Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Amélioration du Système national d’intégrité : Acteurs de la justice et Osc s’informent

Amélioration du Système national d’intégrité : Acteurs de la justice et Osc s’informent

Dans le cadre du Projet d’appui à la justice (Paj), des acteurs de la justice et les Organisations de la société civile sous la direction de Social Watch Bénin sont en atelier depuis hier. Il est question de la vulgarisation des recommandations du Système national d’intégrité et de la lutte contre la corruption.

Par Sêmèvo B. AGBON

Ce n’est plus un débat : la corruption est une menace pour la démocratie et le développement. Une lutte concertée contre elle est toujours souhaitée. Et c’est ce Social Watch Bénin, chef de file d’un consortium d’Osc (Social Watch Bénin-Centre Afrika Obota Bénin et la Fondation Siadic Gl) promeut, en initiant le Projet d’action concertée entre la justice et société civile pour le renforcement du Sni au Bénin. Il « implique les acteurs de la justice et les Osc travaillant dans les domaines de la gouvernance et du droit au fin d’une amélioration du Sni », a précisé hier, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier, la présidente de Social Watch, Blanche Sonon. L’objectif, a-t-elle indiqué, est de contribuer au suivi des recommandations du Sni en général et de celle en matière juridictionnel en partie et à l’amélioration de la gouvernance économique au Bénin.

« La corruption est restée …une entrave »

Au Bénin, a-t-elle fait observer, les résultats des luttes éparses contre la gangrène de la corruption ne sont pas satisfaisants. En effet, « Les conclusions du rapport de l’évaluation du Sni de 2016 ont révélé que la justice est le pilier le plus fragile dans le dispositif d’intégrité avec une note de 24 sur100 et que la société civile, en dépit de ses initiatives pour inverser la tendance exponentielle de la courbe de corruption contribue très faiblement à un enracinement de l’intégrité au plan national avec un niveau de 35 points sur 100. Or lorsqu’on sait que la corruption est restée et continue d’être une entrave à la réalisation des Odd définis depuis des années par les Nations unies, l’agenda 20-30 et l’agenda 20-63 de l’Union africaine, il importe d’engager en synergie d’action une lutte systémique et non une lutte éparse contre la corruption, un fléau en Afrique et particulièrement au Bénin », a-t-elle soutenu.

Ainsi, l’atelier d’échanges organisé par Social Watch avec les acteurs de la justice porte sur les recommandations du Système national d’intégrité (Sni) en matière juridictionnel et sur le plan d’action de promotion de l’intégrité et de lutte contre la corruption du ministère en charge de la justice au Bénin. Aussi, s’inscrit-il dans le cadre du Projet d’action concertée entre la société civile et la justice pour le renforcement du Sni qu’il exécute avec le soutien financier de l’Union européenne à travers le Projet d’appui à la justice Paj.

Pour information, ce projet couvre la période juin 2019 à mai 2020. Au titre des activités prévues sur cette durée, figure « l’organisation d’activités d’information des différents acteurs sur les recommandations du Sni et les plans d’action de promotion de l’intégrité et de lutte contre la corruption ; la réalisation et la diffusion d’émission radiophoniques sur les recommandations du Sni en matière juridictionnel et sur les plans d’action de promotion et de l’intégrité ainsi que la lutte contre la corruption ; l’organisation d’un plaidoyer à l’endroit de la Criet pour une information périodique du peuple sur les dossiers de corruption vidée ; la production d’un rapport sur les dossiers de corruption jugés par la Criet ou les tribunaux ordinaires ; l’organisation de séance de sensibilisation et d’échange avec les populations sur les mécanismes de saisine de la Criet et autres juridictions sur les cas de corruption ; l’accompagnement des Osc par un collège d’avocat pour la dénonciation des cas de corruption à la justice », a énuméré Blanche Sonon. Toutes ces actions devront, espère-t-on, contribuer à l’amélioration de la redevabilité et à des progrès du Sni. Et d’informer qu’une personne ressource dont les connaissances en matière de méthodologie d’élaboration du rapport du Sni de Transparency international, a été identifiée.

Pour sa part, le représentant du régisseur du Programme d’appui à la justice garde espoir. « Nous espérons à travers cette séance d’échanges et de discussion qu’il y aura un changement de comportement, une amélioration par rapport aux recommandations issues du Système national d’intégrité. C’est à ce titre que le projet d’appui à la justice s’engage à travers le présent atelier à poursuivre ses efforts par le biais de Social Watch Bénin. Au terme des présentations les participants seront mieux informés sur les recommandations du Sni », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Top