Vous êtes ici
Accueil > Actualité > 3ème édition du Fag à Parakou : Réhabiliter le griot, mémoire d’histoire et dépositaire de culture

3ème édition du Fag à Parakou : Réhabiliter le griot, mémoire d’histoire et dépositaire de culture

La troisième édition du Festival des arts griotiques (Fag) du Bénin a connu son épilogue le jeudi 11 avril dans la cité des Koubourou, Parakou. Initiée par l’association ‘’Parole d’Afrique’’ présidée par Séidou Barassounon, c’est donc trois jours d’effervescence pour honorer le griot, mémoire d’histoire et de culture.

Par S. B. AGBON

Qu’est-ce qu’un griot ? Que vaut-il dans la société ou en Afrique ? Les organisateurs du Fag ont tenu d’abord à vider ces questions. Ceci à travers une conférence publique animée par le sociologue Simin Koto Sero à l’Institut français de Parakou, sur le thème « Rôle et place des griots dans la société ». Au collège d’étudiants, d’universitaires, de détenteurs des arts griotiques et des artistes, le communicateur a indiqué que le griot « est un conteur, un généalogiste et historien, un dépositaire de la culture orale que l’on rencontre dans presque toutes les ethnies de l’Afrique ». A ce titre, a indiqué Simin Koto Sero, le griot fait partie d’une caste, et est un gardien des traditions qui officie comme un musicien, chanteur et médiateur. De la typologie qu’il a proposée, on retient qu’il existe une kyrielle type de griots en Afrique dont : les griots de cour, de tambour, de guitare, les flutistes, courtisans et souffleurs.

Dans une Afrique, continent autrefois d’oralité par excellence, l’œuvre des griots « est fondamentale dans la survie de la mémoire collective et la tradition orale relative aux mœurs et coutumes et à l’histoire des grands empires, des royaumes, de la noblesse », a soutenu le sociologue Simin Koto Sero. « Les griots constituent une couche sociale promotrice de l’harmonie, de la cohésion sociale et de la paix », a conclu le conférencier.

Après cette rencontre scientifique, la troisième édition du Fag s’est poursuivi à travers caravane de chevaliers et festivaliers dans la ville de Parakou ; des ateliers de renforcement de capacités des griots stagiaires ; des spectacles et animations artistiques avec les griots. Étaient également présents à cette édition, des griots venus du Mali, du Burkina Faso, du Niger. Ils sont invités « pour rejoindre leurs homologues du Bénin et créer une synergie d’actions en vue de la renaissance de ce métier ancestral que représente le professionnel griot », a justifié l’initiateur, Séidou Barassounon.

De nos jours, il n’est plus tellement reconnu aux griots leur place dans la société. Leur rôle, quoique déterminant dans la préservation de l’histoire des peuples et la sauvegarde des cultures, souffre aussi de mépris voire d’ignorance. Les griots vivent donc la dévaluation voire le mépris de leur métier du fait de la colonisation et de la modernité. Dans un tel contexte, le Fag contribue à revigorer l’art griotique et à réhabiliter un métier ancestral. Afin que les professionnels griots retrouvent leurs lettres de noblesse.

 

Laisser un commentaire

Top