Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Albert N’lédji Honlonkou : L’économiste, l’enseignant et l’expert

Albert N’lédji Honlonkou : L’économiste, l’enseignant et l’expert

Plusieurs casquettes dans les sciences économiques dont il est Agrégé au Cames. Enseignant et auteur d’articles réputés respectables, l’homme ne s’enorgueillit pas de connaissances théoriques. Albert N’lédji Honlonkou, 51 ans, c’est aussi cet expert actif très consulté dans l’élaboration des politiques de développement économique. Portrait d’une valeur discrète.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

De l’Economie du changement climatique à l’Économie du Développement ou encore l’Économie Publique en passant par l’Économie des Institutions, l’Économie de la Démocratie sans occulter l’Économie Agricole, l’Economie de l’Environnement et l’Analyse économique et environnementale des projets, Albert N’lédji Honlonkou est un sachant. Autant de domaines de compétences qui font de lui un professionnel d’économie, l’économie dans tous ses états.
Des compétences qu’au service du pays il met sous divers profils. A commencer par l’éducation des jeunes. En cette matière si délicate, sa carrière d’enseignant est vieille de vingt années d’expérience. Avant d’y arriver, Albert N’lédji Honlonkou s’est armée de science. Il est agrégé des sciences économiques (option économie publique, Cames, 2015), titulaire de deux doctorats ; l’un en économie rurale soutenu à l’Université Houphouët-Boigny de Cocody, Côte d’Ivoire (1999), l’autre en économie de l’environnement obtenu à l’université de Pretoria, en Afrique du Sud (2013). Il est ingénieur agroéconomiste de la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi depuis 1994. Des générations d’étudiants formés à l’École nationale d’économie appliquée et de management (Eneam) l’ont connu comme professeur d’Economie. Il est par ailleurs, directeur du Laboratoire d’économie des systèmes socio-écologiques et de la population de l’Uac où il dispense, entre autres les cours d’Économie de la mathématique et de Méthodologie de recherches économiques.
Un tel parcours ne pouvait ne pas être remarqué hors des frontières nationales. Plusieurs organisations internationales et même des gouvernements africains l’ont trainé sur bien des projets. Soit en tant que consultant principal soit en tant qu’associé à des études de haut niveau comme au sein du Bureau International de Travail, à l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (Fao), au Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud), et au Millenium Challenge Account (Mca). Albert N’lédji Honlonkou est le premier consultant du Pnud à avoir évalué la gouvernance locale des 77 communes du Bénin en 2004. Son pays, le Bénin n’est pas resté sans solliciter ses compétences. Il a travaillé comme Directeur de l’Appui au Secteur Privé, Directeur de l’Ecole Nationale d’Economie Appliquée et de Management- Eneam et comme consultant sur plusieurs études dont l’étude sur l’emploi des femmes et l’élaboration de la politique nationale de développement de la microfinance.
En matière de littérature, Honlonkou a beaucoup contribué à l’évolution des sciences économiques. L’homme qui parle l’anglais et le français, a commis dans ces deux langues étrangères, près d’une vingtaine d’ouvrages et d’articles de revues scientifiques. Entre autres, « Politique partisane et impact des politiques publiques de Microfinance » en 2016 qui paraîtra sous peu dans ‘’ Microfinance Contemporaine, Tome 2’’, « On optimal contract for monitoring illegal exploitation of co-managed forests in Benin”. Scott Barrett, Karl-Goran Maler, and Eric Maskin eds : Environment and Development Economics: Essays in Honour of Partha Dasgupta. Oxford University Press, PP. 241-267 (avec Rashid Hassan) en 2014 et « Impact Économique des Techniques de Fertilisation des Sols : Cas de la Jachère à base de Mucuna au Sud du Bénin, sa Thèse de Doctorat de Troisième Cycle en Économie Rurale à l’Université de Cocody, Abidjan en Côte d’Ivoire en 1999.
Albert N’lédji Honlonkou qui a encadré et encadre encore des thèses, a apporté son expertise aussi bien à des communes du Bénin qu’à des ministères. A titre illustratif, il a été en 2020, pour la mairie de Cotonou, consultant associé sur le projet d’« Évaluation du potentiel non fiscal et élaboration des outils de collecte des recettes fiscales ». Une consultation qui a mobilisé les outils de partenariat public-privé. En 2019, il a aidé le Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance en tant que consultant principal pour l’« Élaboration du document de la Politique de Développement de la Microfinance (Dpdm).

Laisser un commentaire

Top