Home Actualité Le Niger dévoile le contenu ahurissant de l’accord militaire avec les États-Unis

Le Niger dévoile le contenu ahurissant de l’accord militaire avec les États-Unis

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON
1 Commentaire

Après la France, le Niger s’attaque à la coopération militaire avec les États-Unis d’Amérique. Dans un communiqué lu à la télévision samedi 16 mars, le gouvernement a dénoncé « avec effet immédiat » l’accord relatif au ”statut du personnel militaire des États-Unis et des employés civils du Département américain de la défense sur le territoire du Niger”.

Des détails révélés à la télévision par le porte-parole du gouvernement nigérien, Col. Amadou Abdourahamane, il ressort que le document dénoncé est tout sauf un « accord » de coopération militaire. Il a été « imposé unilatéralement » par les Etats-Unis à travers une « simple note verbale », précisément la note verbale n°174 du 6 juillet 2012. Aux yeux du gouvernement de transition, cela rend la présence militaire américaine « illégale », en violation de « toutes les règles constitutionnelles et démocratiques ».

En outre, ce qui retient davantage l’attention du public, ce sont les ‘’dessous puants’’ dudit accord de coopération militaire. D’abord, cet accord ne vise pas aider le Niger à lutter contre le terrorisme comme il est ventilé au sein de l’opinion publique. En effet, « l’armée américaine n’a aucune obligation, selon l’accord, d’appui contre les terroristes qui assassinent nos vaillantes Forces de défense et de sécurité et massacrent nos laborieuses populations », souligne le porte-parole du gouvernement.

Spoliation et ingérence

Pire, deux autres raisons font de cet accord de coopération militaire plutôt un instrument de colonisation, d’exploitation et de spoliation du Niger.

« D’abord, il contraint le Niger à payer des factures liées aux taxes des avions militaires et américains dont ces derniers doivent normalement s’acquitter et qui coûtent des milliards de francs Cfa au contribuable nigérien. Ensuite, les autorités nigériennes compétentes n’ont aucune information sur les activités militaires menées à partir de bases américaines au Niger et ignorent jusqu’aux effectifs civils et militaires ainsi que le matériel déployé sur le sol nigérien ».

Le communiqué

Officiellement, les États-Unis disposent d’un millier de soldats au Niger. Et une importante base de drones basée à Agadez. Récemment, une délégation américaine a séjourné à Niamey sans avoir rencontré le président du Cnsp qui a renversé Mohamed Bazoum.

Les raisons de cette défiance vis-à-vis de Washington sont désormais claires : Niamey n’a pas aimé le paternalisme américain. « L’arrivée de la délégation américaine n’a pas respecté les usages diplomatiques ». Les autorités reprochent à la Maison Blanche d’avoir décidé de « façon unilatérale » de la date d’arrivée et de la composition de la délégation. Si le premier ministre l’a reçue, c’est par pur respect de la tradition d’hospitalité millénaire, assure le porte-parole.

Par ailleurs, Niamey n’a pas digéré aussi les tentatives d’interférence et les injonctions de Washington dans la coopération du Niger avec la Russie et l’Iran. Les nouvelles autorités, elles, jurent vouloir faire retrouver au Niger sa réelle souveraineté. Ce qui est surtout synonyme de traiter librement avec n’importe quel partenaire.

Extrait du communiqué

La présence américaine sur le territoire de la République du Niger est illégale et viole toutes les règles constitutionnelles et démocratiques qui voudraient que le peuple souverain notamment à travers ses représentants élus soit consulté pour l’installation d’une armée étrangère sur le territoire nationale. Ainsi c’est par simple note verbale n°174 du 6 juillet 2012 que la partie américaine a unilatéralement imposé au Niger un accord relatif au statut du personnel militaire des Etats-Unis et des employés civils du Département américain de la Défense sur le territoire de la République du Niger.

Cet accord est non seulement profondément injuste dans son fond mais également ne répond pas aux aspirations et aux intérêts du peuple nigérien pour les raisons objectifs suivantes :

D’abord, il contraint le Niger à payer des factures liées aux taxes des avions militaires et américains dont ces derniers doivent normalement s’acquitter et qui coutent des milliards de francs Cfa au contribuable nigérien. Ensuite, les autorités nigériennes compétentes n’ont aucune information sur les activités militaires menées à partir de bases américaines au Niger et ignorent jusqu’aux effectifs civils et militaires ainsi que le matériel déployé sur le sol nigérien. Enfin, l’armée américaine n’a aucune obligation selon l’accord d’appui contre les terroristes qui assassinent nos vaillantes forces de défense et de sécurité et massacrent nos laborieuses populations.

Aussi, depuis le 26 juillet 2023 et l’avènement du Cnsp le gouvernement américain a décidé unilatéralement et brusquement de suspendre sa coopération militaire en violation de l’accord imposé au peuple nigérien en invoquant l’article 70-08 du consolidate appropriate act sans pour autant aller au bout de sa logique qui voudrait qu’il retire ses militaires du territoire nigérien.

Par ailleurs, depuis quelques semaines le gouvernement nigérien a constaté des activités illégales de survol de son territoire par des aéronefs américains et qui sont de nature à s’interroger sur la sincérité de notre partenariat et de la pertinence du maintien de l’accord de coopération militaire imposée par note verbale.

Au vu de tout ce qui précède, le gouvernement du Niger décide de dénoncer en toute responsabilité avec effet immédiat l’accord relatif au statut du personnel militaire des Etats-Unis et des employés civils du Département américain de la défense sur le territoire du Niger.

Transcription Sêmèvo B. AGBON/©Bénin Intelligent

Lire aussi

1 Commentaire

ALFA Idrissou mars 17, 2024 - 12:17 am

A cette allure les européens et américains viendront travailler au Sahel
Force au Sahel

Repondre

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!