Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Animation de la politique : Hounsou-Guèdè et Nazaire Dossa renforcent le Bloc républicain

Animation de la politique : Hounsou-Guèdè et Nazaire Dossa renforcent le Bloc républicain

Le Bloc républicain (Br) s’agrandit avec l’arrivée de l’ancien maire Patrice Comlan Hounsou-Guèdè, président du Parti pour l’union républicaine (Pur) et de Nazaire Dossa, président de l’Ucp-Faaba. Samou Adambi a reçu au nom du Bloc, leur déclaration d’adhésion le samedi 27 juillet au complexe hôtelier le Privilège d’Abomey-Calavi.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Entrée triomphale dans le Bloc républicain (Br) pour Patrice Hounsou-Guèdè et Nazaire Dossa ! Ajoutée à la grande mobilisation de la population, la forte présence de personnalités politiques témoigne de la solennité de l’événement. Les Honorables Rachidi Gbadamassi, Kader Gbadamassi, Abdoulaye Gounou, Gilbert Bagana, Nathanaël Sokpoékpé et le ministre Samou Adambi, représentant du Br sont quelques figures qui ont donné écho à l’acte des deux barons Patrice Hounsou-Guèdè et Nazaire Dossa.

C’est ce dernier qui monte au pupitre en premier. Pour préciser, devant un public surexcité, la raison de leur décision d’adhésion. Nazaire Dossa clarifie d’entrée, qu’il ne s’agit en réalité pour les deux, que d’un retour au bercail. En effet, s’est-il justifié, ils sont précurseurs même de l’idéologie républicaine et ardent défenseur de la réforme du système partisan. Pour preuve, Nazaire Dossa était même président d’une des commissions au sein du Br et a donc participé activement à sa formalisation et naissance. Il était donc impensable que le Br « allait naître sans Hounsou-Guèdè et Dossa », estime Samou Adambi. Malheureusement, du fait d’une divergence interne, les deux se sont retirés et n’étaient donc pas au congrès constitutif du Bloc le 8 décembre 2018 à Parakou. Ils se sont alors retrouvés dans « la maison de l’exil », souligne Nazaire Dossa, allusion faite au bloc Dynamique unitaire pour la démocratie et le développement (Dud). « L’erreur est humaine », « la correction a été rapide et me voici maintenant de retour dans la maison mère », s’est-il réjoui. « Le temps a fait son chemin », a salué Samou Adambi qui a témoigné que lors des dernières législatives, les Républicains « ont vogué sans boussole à Calavi sans Hounsou-Guèdè ».

Le Br, a assuré Nazaire Dossa, est la « maison mère » qu’il n’a jamais oubliée. « Je suis dans la maison de l’exil mais ce n’est pas pour autant que j’ai oublié la maison mère », a-t-il déclaré, citant le reggaeman Luky Dube.

Patrice Hounsou-Guèdè donne aux militants, les réponses à servir à ceux qui leur demanderaient de justifier le geste de leurs ténors. « Lorsqu’il vous sera demandé ; dit-il, pourquoi le Pur vient-il à la majorité présidentielle, Répondez-leur   que nous étions déjà là depuis le second tour de l’élection présidentielle de 2016 à travers la coalition de la rupture et qu’en ce moment, eux, ils étaient ailleurs et ne sont venus que par effraction politique ! Lorsqu’il vous sera demandé pourquoi le Pur a choisi de venir au Bloc républicain, répondez-leur que, ici c’est la maison du Parti Pur qu’il a contribué à édifier ! Souvenez-vous que le Pur, c’est le Parti pour l’Union républicaine, c’est dire que l’idée du Bloc républicain est confondue à l’Union républicaine ».

Retour pour le développement

Leur retour, ajoute-il, est aussi motivé par la réforme du système partisan. Elle permet, renchérit Patrice Hounsou-Guèdè, « de promouvoir les grands regroupements politiques au détriment des micros partis qui de moins en moins deviennent perceptibles et pertinents. »

Retour pour le combat du développement, a rassuré à son tour l’ancien maire. Et pour cause, de tristes souvenirs politiques encore vivaces dans sa mémoire : « En vertu de mon combat pour le développement, je ne me vois pas avec vous en train de me mettre en marge des actions de développement qui grandissent notre ville d’Abomey-Calavi, notre région de la 6ème circonscription électorale et notre pays le Bénin. Pour rappel, il a fallu en 2015, que je quitte les Fcbe pour l’And, que le gouvernement décide de ne plus célébrer le 1er août dans la commune d’Abomey-Calavi alors que tout était fin prêt. Même ma position politique a justifié le manque d’attention du gouvernement d’alors sur les questions de développement d’Abomey-Calavi, qui quelques mois plus tôt était portant la commune la plus chérie des 77. Il n’aura donc échappé à personne, que la position des leaders politiques de cette région reste un facteur de motivation essentielle pour l’action politique ».

L’ancien maire a également saisi l’occasion de son adhésion pour situer ses populations sur les raisons de son « attitude politiquement passive au regard de la gouvernance qui prévaut dans notre chère commune d’Abomey-Calavi ». Il s’agit par cette posture, de « rassurer les uns et les autres, que nul n’est indispensable dans l’action politique. J’ai choisi cette posture, pour ne laisser place à aucune forme de critique qui pourrait malencontreusement plomber l’action politique locale à ma charge, afin d’espérer que la population soit comblée dans ses attentes. Mais il est de ma responsabilité de répondre aujourd’hui à votre cri de détresse et de vous dire que rien n’est encore perdu parce que nous avons la solution à portée de main pour mener le combat de développement de notre chère commune d’Abomey-Calavi. Cette solution, c’est le Bloc républicain ! »

Objectif : les communales de 2020

Il a fini par lancer un appel au ralliement du Br à tous ceux qui pensent « qu’il est possible de changer de paradigme pour le mieux-être de la population…afin que nous fassions renaitre au sein de la population un espoir nouveau ». Sans oublier de « remercier et encourager très respectueusement » le président Talon « pour les actions de développement qui se posent partout sur le territoire national en général et dans la commune d’Abomey-Calavi en particulier. »

Sentiment de satisfaction chez Rachidi Gbadamassi. Même si le retour des deux ne le surprend pas, « on sentait votre vide », a-t-il avoué. Et de souffler « c’est maintenant que nous avons ce qui nous manquait ». Ensemble avec Hounsou-Guèdè et Nazaire Dossa, « nous allons réconcilier les Béninois », a-t-il juré.

« Plus unis, plus forts pour construire le Bénin ». Ce slogan du Br a été scandé, pour saluer le retour au bercail de ces deux poids lourds de la politique béninoise. Et déjà, les prochaines communales et municipales sont dans leur viseur.

 

 

Laisser un commentaire

Top