Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Alain Orounla : « Le parrainage est un filtre démocratique…»

Alain Orounla : « Le parrainage est un filtre démocratique…»

Lors de sa sortie médiatique du dimanche 12 juillet dernier sur l’émission “Zone Franche” de Canal 3 Bénin, le ministre Porte-parole du gouvernement, Alain Orounla s’est prononcé sur l’un des sujets qui défraie la chronique : le parrainage à la présidentielle de 2021. L’invité n’est pas allé par quatre chemins pour faire certaines précisions.

Par Armand D.

L’un des éléments qui agite l’actualité ces derniers jours a trait à la question sur le parrainage pour le compte de la prochaine présidentielle. Tout en affirmant clairement que la prochaine consultation électorale est bien ouverte à tous, il balaie du revers de la main tout argumentaire qui laisse penser au sein de l’opinion publique que les choses étaient déjà verrouillées avant la compétition. « C’est une vue de l’esprit que de penser que les parrainages ne sont pas à disposition de tout le monde. Je voudrais rappeler que l’élection de 2021 sera organisée dans la paix, la concorde et l’allégresse. Le code électoral insiste sur le parrainage qui n’est pas une nouveauté parce qu’il est expérimenté dans des grandes démocraties avec plus de succès. Le code électoral qui est la référence en la matière, dit que le candidat à l’élection présidentielle doit être parrainé par un nombre précis d’élus. Ce qui veut dire que le parrainage n’est pas un verrou. Le seul verrou dans notre constitution est « Nul ne peut faire plus de deux mandats », a rassuré le ministre Alain Orounla.

« Le parrainage est un filtre démocratique pas comme la disposition qui dit ‘’vous ne pouvez pas être candidat si vous n’êtes pas de nationalité béninoise depuis 10 ans’’. Cette disposition par exemple est un verrou », a-t-il poursuivi. A la préoccupation de savoir si des élus peuvent parrainer un candidat de l’opposition surtout si le Président Patrice Talon est candidat, le Porte-parole du gouvernement béninois a clamé haut et fort que « la loi n’intime à aucun élu d’accorder son parrainage à tel candidat au détriment de l’autre. Le gouvernement assume les différentes lois votées par le parlement qui vont dans le sens de la réforme du système partisan ». « Que des partis se réclament de la gouvernance du Chef de l’Etat, ne veut pas dire que ces partis lui appartiennent. Pour 2021, tout est ouvert. Rien n’est fermé. La prochaine présidentielle sera ouverte. Et constatez qu’en 2021, il n’y aura pas une candidature unique comme certains tentent de le faire croire. Je voudrais finir pour dire qu’en l’état actuel de notre code électoral, le Président de la République a droit d’être candidat quand il le décidera. Et s’il le décide, il n’aura besoin que de 16 parrains » conclut-il.

Laisser un commentaire

Top