Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Axe Pahou-Ouidah : Le cambriolage des lampadaires installe l’insécurité

Axe Pahou-Ouidah : Le cambriolage des lampadaires installe l’insécurité

Voie complètement illuminée juste à l’avènement du régime de la rupture par des lampadaires posées le long du tronçon à perte de vue, devenant ainsi un joyau honorifique salué à l’unanimité par les riverains et les populations de Ouidah, l’axe Pahou-Ouidah la nuit, est devenu en moins de 4 ans une voie à haut risque. À partir de 23 heures, difficile d’emprunter ce tronçon sans craindre pour sa sécurité. Et pour cause, les poteaux ont été presque tous amputés de leur batterie d’alimentation par les délinquants, plongeant ainsi l’axe dans un noir terrifiant. Aucune lumière sur les tronçons Ahozon-poste et forêt-Usine Bénin tracteurs de quoi faire paniquer les riverains solitaires. « En l’état actuel, la voie pose un véritable problème de sécurité. Moi j’ai toujours peur de voir surgir de la brousse un braqueur. Tellement il fait noir et aucune habitation de part et d’autres.» a confié Urbain, un usager de la route. Célestin, cadre en service à Cotonou mais résidant à Ouidah nous a confié : « Avant, je quittais Cotonou pour Ouidah au-delà de minuit sans crainte parce la voie était éclairée. Mais depuis qu’ils ont commencé par voler les batteries des lampadaires et que la voie n’est plus du tout éclairée, je prends mes dispositions pour passer avant 22 heures.» De toute évidence, c’est un réseau bien organisé qui opère et visiblement le mode opératoire consisterait à se servir d’échelle vue la hauteur des poteaux. «C’est l’œuvre des divorcés sociaux qui ne veulent rien faire et qui se sont organisés à cette fin. Sinon comment comprendre que ce que l’État a réalisé à coup de milliards pour notre bien, on puisse détruire cela. Ils ont leur réseau et je pense que ces batteries sont revendues.» a déclaré Patrice, riverain de la route.

Approché, le Directeur des services techniques de la mairie de Ouidah a déploré la situation et fait savoir qu’elle préoccupe sérieusement le conseil communal. « C’est pour raison de sécurité, que les coffrets sont condamnés mais malgré cela, ces badauds parviennent à les défaire et à dérober les batteries. C’est très déplorable. » a affirmé Victor Adjaho. Le Dst a tout de même rassuré les riverains de la voie de ce que les dispositions idoines sont en train d’être prises pour que l’éclairage revienne sur ce tronçon. « L’État a déjà dépêché une structure sur le terrain qui a tout répertorié et bientôt ces lampadaires seront remplacés par d’autres dont la batterie est incorporée aux panneaux » a-t-il annoncé.

Par Laurent KOKOU

Laisser un commentaire

Top