouidah s’enflamme

Concert des Vodun days : Ouidah s’enflamme

Par Sêdaminou Béni AGBAYAHOUN
0 Commentaire

La programmation présageait d’une ambiance électrique. Et ça n’a pas raté. Sur le site des Vodun days à Ouidah, le public complètement acquis vit une communion parfaite avec les bêtes de scènes qui se succèdent. Au point de ne pas sentir le temps passer.

21h … L’attente se faisait longue. Menton dans la paume des mains, certains s’impatientaient déjà de voir défiler les artistes annoncés. Autour de 21h, Maksaens Denis et Gardy Girault ouvrent le bal. Le duo de DJ balance un mixage afro caribéen. Un mélange qui rappelle les origines de plusieurs rythmes musicaux dans le monde, les couvents Vodun du Bénin.

Du haut de leur 22 ans de scène, les Teriba prennent possession du podium sous les ovations du public. L’ancienneté des titres exécutés n’a rien enlevé à leur beauté. Le public hétérogène, jeunes et vieux, hommes et femmes s’y est lâché.

LIRE AUSSI :

Vodun days : L’effervescence ; le Brésil conquiert Ouidah et choque

Entre chaque passage d’artiste, DJ Yan Lekiller, l’ambianceur de la soirée chauffe le public sur du ”Aka bla mi a non touan” (problème, l’un des titres du moment en vogue). Le public euphorique ne se retient plus : il reprend en chœur le morceau. Le village des vodun days se mue alors en boîte de nuit géante à la belle étoile.

Aux rythmes du jazz, tantôt du Juju music et d’autres rythmes, Jah Baba a étalé une palette de rythmes musicaux. Il est religieusement suivi et accompagné par l’assistance. Avec des transitions entre rythmes exécutées avec maestria. Au son du ”gbon” (rythme des Egungun) la foule se déchaîne et trémousse.

Hommage

Entrée majestueuse de la fille du terroir, Pépé Oleka avec au rendez-vous sa voix de stentor qui offre une belle reprise de l’hymne national. Pepe Oleka démarre sa prestation par l’exécution de l’Aube nouvelle en langue fongbé, langue la plus parlée au Bénin. Accompagnée des Pépit’Arts, elle offre un spectacle riche en émotions. Largement ovationné par le public. Une ferveur qu’elle a su maintenir à terme. Elle conclut sa prestation sur sa magnifique reprise du ”Sè bala koko”. Dont la version originale est signée Vincent Ahéhéhinnou.

Après une animation de DJ Yan, c’est un orchestre mythique qui s’installe. Né en 1968, l’orchestre Tabou Combo d’Haïti plonge le public dans une belle nostalgie. Les jeunes, bien qu’en terrain peu connu, découvrent avec stupéfaction qu’il y avait déjà ambiance il y a 50 ans.

L’entrée triomphale de Talon

Il est 23h25. Patrice Talon pose ses pieds officiellement sur le site des Vodun days. D’un pas ferme et serein, il se dirige devant la scène. L’ambiance devient plus électrique.Vêtu d’un polo et coiffé d’une casquette frappée de la carte du Bénin aux couleurs nationales. Son style ajouté à sa barbe grisonnante, il marque le pont entre les générations.

Autour de lui, Jean-Michel Abimbola, ministre du Tourisme de la culture et des arts et Laura Prince Agbodjan, artiste compositrice française d’origine togolaise.

Main en l’air, Patrice Talon danse littéralement sur du Tabou Combo. Au point de se faire dédicacer une chanson par ces derniers. En 1h de prestation, Tabou Combo a convaincu le public de bout en bout.

LIRE AUSSI :

« Au Bénin, la première religion pratiquée c’est le Vodun »

Le concert se poursuit avec la star nigériane Teni. À part les affiches, rien d’exclusif au Vodun. Ici, c’est l’ambiance. Sans distinction d’obédience religieuse.

Les artistes, tous autant qu’ils sont ont su entretenir une profonde intimité avec le public. Avec des titres repris en live. Très peu de place pour le playback. Signe que c’est la crème qui s’est donné rendez-vous à Ouidah.

L’une des têtes d’affiche annoncées pour ce concert vient un peu après 00h. Yemi Aladé, agile et dévouée sur la scène appâte le public sur des morceaux phares dont Johnny, Shekere (son featuring avec la diva Angelique Kidjo) ou encore Ferrari, Nagode.

Mais la complicité intense qu’elle a quêté maintes fois auprès du public n’a pas été à la hauteur de ses espoirs. Yèmi Aladé quitte le podium des Vodun days un peu contrariée de ne pas rencontrer un public capable de reprendre avec aisance certains de ses morceaux populaires. Peut-être la faute à la barrière linguistique.

Entrée fracassante de Mopao Mokonzi

L’entrée sur scène de Koffi Olomidé enflamme le public de plus bel. Les cris se sont à nouveau entendre. Le grand Mopao est précédé de ses musiciens, danseuses et de la sublime Cindy le cœur.

« Aidez-moi à saluer ceux qui sont là haut. Vous savez de qui je veux parler ». Voilà ses premiers mots à l’endroit du public en référence au drame lié à sa dernière prestation au Bénin il y a une vingtaine d’années.

3h27 minutes Patrice Talon s’est retiré du site. Il aura passé environ 4h sur les lieux. Sur scènes Koffi Olomide continue avec un medley sensationnel. Peu à peu, la scène se vide. Et avec elle, l’assistance qui se retire en pas de danse. Le Quartier latin avec à sa tête Koffi Olomide ferme ce concert époustouflant.

3h40, fin du concert.

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!