Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Actes de vandalisme et violences pendant et après les législatives 2019 : Les meneurs étaient sous l’effet de la drogue (Ministre de la santé)

Actes de vandalisme et violences pendant et après les législatives 2019 : Les meneurs étaient sous l’effet de la drogue (Ministre de la santé)

Les acteurs des actes de vandalisme et de violence qui se sont produits le jour du scrutin législatif du 28 avril et les 1er et 2 mai étaient sous l’effet de la drogue. C’est du moins ce qu’on retient du point de presse donné le jeudi 9 mai par le ministre de la santé Benjamin Hounkpatin à son cabinet à Cotonou.

Par Raymond FALADE (Stag.)

« Les opérations électorales dans le cadre des législatives du 28 avril 2019 qui se sont d’une manière globale bien déroulées, ont toutefois été émaillées par des actes de vandalisme et d’agression physique perpétrés par endroit le jour du scrutin et les 1er et 2 mai 2019 par des individus incontrôlés », a rappelé d’entrée le ministre au début de son intervention. Ces actes à l’en croire ont causé d’importants dégâts tant sur le plan matériel que sur le plan humain. Pour la prise en charge des blessés, plusieurs structures sanitaires ont été sollicitées et ont répondu favorablement avec efficacité. Le ministre Benjamin Hounkpatin a félicité ces agents de santé pour leur promptitude et leur professionnalisme. Quant aux blessés reçus dans les formations sanitaires, plusieurs constats ont été faits notamment l’absence de sensibilité à la douleur et de cohérence dans les propos. C’est fort de ces constats que des analyses toxicologiques ont été réalisées sous contrôle judiciaire. « Ces analyses ont permis de mettre en évidence la présence formelle de la ‘’delta 9 tetrahydrocannabinol’’, qui est la substance active du chanvre indien » a-t-il déclaré. Le ministre a donc saisi l’occasion pour rappeler aux populations les dangers liés à l’usage des stupéfiants en général et du chanvre indien en particulier. « L’usage courant de ces drogues est à l’origine entre autres de troubles de la vigilance, d’agressivité incontrôlée et peut même à terme débouché sur des troubles psychiatriques », a-t-il prévenu. Il a pour finir exhorter les populations à éviter de suivre les meneurs de trouble sans une analyse rationnelle comme dans les cas présents, avant de rassurer les Béninois que les services de santé sont à leur disposition et le gouvernement travaille d’arrache-pied pour leur offrir des soins de santé de qualité.

Laisser un commentaire

Top