Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Abomey-Calavi : Déjà mère d’une fille, elle accouche des quadruplés

Abomey-Calavi : Déjà mère d’une fille, elle accouche des quadruplés

Si avoir des enfants est un honneur, accoucher en un seul geste deux, quatre voire plus (des jumeaux) procure davantage de considération sociale. Tel est le cas de Edwige Dovonou. Déjà mère d’une fille, la jeune femme de trente-un ans a accouché des quadruplés tous de sexe masculin‚ samedi 3 juillet à la clinique médicale Horeb d’Abomey-Calavi.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

« C’était une belle aventure. Je suis très heureuse de vivre cette expérience moi-même. Je me sens très heureuse de donner naissance à quatre enfants », se réjouit-elle. Le parcours gestationnel n’a pas été exempt de grincements. « La grossesse ne m’a pas trop fatiguée. Mais je bénis le Seigneur. Je connais pas mal de femmes qui malgré qu’elles portent un seul enfant dépensent beaucoup et souffrent énormément. Le gynécologue et mon entourage m’ont vraiment encouragé », avoue-t-elle.
Désormais mère de cinq enfants Edwige Dovonou va-t-elle s’en arrêter là avec la reproduction ? Ou va-t-elle se plier à la culture béninoise qui demande de « fermer » le trou après la naissance des jumeaux en faisant un ‘’Dossou’’ ou une ‘’Dossi’’ ? Elle ignore l’avenir et se garde alors d’être catégorique. « La question reste posée. Je suis encore très jeune et je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Je n’ai que 31 ans. C’est vrai que cinq enfants c’est suffisant mais je ne peux rien dire parce qu’on ne dit jamais, jamais. Donc si Dieu veut que je tombe enceinte encore‚ au cas où ça viendrait j’accepterais. Pour le moment je rends grâce. »


Les bout de chou hypotrophes sont encore à la crèche. « Nous avons ouvert un compte au nom des enfants. Ils se portent bien. Quatre enfants‚ c’est une charge. Je lance un appel à toutes les autorités et à tous mes compatriotes. Leur soutien sera bienvenu »‚ a-t-elle formulé.

Le maire de la commune d’Abomey-Calavi‚ Angelo Ahouandjinou leur a rendu visite samedi 17 juillet à la clinique.

Laisser un commentaire

Top