Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Romuald Wadagni : Sa déclaration à l’issue du vote du projet de loi de finances 2023

Romuald Wadagni : Sa déclaration à l’issue du vote du projet de loi de finances 2023

Romuald Wadagni

Romuald Wadagni parle des avancées au niveau des secteurs de l’éducation, accès à l’eau potable, aménagement de pistes rurales ces dernières années au Bénin. Lire ses propos tenus au Parlement du Bénin à Porto-Novo en marge du vote du budget de l’Etat 2023.

 

«Je voudrais vous retourner les félicitations que vous adressez au gouvernement dans son ensemble et à l’équipe du ministère des Finances ici. L’action que nous avons conduite ensemble et l’exemple de ce qu’on a vu aujourd’hui où plus de 8 amendements sur 10 ont été acceptés et pour ceux qui n’ont pas été directement acceptés‚ ils ont été pris en charge pour étude complémentaire et probablement seront mis en œuvre au cours de l’année une fois que les études complémentaires auront été effectuées. C’est dire combien la relation que nous avons entretenue a été constructive.

LIRE AUSSI : Assemblée nationale : La neuvième Législature installée le 12 février 2023

Tout à l’heure on a parlé de beaucoup de choses, je voudrais que en rendant compte au président vous lui rendez compte de façon concrète des effets de ce que nous avons pu réaliser ensemble pendant les 4 années qui s’achèvent.

•Cantines scolaires : 400 mille à 1 million d’enfants couverts

Quand on pense aux enfants dans les écoles‚ vous vous rappelez en 2019 quand vous êtes venu ici, le programme de cantine scolaire qui avait commencé et qui s’accélérait nous permettait de donner à manger à environ 400 mille enfants dans nos écoles. Cette année nous sommes à 1 million d’enfants couvert. Ça veut dire, c’est 1 million d’enfants qui ont accès à de la nourriture, c’est dire que nous avons augmenté, plus que doublé sous votre législature le nombre de personnes qui ont accès aux cantines scolaires, donc amélioration de la nutrition des cantines, amélioration de la capacité des enfants à pouvoir rester à l’école, amélioration de la capacité des enfants à pouvoir à cet âge-là développer leur intellect et devenir de meilleurs cadres et meilleurs dirigeants demain.

Rejoignez notre forum Telegram pour ne rien rater de l’actualité. Analyses‚ enquêtes‚ exclusivité..ici👉🏿
https://t.me/+w4Ujk6EDhDc2Mzc0

C’est un effet concret que je voudrais que vous gardiez à l’esprit parce que c’est grâce à vous, grâce à vos amendements et sollicitations, aux alertes que vous poussez qu’on a pu réaliser ça.

•Plus de 7000km de pistes rurales aménagées‚ la production de karité boostée

Je prendrai le même exemple sur d’autres sujets notamment les infrastructures. Nous avons tendance à voir dans les grandes villes, nous avons parlé tout à l’heure de l’asphaltage, des villes qui s’embellissent. Mais je voudrais que vous ayez aussi à l’esprit que grâce aux moyens que vous nous avez donnés, nous avons chaque année plus de 7000km de pistes rurales qui sont faits dans nos communes, qui permettent aux gens de pouvoir sortir leurs productions.

Le bel exemple c’est le karité. En 2019 moins de 100 mille tonnes de karité étaient produites. Quand je dis produites, c’est une déformation parce que, en réalité, aujourd’hui le karité est collecté mais en 2019 la collecte était évaluée à moins de 100 mille tonnes. Cette année nous parlons de 200 mille tonnes. Ça veut dire concrètement que grâce aux ouvertures de pistes, grâce aux pistes rurales qui sont entretenues, grâce au soutien que nous apportons aux femmes, c’est plus de deux milles femmes complémentaires qui ont un emploi…et c’est plusieurs milliers de jeunes aussi qui arrivent à assister ces femmes pour aller collecter le karité. Ça c’est du concret. C’est ça le développement.

•Accès à l’eau potable : 72% de couverture nationale

Je prends l’exemple de l’eau. En 2017, nous étions à un taux de couverture de 45% de populations ayant accès à l’eau potable. Cette année nous avons terminé à 72%. C’est 3 millions de Béninois qui ont accès à l’eau potable sous votre mandature, grâce à vos efforts. Et ce n’est pas seulement ça.

Ce qui est intéressant c’est qu’il y a eu toute une réforme du secteur de l’eau. Il y avait des villages où les femmes et les jeunes allaient chercher l’eau, la bassine de 25 litres à 25F, 50F et même 75F.

Grâce à la réforme, aujourd’hui c’est 15F le prix uniforme de la bassine d’eau. Sur chaque 15F collectés, il y a 3F qu’on met de côté pour entretenir et renouveler les équipements. C’est-à-dire que ceux qui ont maintenant accès à l’eau on s’assure que pour toujours, ils aient accès à l’eau.
On dit souvent que celui qui a connu quelque chose quand il le perd il est beaucoup plus malheureux que celui qui n’a jamais connu. Et donc nous veillons à ce que‚ quand nous apportons quelque chose aux populations, qu’on mette en place la gouvernance, le cadre pour que ce quelque chose dure. Et le bel exemple c’est l’eau.

LIRE AUSSI : 8ème législature : Vlavonou et Cie votent le dernier budget de leur mandat

Cette idée qu’on a de l’eau, on réforme, on fait les investissements, on met en place une gouvernance pour que ce qu’on fait se poursuive et reste stable et durable. Même chose dans le domaine de la santé.

•Aujourd’hui on a moins peur d’acheter un médicament

Dans le domaine de la santé, les réformes ont mis du temps, les investissements ont démarré. Vous allez voir les semaines, les mois qui viennent dans nos hôpitaux et centres de santé, etc. que toute la gouvernance est en place. Le contrôle est en place.
Aujourd’hui, les médicaments quand vous allez dans une pharmacie vous avez moins peur d’acheter un médicament. Parce que la gouvernance est en place.

Ainsi que dans le secteur de l’éducation. Je ne vais pas anticiper sur ce qui sera dit la semaine prochaine. Je peux vous assurer que les réponses sur les aspirants viendront. On vous l’a promis, ça viendra et la même idée de réforme et d’action que nous avons faite dans le secteur de l’eau se déploie dans la santé, dans l’éducation. Et au fur et à mesure on met en place la gouvernance, des investissements pour que concrètement les populations se sentent mieux. C’est ça le sens de ce que nous faisons.

•Le taux de pauvreté passe de 39‚7 à 37%

Si nous ne sommes pas capables de translater nos actions, nos lois dans le concret de nos populations on ne sert à rien. 2019-2022 le taux de pauvreté a significativement baissé.

En 2015 la Banque mondiale indiquait que le taux de pauvreté au Bénin était de 39,7%. Quand vous êtes arrivé ce taux était de 38,4%. Là on atterrit à 37%. On ne fera pas sourd. On a un risque de réinsertion de la pauvreté qu’on n’avait jamais connu sous vous, dans un contexte où la population augmente de plus de 5%. Donc vous avez la population qui augmente mais on a réussi à maintenir et à accroître le risque de réduction de la pauvreté. C’est formidable.

J’aurais pu continuer. Mais le message que j’ai à apporter c’est que le merci revient d’abord à vous. Nous avons soumis un projet de loi de finances, ce qui ressort d’ici comporte tellement de mesures qui sont vos initiatives qui permettent d’apporter ce mieux être à la population. Franchement merci.

Transcription : Sêmèvo Bonaventure AGBON

Laisser un commentaire

Top