Vous êtes ici
Accueil > Actualité > 3ème vernissage à la Résidence de l’Ue : Les artistes Gérard Quenum et Karimi Chouyouti honorés

3ème vernissage à la Résidence de l’Ue : Les artistes Gérard Quenum et Karimi Chouyouti honorés

Oliver Nette, l’ambassadeur et chef de la Délégation de l’Union européenne au Bénin continue de mettre la Résidence de l’Ue à Cotonou au service de la promotion des artistes Béninois. Le troisième vernissage qui s’est tenu dans la soirée du jeudi 21 février a mis à l’honneur Gérard Quenum, artiste peintre et Karimi Chouyouti, artiste sculpteur.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Les œuvres exposées de l’artiste sculpteur Karimi Chouyouti montrent sa passion pour le tabouret. Il le conçoit avec le bois de cocotier ; il n’a donc pas de chagrin à aller au Nigéria ou à Grand-Popo, c’est-à-dire très loin pour chercher ce bois. Chez lui -il faut le souligner- le tabouret va au-delà de ‘’l’objet qui sert à s’asseoir’’. Il a réussi à en élargir le sens de sorte que le tabouret peut devenir une table de nuit, un cale-porte et une œuvre décorative. De plus, Karimi Chouyouti peut obtenir des colonnes-personnages en empilant les mêmes tabourets.

Quant au peintre Gérard Quenum, il hésite à donner un sens à ses tableaux. Il préfère que le public le fasse. Il est simplement comblé de voir ses œuvres exposées à la Résidence de l’Union européenne. Pour Oliver Nette, l’ambassadeur et chef de la Délégation de l’Union européenne, Gérard Quenum est un maître.

Le public qui a répondu à l’invitation du diplomate était riche en personnalités dont le ministre des Affaires étrangères et de la coopération Aurelien Agbénonci et le député Jean-Michel Abimbola. Ce dernier a souhaité que les artistes soient valorisés et leurs œuvres acquises en guise d’encouragement.

Hommage de Oliver Nette aux deux artistes

« Le maître, c’est Gérard Quenum dont les œuvres sont déjà exposées dans plusieurs musées en Europe, dont le célébrissime British museum. Gérard Quenum n’a donc pas besoin de reconnaissance, ses œuvres ont simplement besoin d’être vues plus souvent aussi ici à Cotonou. Le mot maître peut paraître vieillot, bien entendu, en parlant d’art contemporain, et je vous prie donc d’excuser mon conservatisme. Néanmoins, je pense que c’est le mot qui convient car Gérard a un langage si singulier et si précis, que l’on sait tout de suite quand on voit une de ses œuvres : c’est un Quenum. On pourrait l’imiter, bien entendu, mais il est inimitable- la définition même de celui qui définit un style- un maître donc. Plus célèbre peut-être pour ses sculptures de poupées d’une expressivité fabuleuse, ses tableaux dégagent pour moi une sérénité essentielle et presque inquiétante.

Karimi Chouyouti qui expose avec Gérard a un tout autre parcours- c’est un homme de culture qui a travaillé dans plusieurs disciplines avec talent et fougue, avant de se tourner davantage vers les arts visuels. Il a eu l’idée originale et convaincante de transformer le mobilier en art, en partant souvent de l’idée d’un tabouret, qui, combiné avec d’autres pièces, se mue en statue. (…) Il y a du jeu, du symbolisme et de la métamorphose dans tout cela, et en plus c’est souvent utilisable au quotidien pour un de nos gestes les plus simples : s’asseoir. »

Propos recueillis par S. B. AGBON

 

 

Laisser un commentaire

Top