Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Alain Orounla au sujet du port obligatoire de casque : « Le but, c’est de rappeler que nous devons respecter la vie »

Alain Orounla au sujet du port obligatoire de casque : « Le but, c’est de rappeler que nous devons respecter la vie »

Que comprendre de l’arrêté du préfet du département du Littoral Alain Orounla interdisant de remorquer plus d’un passager sur moto et « le port de casque obligatoire pour tout conducteur et passager de véhicule à moteur à deux roues » à Cotonou ? L’autorité a répondu à la question le lundi 21 juin, à l’issue du lancement officiel du Baccalauréat au Ceg Gbégamey.

Par Raymond FALADE

L’objectif de la décision selon le préfet est de rappeler aux usagers de la route à Cotonou, le respect qu’ils doivent à la vie. Le préfet a fait savoir que l’arrêté préfectoral s’appliquera suivant les nécessités et contraintes sociales. « Il est loisible et je crois même que c’est urgent à chaque béninois de commencer par se conformer. Ceux qui n’avaient pas prévu de le faire et à qui on rappelle cette nécessité de la vie, peuvent déjà commencer par économiser pour l’acheter », a laissé entendre l’ancien ministre de la communication.
Alain Orounla a annoncé que dans deux ou trois mois, démarrera la phase de rappel. A l’en croire, le but n’est pas de réprimer. « Le but, c’est de rappeler que nous devons respecter la vie. Ce n’est pas un arrêté pour envoyer les gens en prison ou pour les verbaliser. Mais, quand ils savent qu’il y a cette ligne, ils vont commencer par s’y mettre. », a-t-il expliqué.
Au cours de la phase de rappel a précisé Alain Orounla, la Police républicaine pourrait être sollicitée pour la sensibilisation. « Si nous sommes obligés de recourir à nos forces de sécurité pour rappeler aux motocyclistes la nécessité d’avoir ce casque, on va le faire ». a-t-il confié. Toutefois, la répression pour amener les Cotonois à se conformer à cette décision n’est pas totalement exclue. « Vous savez tous que quelle que soit la mesure qui est prise, tant qu’il n’y a pas la répression, nos compatriotes sont réfractaires » a-t-il fait observer. L’ancien porte-parole du gouvernement a pour ce fait, invité les populations à prendre toutes leurs dispositions pour éviter d’éventuels ennuis policiers. « J’espère que nous n’aurions pas besoin d’en arriver-là et que chacun va comprendre la nécessité d’y recourir. Les choses vont s’appliquer, s’apprécier en fonction des nécessités, des contraintes sociales et sociologique » a indiqué Alain Orounla.

Laisser un commentaire

Top