Vous êtes ici
Accueil > Actualité > 50,10% au Bac 2019 : « Ces résultats se justifient par la technicité mise en place…» (Thierry Dovonou, Sg SyNaPPeC-Bénin

50,10% au Bac 2019 : « Ces résultats se justifient par la technicité mise en place…» (Thierry Dovonou, Sg SyNaPPeC-Bénin

Les 50,10% de réussite obtenu au Bac cette année est le fruit des réformes engagées dans le secteur de l’éducation avec l’accompagnement des acteurs. C’est ce que pense Thierry Dovonou, secrétaire général du Syndicat national des professeurs permanents et contractuels (SyNaPPeC-Bénin). Lire son commentaire.

Propos recueillis par S. B. AGBON

« Le baccalauréat de cette année a donné un taux de réussite de 50,10%. C’est un taux qu’on a observé il y a plus de 40 ans. Moi personnellement je m’attendais un peu à ce taux. Lorsque j’ai vu les épreuves que les candidats ont composé, j’étais déjà rassuré.

Vous ne devez pas ignorer que le baccalauréat est un examen certificatif, et en tant que tel, les outils doivent être bien élaborés. Depuis 2007 je mène une lutte acharnée contre les mauvaises épreuves au Bac. Ce qui a conduit le Directeur de l’Office du Bac à faire une évaluation du Bac en 2018. C’est le résultat que nous avons aujourd’hui. Sans complaisance nous avions critiqué les épreuves. Aujourd’hui nous avons les résultats.

Vous avez vu ce qui est arrivé aux Écureuils ? C’est parce que le président Talon a pris des dispositions. Désormais les bandits ont peur et ont déserté le forum. Aujourd’hui, pour le baccalauréat aussi les bandits ont peur. Ceux qui veulent dépasser le Dob, lui imposer certaines choses sont incapables de le faire. Le Dob a aujourd’hui les mains totalement libres pour choisir qui il veut pour travailler avec. Ce qui a donné la qualité des épreuves. Lorsque les épreuves sont de qualité, sans erreurs, les apprenants travaillent. Un exemple : en 2016 il y a eu une épreuve de physique où on a parlé de ‘’barre homogène’’ en 3ème. Cette expression a eu pour effet de dérouter les élèves parce que les enseignants ne l’ont pas étudié avec les élèves ; ils ont plutôt étudié le levier. Or ‘’barre homogène’’ et ‘’levier’’ signifiaient la même chose. Je ne sais pas comment les inspecteurs ont fait pour utiliser ce concept-là. Il faut même que dans leur formation on leur apprend la théorie des champs conceptuels. Un concept a une importance capitale.

Un autre exemple en biologie : on a dit aux élèves de parler de la ‘’vie libre de l’embryon’’. Nous, nous n’avons pas enseigné la ‘’vie libre’’ mais plutôt la phase fœtale. Tous les enfants étaient allés vers l’accouchement. Donc lorsque l’épreuve n’est pas bien calibrée, beaucoup de candidats échouent.

Donc ces résultats se justifient par la technicité mise en place et surtout la peur de mal faire. Vous savez que des inspecteurs sont allés en prison pour avoir mal fait. Je crois que nous sommes en face des résultats positifs de l’effet dissuasif de la gestion de Talon. Je suis complètement d’accord avec lui.

Les acteurs qui ont favorisé ce bon résultat

Premièrement nous avons d’abord le président de la république. Parce que depuis 13 ans on a toujours eu de mauvaises épreuves au Bac. Mais aujourd’hui ils ont peur de proposer de piètres épreuves.

Deuxièmement nous avons les ministres. Aujourd’hui nous avons deux forts ministres qui gèrent sans concession. Même si on les traite de dictateurs, voilà qu’ils ont amené nos enfants à avoir leur baccalauréat. C’est ce que nous voulons : le bonheur du peuple.

Aussi, il faut voir les efforts du Directeur de l’Office du Bac, et d’ailleurs de tous les Dec (Directeurs des examens et concours). Il y a aussi les enseignants. C’est eux qui sont dans les classes. Lorsqu’ils font leur travail dans les règles de l’art on a toujours de bons résultats. Enfin, les parents d’élève, qui de plus en plus prennent conscience. »

Laisser un commentaire

Top