Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Adhésion de Hounsou-Guèdè au Bloc républicain : Affolés, ses adversaires fouillent dans les poubelles

Adhésion de Hounsou-Guèdè au Bloc républicain : Affolés, ses adversaires fouillent dans les poubelles

L’ancien maire d’Abomey-Calavi est-il déjà dans le viseur d’adversaires politiques ? Tout porte à le croire selon la Cellule de commune du Col. Patrice Hounsou-Guèdè. En effet, quelques jours seulement après la cérémonie de son adhésion solennelle au Bloc républicain (samedi 27 juillet) qui a révélé toute sa popularité, un dossier a été vite ventilé sur la toile. Dans quel dessein ? Il s’agit des manœuvres d’« adversaires politiques qui se croyaient en terrain conquis », estime sa Cellule dont voici les clarifications sur le dossier dit d’engins lourds à la mairie d’Abomey-Calavi.

 

Réaction de la Cellule de communication de Patrice Hounsou-Guèdè

« La mairie au temps de Patrice Hounsou-Guèdè n’a jamais acheté un engin lourd mais a signé plutôt des contrats de location-vente »

Il est utile de clarifier une fois pour toutes les tenants et aboutissants du dossier d’engins lourds à la mairie d’Abomey-Calavi pour mettre fin aux chantages et intoxication de toute nature, de bonne ou de mauvaise foi.

En effet, dans la recherche de solutions aux problèmes d’entretien des voies de la commune d’Abomey-Calavi et face au manque de ressources pour y faire face, l’équipe communale sous le mandat du maire Patrice Hounsou-Guèdè, a dû négocier un contrat de location-vente avec la société Building International de Mr Timothée Gbetie pour assurer l’entretien des voies pour un montant total de 354 000 000 F.  Aux termes de ce contrat, notamment en son article 5, il revenait à l’entrepreneur d’assurer à ses frais l’entretien et toutes les réparations liées au mauvais fonctionnement y compris les pannes des équipements pendant toute la durée du contrat qui est de 24 mois. Il devrait être payé à hauteur de 14 750 000F par mois pour 24 mois. La mairie conformément à l’orthodoxie des finances publiques devrait le payer sur la base du service fait. Cette obligation a été remplie sur 14 mois pour un montant total de 206 500 000F. C’est alors que l’entrepreneur a commencé par éprouver des difficultés d’exécution de la suite du contrat. Dans ces conditions et sans le certificat de service fait, aucun responsable soucieux de la bonne gouvernance ne saurait s’engager à payer des sommes indues qu’il réclame à hauteur de 147 000 000F pour les dix mois restants pour lesquels les engins n’ont pas fonctionné d’autant qu’ils étaient garés au domicile de l’entrepreneur. C’est pourquoi, l’administration étant une continuité, il revient à l’actuelle équipe communale de contraindre l’entrepreneur à l’exécution de ses obligations contractuelles avant l’engagement de tout paiement sur les deniers publics sans chercher de bouc émissaire. Par ailleurs dans ce dossier qui ressurgit sur la toile après la sortie politique le samedi passé de l’ancien maire Patrice Hounsou-Guèdè, il importe de mettre également fin aux insinuations laissant croire que certains des engins étaient garés sur une ferme privée. En effet, même les esprits les plus sots, comprendront qu’il n’y a pas de confusion possible entre les engins destinés à la production agricole et ceux recommandés pour l’entretien des voies ou les travaux publics. Est-ce parce qu’on exerce une fonction politique fut elle maire, qu’on se refuserait d’investir à titre privé pour le compte des activités dont on a la vocation ? Le maire Patrice Hounsou-Guèdè a même enclenché une poursuite judiciaire contre l’entrepreneur en question qui lui a vendu une tractopelle en privé qui se trouve dans l’enceinte de la mairie au même titre que les autres engins et une parcelle non existante. Halte donc à l’intoxication afin d’exiger de cet entrepreneur la réparation des engins et d’effectuer les travaux pendant les dix mois restants avant tout paiement dans l’intérêt supérieur de la mairie.

Qu’il souvienne à l’opinion publique nationale que l’équipe actuelle qui va chercher dans les poubelles voire dans les décharges finales des déchets toxiques pour détruire un potentiel adversaire, doit commencer par extirper la poutre dans ses yeux avant de s’évertuer à enlever la brindille dans l’œil du voisin. En effet, c’est cette équipe qui a prêté mains fortes à l’exécution d’une décision irrégulière relative au domaine de Marcos à Womey alors que le colonel Hounsou-Guèdè avait décliné une offre de neuf hectares qui lui était proposée. C’est la même équipe de l’actuel mandat qui a dédommagé pour 39 hectares malencontreusement sur la base d’une décision de justice qui était contre le sieur Ahouanou Michel et non contre la mairie alors qu’il était proposé au même Patrice Hounsou-Guèdè qui l’a décliné six hectares pour dédommager les requérants dans ce dossier.

Pour rappel, le colonel Patrice Hounsou-Guèdè, après plus de neuf ans de gestion à la Dsld a eu droit à un satisfecit assorti de félicitations en conseil des ministres après un audit commandité aux soins de la présidence de la République.

Que ceux qui organisent ces envolées sur la toile se préparent alors à répondre de leurs actes.

Comme le disait si bien Mao Setoun, quand vous posez un acte et votre adversaire vous applaudit, vous devez vous poser des questions. Mais quand votre ennemi commence par vous critiquer, comprenez que vous êtes sur le bon chemin. Le colonel Patrice Hounsou-Guèdè, a donc fait le bon choix en officialisant son adhésion au Bloc républicain le 27 juillet passé. C’est ce qui gêne ses adversaires politiques qui se croyaient en terrain conquis. Pour plus de clarté, il vaudra mieux confier ce dossier de location-vente d’engins à la justice plutôt que d’organiser du dilatoire dans la mise en place d’une commission d’autant plus que sous la présidence de l’actuel premier adjoint au maire une commission a déjà travaillé et dont le rapport en date du 9 novembre 2016 est disponible.

CELLULE DE COMMUNICATION DU COLONEL HOUNSOU-GUEDE

Laisser un commentaire

Top