Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Audience au cabinet du ministre Homeky : Le cinéaste Sylvestre Amoussou reçoit ses honneurs

Audience au cabinet du ministre Homeky : Le cinéaste Sylvestre Amoussou reçoit ses honneurs

Le réalisateur Sylvestre Amoussou a été reçu en audience le lundi 11 février par le ministre du tourisme, de la culture et des sports, Oswald Homeky à son cabinet à Cotonou. A l’occasion, hommage a été rendu au lauréat du 2ème Prix au Fespaco, édition 2017 et un chèque de 20 millions lui été remis.

Par Sêmèvo B. AGBON

L’attente a été longue. Enfin elle a été satisfaite. Le ministre du tourisme, de la culture et des sports, Oswald Homeky a reçu de façon formelle le cinéaste Béninois de renommée internationale Sylvestre Amoussou. « J’ai cru que ça n’arriverait jamais mais finalement je suis vraiment très touché. Quand on est célébré à l’international, on a qu’une envie : être reconnu chez soi, parce que je porte l’Afrique dans mon cœur et particulièrement le Bénin », a confié en sourire le réalisateur. Cette audience, loin d’être une simple occasion de poignées de mains, a permis de célébrer l’illustre cinéaste dont le travail impeccable honore le Bénin à l’international. « J’ai souhaité au nom du gouvernement recevoir en audience notre compatriote Sylvestre Amoussou pour lui témoigner la reconnaissance de l’Etat béninois et de tout le peuple suite à sa consécration lors du dernier Fespaco (Festival panafricain de cinéma de Ouagadougou), événement au cours duquel il a reçu la médaille d’argent qui pour nous est une première. Sylvestre Amoussou est une icône du cinéma et nous avons pu, au cours des années passées, voir l’étendue de son talent », a témoigné Oswald Homeky. Désormais, Sylvestre Amoussou et le gouvernement se donnent la main pour le rayonnement du cinéma béninois. « Dans le domaine du cinéma vous avez fait vos preuves et il est important que l’Etat puisse matérialiser cette reconnaissance et en même temps officialiser ce partenariat que nous avons décidé d’établir pour le bonheur de tous ceux qui décident de faire le travail de Sylvestre Amoussou et même à le dépasser un jour. Nous n’avons pas les moyens financiers pour couvrir l’ensemble des besoins d’un cinéaste d’aussi grande renommée mais à titre symbolique le Bénin a décidé de vous octroyer un financement de 20 millions de Fcfa qui est une modeste contribution à l’effort que vous fournissez depuis autant d’années », a indiqué le ministre Homeky. Il a souhaité que l’heureux use de son savoir, de son expérience et de son expertise pour aider les jeunes à grandir dans ce secteur.
De son côté, Sylvestre Amoussou reste convaincu que le cinéma peut beaucoup apporter au développement d’un pays. Pour cela, il a promis contribuer à la restructuration du cinéma béninois. « Je souhaite sincèrement que les acteurs culturels trouvent leur place dans ce pays. J’ai l’impression que les jeunes y galèrent énormément. Beaucoup d’entre eux m’écrivent et je me ferai leur porte-parole auprès de vous chaque fois que je peux parler de cette jeunesse. Je vais essayer de vous concocter un dossier pour que vous puissiez voir comment fonctionne le système du cinéma ». Le cinéma, a-t-il expliqué, n’est pas un secteur rentable au début sans une structuration. « Une fois que ce sera structuré les privés prendront volontairement le relais. Mais au départ il faut que l’Etat accompagne cette jeunesse, mette en place les moyens nécessaires pour que le Bénin brille », a-t-il insisté tout en promettant sa disponibilité.
En 2017, Sylvestre Amoussou avait gagné la Médaille d’argent pour son film ‘’L’Orage africain : un continent sous influence’’. Il y raconte « l’histoire d’un président africain d’un pays imaginaire qui en a assez de voir son pays pillé par les multinationales et l’Occident ». Il a donc décidé de nationaliser tous les moyens de productions qui sont installés dans son pays et demandé aux Occidentaux de partir. « Mais comme nous ne sommes pas des pays fermés, il demande que les Occidentaux travaillent désormais sous la direction des Africains ». Ce film, a conclu le réalisateur, vise à amener les Africains à prendre leur destin en main « parce que rien ne se fait sans travail. Pour développer un pays, chacun doit contribuer à son niveau ».

Laisser un commentaire

Top