Home Actualité Bénin-Niger : Bertin Coovi suggère d’intégrer le Mali et le Burkina dans la commission tripartite
Médiation Bénin-Niger

Bénin-Niger : Bertin Coovi suggère d’intégrer le Mali et le Burkina dans la commission tripartite

Par Sêdaminou Béni AGBAYAHOUN
0 Commentaire

Il est indéniable que la crise entre le Bénin et le Niger pourrait bientôt connaitre son dénouement. La démarche de médiation entreprise par les anciens chefs d’Etat Boni Yayi et Nicéphore Soglo est saluée par plus d’un. Bertin Coovi fait des propositions.

Valentin Agossou Djênontin a témoigné sa « satisfaction » et son « soulagement » à la lecture du communiqué sanctionnant la visite des anciens présidents au Niger. Le communiqué précise la disponibilité de la partie nigérienne à entrer en dialogue avec le Bénin. Les autorités nigériennes ont même émis l’idée d’une commission tripartite pour mener le dialogue. C’est le fruit de la médiation Bénin-Niger des anciens présidents du Bénin.

L’ancien garde des sceaux du Bénin salue « l’ouverture d’esprit des hautes autorités nigériennes ». Il invite les populations nigériennes et béninoises à « accompagner en prière la commission tripartite » en vue de la « résolution rapide » de la crise. Rappelant à tous que « l’humilité précède la gloire, l’orgueil précède la chute ».

Même son de cloche pour le « soutien indéfectible de président Patrice Talon », Bertin Coovi. Du moins sur le caractère opportun de cette démarche de médiation Bénin-Niger. Et bien entendu la disposition d’esprit des deux parties pour la résolution de la crise.

Toutefois, Bertin Coovi voit plus loin. « Que le Burkina aussi soit dans cette commission là pour qu’on en finisse une fois pour de bon », suggère-t-il. Il craint en effet « qu’on finisse avec le Niger et après le Burkina dise qu’il y aurait de bases au Bénin ». Il soutient son inquiétude par la relation « pas meilleure » que le pays de Thomas Sankara entretient avec la France autant que le Niger. France qui est justement l’objet des méfiances du Niger vis-à-vis du Bénin.

Thèse de la “Menace française”

Faut-il le rappeler, Niamey maintient sa position selon laquelle il y aurait « des bases militaires françaises » au Bénin. Il l’a encore rappelé, documentations à l’appui, lors de la visite des anciens chefs d’Etat béninois au Niger. Celles-ci devant prétendument servir pour « attaquer le Niger ». Une thèse chaque fois démentie, justification à l’appui par la partie béninoise.

Bertin Coovi suggère donc d’intégrer le Burkina Faso et le Mali à cette commission en qualité d’« observateurs ». Mais également d’ajouter aux anciens présidents du Bénin, « les deux anciens présidents du Niger ». Ceux-ci seront comme « caution morale » et « garants de ce que le Cnsp va dire ».

Bertin Coovi estime par ailleurs que la fermeté du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (Cnsp) quant à l’ouverture des frontières, relève d’une « communication politique ». Puisqu’il se devait de faire honneur au peuple nigérien dont il a obtenu « le soutien massif ». Aujourd’hui, « l’essentiel c’est que les frontières s’ouvrent et que les relations s’améliorent ». Il a également invité les « communicants surtout béninois » à « faire profil bas et cesser de manquer de respect aux anciens présidents et même aux autorités du Niger ».

LIRE AUSSI :

Lire aussi

Laisser un commentaire

A propos de nous

Bénin Intelligent, média au service d’une Afrique unie et rayonnante. Nous mettons la lumière sur les succès, défis et opportunités du continent.

À la une

Les plus lus

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être notifié de nos nouveaux articles. Restons informés!