Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Actes du colloque ‘’ protection de l’enfant au Bénin’’ : Un outil de plaidoyer en faveur des droits de l’enfant

Actes du colloque ‘’ protection de l’enfant au Bénin’’ : Un outil de plaidoyer en faveur des droits de l’enfant

Les Actes du colloque ‘’Protection de l’enfant au Bénin : des textes aux réalités’’ organisé par l’Ong Changement social Bénin (CsB) et ses partenaires ont été présentés hier, jeudi 5 décembre à l’Institut français de Cotonou. Globalement, il expose la triste situation des droits des enfants malgré le riche arsenal juridique et les recommandations formulées pour une amélioration.

Par Sêmèvo B. AGBON

Du 12 au 13 juin 2019, l’Ong Changement social Bénin, la Maison de la société civile et la Chaire Unesco des Droits de la personne humaine et de la démocratie avaient organisé à l’Université d’Abomey-Calavi un colloque sur le thème ‘’Protection de l’enfant au Bénin : des textes aux réalités’’. Financée par l’ambassade de France près le Bénin, cette rencontre vise à faciliter la réflexion sur les solutions liées au défi des droits de l’enfant au Bénin. « Le Bénin a souscrit à plusieurs conventions internationales dont celles relatives aux droits de l’enfants. D’office elles sont inclues dans l’arsenal juridique interne. Devant les organes de traité, les mécanismes régionaux et onusiens il a été rappelé que le Bénin ne fait pas suffisamment d’efforts et qu’il faut redoubler d’ardeur pour que la protection de l’enfant soit une réalité. Donc le colloque vise à mobiliser les acteurs autour de la question pour voir qu’est-ce qu’on peut faire davantage, ou qu’est-ce qui fait que les efforts ne sont pas assez visibles afin de concentrer les interventions sur les axes prioritaires pour avoir des résultats positifs assez rapidement », a rappelé lors de la présentation, Alexandrine Tchekessi, directrice exécutive de l’Ong CsB. L’édition des Actes marque alors l’aboutissement de ce colloque.

Le document ainsi produit, fait le point dudit colloque, a indiqué le professeur Mathieu Dehoumon (Chaire Unesco) qui l’a présenté. Riche de 192 pages, on y trouve la communication inaugurale prononcée par Ralmeg Gandaho, président du conseil d’administration de l’Ong CsB. Aussi, le document donne-t-il à lire les 8 communications réparties en 4 panels portant respectivement sur la Radioscopie de la sécurité des enfants au Bénin ; l’Etat des lieux sur les instruments juridiques et les institutions de protection des enfants ; les Expériences des autres pays en matière de protection des enfants ; et la Budgétisation des actions de protection des enfants et recommandations pour relever les défis mis en exergue par la radioscopie. Des pages 185 à 187, le récapitulatif des recommandations formulées par chaque panel est publié.

Le comité scientifique dont le travail a été salué est composé de : Pr Igor Guèdègbé (Chaire Unesco), Pr Hygin Kakaï (Fadesp, Uac), Dr Rolande Dégboé (Université de Parakou), Erick Hachémè (Direction de l’éducation surveillée et de la protection sociale des mineurs), Florent Maroya (Observatoire de la famille, de la femme et de l’enfant), Roland Djagaly (Plan international Bénin), Armand Vignon (Maison de la Société civile) et Ralmeg Gandaho (Ong Changement social Bénin).

Au Bénin, la violation des droits de l’enfant a plusieurs visages : des enfants non scolarisés, sans acte de naissance ; des enfants placés, ceux victimes de mutilations génitales et de pratiques traditionnelles néfastes, ceux exploités sexuellement et économiquement (sur les chantiers et dans les marchés) … Non seulement de « rappeler la substance des discussions, des actions prioritaires », les Actes de ce colloque serviront de base pour un plaidoirie en faveur des droits de l’enfant. « Sur la base de ce document, nous allons nous rapprocher des structures étatiques impliquées dans l’élaboration de ce document, faire des plaidoiries auprès des autorités (ministères et président de la république) et approfondir les réflexions pour améliorer la protection de l’enfant au Bénin », a annoncé Alexandrine Tchekessi, directrice exécutive de l’Ong CsB.

Laisser un commentaire

Top