Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Allaitement maternel exclusif : Les goulets d’étranglement à lever

Allaitement maternel exclusif : Les goulets d’étranglement à lever

Adopté par les Nations unies le 20 novembre 1989 et ratifié par le Bénin en 1990, la Convention relative aux droits de l’enfant fait de l’allaitement maternel un droit reconnu à l’enfant. Bien qu’il soit connu de toutes les mères, ce droit est difficilement respecté par les nourrices au Bénin surtout pour raisons professionnelles, sociales et culturelles.

Par Fidélia Armandine AHANDESSI

« Le lait maternel est comme un premier vaccin pour le nourrisson. Il protège contre les maladies potentiellement mortelles et fournit à l’enfant tous les éléments nutritifs dont il a besoin pour survivre et s’épanouir ». C’est ainsi que le docteur Franck Robert Zannou magnifiait ce liquide lors de la 25ième édition de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel. Il n’a fait que rappeler aux uns et aux autres ce qu’ils savaient déjà de l’allaitement maternel ; mais même si les bienfaits de l’allaitement maternel sont reconnus de tous, la pratique n’est pas pour autant facile.
Selon les résultats des enquêtes du ministère de la santé, le taux de l’allaitement maternel au Bénin est de 90,9% tandis que celui de l’allaitement maternel exclusif est de 26,7%. Ces statistiques dénotent clairement de ce que les femmes allaitent certes les nourrissons mais pas exclusivement au sein. En effet de plus en plus, l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois est conseillé par les agents de santé aux femmes nourrices. Car selon l’Oms, plus de huit cent mille enfants de 0-5ans, nourris aux seins exclusivement dès les premières heures de la naissance pendant six mois, pourrait réduire la mortalité néonatale de 20%. Mais force est de constater que malgré ces consignes médicales, les nourrices n’arrivent pas à les respecter pour plusieurs raisons.
Au Bénin, les femmes sont de plus en plus actives soit dans le commerce soit pour le travail du fait de la précarité de l’emploi qui maintient la plupart des hommes au chômage. Pour les femmes commerçantes, elles ont la facilité d’amener leur bébé avec elles dans leurs lieux de commerce afin de les allaiter régulièrement. C’est le cas chez Adjoua : « j’ai une boutique en ville pour mon commerce et dès que je finis mes travaux domestiques, je lave mon bébé que je mets au dos et je vais à la boutique avec lui pour l’allaiter du matin au soir. Je m’efforce donc de respecter la consigne de ma sage-femme, celle de l’allaitement exclusif pendant six mois ». Par contre, Anielle est secrétaire de direction dans un ministère. La tâche n’est pas autant facile puisqu’elle ne peut amener son bébé au bureau. « Je suis obligée de presser un peu de mon lait maternel dans le biberon pour mon bébé en allant au bureau après l’avoir allaité le matin. Mais souvent le lait que je laisse finit avant mon retour. Alors je suis obligée de laisser aussi le lait de pharmacie pour que mon bébé n’ait pas faim et c’est seulement quand je rentre le soir du boulot que je l’allaite. Il m’est donc difficile de respecter les consignes sur l’allaitement maternel exclusif », confie-t-elle. La durée insuffisante des congés de maternité agit également sur la façon dont la mère allaite son enfant.
Outre les préoccupations professionnelles, se dressent aussi des facteurs socioculturels. Au nombre de ces facteurs, l’existence de mythes et interdits sur l’allaitement. Des parents, par exemple (les nourrices y compris) conçoivent mal donner les seins à la place de l’eau à un bébé qui a visiblement soif.
Face au faible taux de l’allaitement maternel exclusif, le ministère de la santé en collaboration avec plusieurs partenaires techniques dont l’Oms, l’Unicef et l’Unfpa ont élaboré un plan de renforcement de l’allaitement au Bénin 2016-2020 dont l’objectif général est de contribuer à améliorer l’état nutritionnel de l’enfant durant ses 1000 premiers jours de vie. Car en dépit des facteurs supra-cités qui jouent contre l’allaitement maternel, il y a également la faible connaissance de l’avantage du lait maternel et de l’importance de la tétée de “bienvenue” (allaitement dès les premières heures de naissance).
L’allaitement maternel favorise la production du lait maternel surtout du colostrum qui est une substance contenue dans le lait et qui peut être considérée comme le premier vaccin du nourrisson. Le colostrum est riche en nutriments et en anticorps.

Laisser un commentaire

Top