Vous êtes ici
Accueil > Actualité > 2ème édition du Fidea : L’émergence des entrepreneurs préoccupe (Le message fort de l’Anpe aux jeunes)

2ème édition du Fidea : L’émergence des entrepreneurs préoccupe (Le message fort de l’Anpe aux jeunes)

Le Bénin a accueilli le samedi 16 mars dans l’amphi Idriss Déby Itno de l’Uac, la 2ème édition du Forum international pour le développement de l’entreprenariat en Afrique (Fidea). Un grand rendez-vous soutenu par l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (Anpe) au regard de la pertinence de la problématique abordée.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

On estime à 2,3 milliards la population africaine d’ici 2050. Ce qui pose le défi de pourvoir aux besoins de ces individus. Un défi majeur, qu’on ne saurait laisser seul l’Etat relever. Le fonctionnariat étant devenu caduque, il faut encourager les jeunes à s’auto-employer. « Dans ce contexte, les pays du continent doivent impérativement se concentrer et intensifier leurs actions qui favorisent la création d’emploi. », a soutenu le directeur du Fidea, Zakari Mamou. C’est ce qui intéresse le Fidea 2019. Le thème le prouve : « améliorer le climat des affaires, favoriser l’émergence des entrepreneurs ». L’objectif est de réunir les acteurs clés autour des thématiques qui font l’entreprenariat sur le continent africain afin de stimuler le tissu entrepreneurial en mettant l’innovation et les jeunes entrepreneurs au centre de l’intérêt, a précisé Zakari Mamou. C’est l’occasion d’encourager les jeunes entrepreneurs et les projets innovants, a renchéri le ministre béninois de l’agriculture, Gaston Dossouhoui. « Ce sont ces jeunes qui sont acteurs de la société de 2050. J’appelle à la pérennité de cette initiative », a-t-il conclu.

Les organisateurs observent en effet que les entrepreneurs sont confrontés aux difficultés liées au climat des affaires dans leurs pays. La « facilité de faire des affaires » devient ainsi selon eux, le fer de lance des pays qui souhaitent voir la création, le développement et la durabilité des petites et moyennes entreprises constituant l’essentiel du tissu entrepreneurial et l’une des sources les plus importantes créatrices d’emploi. D’où l’amélioration du climat des affaires s’impose pour permettre l’émergence des entrepreneurs. Raison pour laquelle l’Anpe a soutenu le Forum en vue de laisser un message fort à la jeunesse. « Les statistiques indiquent que sur 100 travailleurs au Bénin, 81 sont dans l’emploi indépendant, ce qui voudrait dire que l’avenir se trouve dans l’emploi indépendant et non dans l’emploi salarié. Le Fidea nous offre une opportunité pour dire aux jeunes comment se comporte le marché de l’emploi. Ce que nous demandons et ce qui manque aux jeunes et que l’université ne leur donne pas, c’est cette capacité à ouvrir les yeux sur ces opportunités et à apporter leur touche pour créer une entreprise qui leur donne à manger et qui leur permet de recruter d’autres jeunes », a justifié Urbain Amègbédji., le Dg/Anpe.

Deux tables rondes ont été animées sur les interrogations : « Quels challenges pour les entrepreneurs en Afrique de l’ouest ? » et « Vers quel modèle pour favoriser l’émergence du tissu entrepreneurial ? ». La première modérée par Leila Diana Kamman, fondatrice de Dlcoworking et Dlc conseil France a permis de cerner les difficultés auxquelles sont confrontés les entrepreneurs notamment en Afrique de l’ouest et qui sont liées au contexte et à l’environnement dans lequel ils évoluent. La seconde dirigée par Barkatou Sabi Boun de Ict business a proposé des solutions concrètes qui peuvent être mises en place pour favoriser le développement des petites et moyennes entreprises et encourager l’initiative entrepreneuriale.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, le Prix spécial Fidea 2019 a été décerné au professeur Euloge Ogouwalé, directeur du Centre autonome pour le volontariat, l’entrepreneuriat, la recherche et les innovations de l’Uac (Cveri-Uac). Car il a contribué, grâce à son programme d’accompagnement basé sur la ‘’Déprogrammation, reprogrammation et connexion à l’intelligence entrepreneuriale », à la formation de plus de 1200 jeunes licenciés ainsi que plus de 10 000 aux compétences et à l’esprit entrepreneurial.

Il faut signaler qu’en organisant au Bénin le Fidea 2019, il s’agit d’une reconnaissance au Programme d’action du gouvernement (Pag) vu l’importance qu’il accorde au développement de l’entrepreneuriat et à l’amélioration du climat des affaires. Le Fidea vient donc appuyer et mettre en valeur l’importance des efforts mis en place, a indiqué Zakari Mamou.

Laisser un commentaire

Top