Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Assainissement des morgues au Bénin : Le décret bloqué par la mafia mortuaire

Assainissement des morgues au Bénin : Le décret bloqué par la mafia mortuaire

La fin du désordre qui caractérise le secteur mortuaire au Bénin n’est pas pour demain. Le décret censé assainir le milieu au grand bonheur des populations reste à ce jour bloqué, malgré sa validation par des experts et acteurs politiques. Et pour cause, son contenu révolutionnaire menace sérieusement les intérêts de la mafia mortuaire.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

« Rapport de fin de mission sur la gestion de la fin de vie et de l’hygiène funéraire au Bénin ». Dans ce document produit par l’Ong ‘’Bénin Diaspora Assistance’’ dans le cadre de ses onze ans d’existence, les révélations qui font froid au dos foisonnent à propos du secteur mortuaire au Bénin. Entre autres constats alarmants relevés, l’absence de laboratoires post mortem pour 95 % des morgues privées du Bénin, la non-maîtrise du nombre exact de morgues installées sur l’ensemble du territoire du fait de l’anarchie qui sévit dans le secteur, le traitement douteux des déchets liquides issus des corps et contenant des produits hautement toxiques et cancérigènes pourtant déversés dans le sol sans mesures de protection, la proximité des maisons funéraires avec les habitations, l’entassement des corps dans des containers frigorifiques ou des chambres froides destinées normalement à l’usage des poissonneries et pire, fonctionnant avec un système de froid souvent hors service, l’absence de visite médicale pour les agents en poste dans les morgues exposés à toutes sortes de maladies ; l’absence de vaccination contre certaines maladies et infections. « Dans les mosquées du Bénin en général et en particulier la salle de dépôt des corps à la mosquée de Zongo, nous avons constaté une absence de l’hygiène totale de même que les cercueils utilisés à plusieurs reprises sans aucun produit de désinfection. Ce qui est une source d’infection et de maladie grave … »

Le salut court-circuité

Ces tristes réalités n’ont pas manqué d’indisposer. Sous l’impulsion de l’Ong Bénin Diaspora Assistance, des formations ont été données aux agents des morgues et des missions d’audit ont été diligentées dans les morgues publiques et privées dans le cadre du projet « Sauvons 25.000 vies et 120.000 cas de contaminations défunts-vivants chaque année ». Plus important encore, des experts et tous les ministères concernés ont travaillé avec ladite Ong pour l’avènement d’un cadre juridique. Ainsi, un décret a été élaboré et a fait l’objet d’un atelier de validation tenu les 12 et 13 décembre 2017 à Bohicon. 91 articles répartis sur 9 chapitres. C’est un décret porteur d’une révolution salutaire au profit du secteur des morgues. Le décret « portant règlementation du secteur funéraire en République du Bénin » traite entre autres, de l’ouverture des morgues, l’hygiène funéraire, l’inhumation, exhumation et transformation de fosses, la crémation, les activités de traitement, de conservation, d’habillement, de mise en bière et de transport de corps et la gestion des cimetières.

Malheureusement, le processus n’est pas allé au bout. Le décret est bloqué au ministère de l’Intérieur et l’ultime étape de sa signature par le chef de l’Etat reste rêve qui fuit davantage. « Le but de ce blocage serait-il de protéger les généraux de la Police républicaine du Bénin, les anciens directeurs des douanes du Bénin, les anciens ministres de l’intérieur du Bénin, les directeurs départementaux des enseignements primaires du Bénin, tous propriétaires de plusieurs morgues sans agréments ou les anciens ministres et les députés qui ont leurs intérêts dans les morgues ? », interroge aujourd’hui l’expert en hygiène funéraire, Médard Koudébi, président de l’Ong Bénin Diaspora Assistance très engagée dans l’assainissement du secteur funéraire béninois. Un combat qui lui a déjà valu intimidations et menaces.

Décret portant règlementation du secteur funéraire au Bénin- Quotidien Benin Intelligent :

Laisser un commentaire

Top