Home Actualité Paulin Hountondji : Combattant jusqu’à la fin
Paulin Hountondji

Paulin Hountondji : Combattant jusqu’à la fin

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
0 Commentaire

Vendredi 2 février, le philosophe et ancien ministre Paulin Hountondji est mort à 6h du matin alors qu’il était attendu à 16h pour délivrer au Temple Béthel de Cotonou, le discours d’ouverture de l’assemblée générale des laïcs sur le malaise au sein de l’Epmb.

Peu de philosophes croient en Dieu. Mais lui était animé d’une foi profonde. Comme le témoigne son combat pour la justice et l’éthique en politique et au sein de l’Epmb. «Il est mort de la guerre du Christ», résume si bien le professeur John Igué.

En reconnaissance, l’Église protestante méthodiste exprime sa «tristesse et consternation» à propos de son décès. Le professeur Paulin Hountondji a été un ancien Vice-président de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin et une «illustre personnalité de notre pays», rappelle l’Église dans un communiqué signé du Rév. Clément D. Akpaki, secrétaire général de l’Epmb.

Tout le monde sait que son décès est intervenu dans un contexte où ses relations avec le président Kponjesu Amos Hounsa sont exécrables. Paulin Hountondji s’est imposé comme le meneur de la fronde contre celui-ci dont un camp au sein de l’église réclame la démission.

Armes à la main

Ces dernières années, Paulin Hountondji a mené une sorte d’opposition radicale vis-à-vis du prélat. Il a multiplié les sorties publiques (notamment dans les médias); des sorties riches en satire. Le président de l’Epmb, s’est illustré, selon lui,

«par toutes sortes d’indélicatesses : détournement des deniers du culte, saignement à blanc des institutions comme les établissements scolaires ou l’hôpital protestant « le bon Samaritain » (Hpbs), opacité totale dans la gestion des fonds mis à sa disposition (réfection de Wesley House, apurement des montants dus à la Cnss, subvention destinée à « Radio Hosanna », etc.), tribalisme, clientélisme et favoritisme dans les recrutements, les nominations, les affectations, et pour couronner le tout, une solide réputation d’inconduite sexuelle».

Eglise Protestante Méthodiste du Bénin : Ce que les fidèles attendent de l’Etat (Tribune du Prof Hountondji)

L’audace de parole et d’action de Paulin Hountondji n’est pas nouvelle. À la conférence nationale de février 1990, il n’avait pas eu peur de défier le redoutable révolutionnaire Mathieu Kérékou.

Paulin Hountondji l’un des délégués s’était courageusement affiché comme favorable à la démission du président Kérékou et la «liquidation effective de l’ancienne politique à travers les hommes et les structures et l’idéologie qui la portent».

Pour qu’il y ait démocratie, pour qu’il y ait État de droit il ne suffit pas que des droits, des libertés soient prévus dans les textes. Il faut encore que les bénéficiaires de ces droits aient le courage de les exercer effectivement, de les prendre sans attendre qu’on veuille bien le leur octroyer.Je pense qu’il appartient au peuple souverain de décider si oui ou non c’est la liquidation effective de l’ancienne politique à travers les hommes et les structures et l’idéologie qui la portent. Si oui ou non c’est cette liquidation complète que le peuple demande ou pas.

Paulin Hountondji, lors de la conférence nationale

Se sentant ainsi clairement indexé, le Général Mathieu Kérékou n’a pas fait cadeau au professeur Hountondji. Même s’il avait consenti à la souveraineté de la conférence en ses décisions, le marxiste-léniniste refusait tout de même de démissionner. Avec malice, il recadra alors l’enseignant en insinuant que les philosophes étaient incompétents pour s’occuper des problèmes de l’unité nationale, de la paix sociale, etc. À la limite, une insulte à l’intellectuel, insulte d’autant plus grotesque que lui-même, le militaire était en erreur par son irruption sur la scène politique.

«Mon Dieu pardonne-les, ce sont des pécheurs ; ils ne savent pas ce qu’ils disent. Nous avons dit : nous ne pouvons pas prononcer le mot démission. Vous pouvez nous destituer mais nous ne pouvons pas dire que nous démissionnons parce que c’est grave.Les problèmes d’État, les problèmes de l’unité nationale, les problèmes de la paix sociale, de la cohésion nationale ce ne sont pas les problèmes des philosophes. Nous demandons donc au professeur Hountondji d’être patient, d’être patient et de ne pas dire nous voulons la démocratie, de ne pas dire pourquoi on nous fait perdre du temps. Il vaut mieux perdre le temps et trouver une solution juste à ses problèmes que de vouloir gagner le temps et perdre sa vie ou faire perdre la vie aux autres.»

Mathieu Kérékou, conférence nationale.

Au total, la vie du professeur-philosophe Paulin Hountondji se résume à «la quête du sens» et au combat pour l’éthique à tous les niveaux de l’État.

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!