Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Accompagnement des victimes du Covid-19 : Les raisons des différences dans les subventions

Accompagnement des victimes du Covid-19 : Les raisons des différences dans les subventions

Le mercredi 8 juillet dernier ont démarré les transferts monétaires aux victimes des mesures restrictives du gouvernement contre la propagation du coronavirus. Lors d’une conférence le vendredi 10 juillet, la ministre des Affaires sociales et de la microfinance, Véronique Tognifode Mewanou a d’abord exprimé sa satisfaction pour le bon déroulement de l’opération avant de situer l’opinion sur les différences constatées dans les subventions.

Par Raymond FALADE

La prise en compte des personnes exerçant certains métiers qui ont été impactés par les mesures de restrictions prises à la fin du mois de mars par le gouvernement du Bénin pour lutter contre la propagation du coronavirus est effective. Depuis le mercredi 8 juillet à ce jour, la majorité des bénéficiaires ont commencé par percevoir cette subvention via des transferts monétaires sur leur téléphone mobile. Pour la ministre Véronique Tognifodé Mèwanou, ‹‹ cela prouve que ce n’était pas qu’une promesse. C’est un réel engagement que le gouvernement a pris et l’a réalisé ››. Depuis le démarrage des transferts, ‹‹ c’est avec beaucoup de joie et de satisfaction que nous recevons les retours de ces bénéficiaires ››, s’est-elle réjouie.

Revenant sur le processus ayant abouti à l’identification des bénéficiaires, la ministre s’est dite ‹‹ fière parce que pour faire le recensement, ça n’a pas été chose aisée ››. Selon elle, non seulement le délai était très court mais il y avait des ‹‹ suspicions fortes parce que beaucoup se demandaient, mais pourquoi on nous demandait des numéros Ifu ; pourquoi on nous demandait de revenir encore faire des vérifications. Pourquoi ci ? Pourquoi ça ? ››. Pourtant, le gouvernement était dans une logique donnée. À en croire la ministre, ‹‹ c’est pour rendre la plateforme plus fiable et sécurisée que toutes ces vérifications ont eu lieu. Et elle a pu être validée d’ailleurs à plus de 80%. Ce qui signifie que c’est des dizaines de milliers de concitoyens qui ont perçu les subventions allouées, sans distinction de coloration partisane ou d’autres considérations ››. C’est pourquoi, elle a invité la population à faire ‹‹ confiance au gouvernement du pays ››. Selon Véronique Tognifode Mèwanou, ‹‹ le gouvernement est là pour protéger la population et trouver des solutions pour améliorer leurs conditions de vie et encore plus de tous ceux qui sont vulnérables ››.

Au sujet des différences

Dans les subventions, il a été observé des différences. Ces différences dépendent de trois choses, a précisé Véronique Tognifode Mèwanou. Il s’agit du ‹‹ caractère formel ou non de l’activité ; de la situation géographique de l’activité (est-ce que la personne exerce dans les grandes agglomérations ou non) et également de ce qui a été déclaré en terme de perte de revenus durant la période de mise en œuvre de ces mesures restrictives ››.

Profitant de cette situation, la ministre a invité ‹‹ tous ceux qui opèrent dans l’informel à se formaliser. Avoir tout au moins un numéro Ifu ››. C’est le moment d’encourager tous ceux qui opèrent dans l’informel à se formaliser. Avoir tout au moins un numéro IFU. Et de rassurer que ‹‹ ce n’est pas pour un matraquage de taxes. Non ››. Mais ‹‹ pour bénéficier des mesures sociales de l’Etat, il faut se faire connaître ›› a-t-elle insisté.

Laisser un commentaire

Top