Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Bepc 2022 : Les précisions du Ddestfp/Atlantique sur le décès de son représentant à Sô-Ava

Bepc 2022 : Les précisions du Ddestfp/Atlantique sur le décès de son représentant à Sô-Ava

Le lundi 13 juin, le représentant du directeur départemental de l’Enseignement secondaire du département de l’Atlantique au centre de composition du Ceg Sô- Ava dans le cadre de l’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), est décédé. Il a rendu l’âme alors qu’il se rendait au centre de composition contrairement aux informations selon lesquelles il serait décédé sur le terrain. Fabrice Atchetounwê directeur du Ceg Koussi et ancien censeur du Ceg Gbessou dans la commune de Sô Ava souffrait d’un problème de cœur quelques jours avant son décès précisément depuis le vendredi 10 juin. La maladie s’est aggravée alors qu’il était dans la barque pour se rendre au centre de composition a indiqué le directeur départemental de l’Enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle Atlantique (Ddestpf) Edmond Houinton. Précisions.

Bonjour Dr Houinton ! Nous avons appris lundi 13 juin, le décès de votre représentant au centre de composition du Ceg Sô-Ava dans le cadre de l’examen du Bepc session de juin 2022. Qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

Bonjour Monsieur le journaliste. Évidemment hier matin (le lundi 13 juin), nous avons connu un décès. C’est celui de mon représentant au centre de composition du Ceg Sô-Ava. On m’a dit que depuis un certain moment surtout depuis le vendredi qu’il avait un petit malaise. Le chef centre devrait aller avec lui visiter le centre depuis le vendredi. Mais ce vendredi-là, il a demandé au chef centre qu’il aille d’abord à l’hôpital parce qu’il sentait un peu quelque chose de grave au niveau de sa poitrine. Arrivé là-bas, il a rencontré un généraliste qu’il lui a dit de revenir cette semaine pour voir le cardiologue. Mais le généraliste lui a prescrit des médicaments qu’il devrait prendre. Le samedi, ils sont allés dans le collège. Le dimanche également jusqu’au soir. Le lundi matin, il a pris sa moto pour venir au niveau de la rivière. C’est arrivé là-bas qu’il a commencé à grelotter et à trembler. Dès qu’il est entré dans la barque, il tremblait simplement. Les gens lui disaient est-ce qu’il ne va pas retourner à la maison ; il disait non que ça pouvait toujours aller. Il a repris un comprimé de son médicament et puis la barque a continué. Mais avant d’arriver au Ceg, il grelotait trop. Arrivé là-bas, c’était difficile pour lui de sortir. Les gens ont dû lui donner la main pour l’aider à sortir de la barque. Mais ils ont constaté que cela n’allait pas toujours. Aussitôt, ils l’ont remis dans la barque pour l’envoyer d’urgence au centre de santé qui est à 200 mètres du Ceg Sô-Ava. Avant d’arriver là-bas, les gens ont constaté que c’était un corps sans vie. Donc, le cœur a lâché. Le médecin l’a ausculté et a constaté qu’en réalité, il est déjà parti depuis la veille. C’était un Avc ou une hémorragie ils ont dit. C’est ce qui s’est passé ça. Ce n’est pas un surveillant de salle qui est tombé devant les apprenants comme certains tentent de le dire. Rien de tout cela. Il n’a même pas mis pied dans le collège. Pas du tout ! C’est le directeur du Ceg Koussi Fabrice Atchétounwé. Il est resté longtemps censeur du Ceg Gbessou à Sô Ava. C’est de là qu’il a été nommé directeur du Ceg Koussi. On a appelé les parents qui sont venus avant que moi je ne quitte les lieux ; parce que quand nous on a lancé le Bepc au Ceg 2 Abomey-Calavi, on a dû aller sur le terrain. On a fait des descentes inopinées dans certains centres en l’occurrence le centre Martin Luther King parce qu’on nous avait dit que c’était inondé. C’était l’intoxication purement et simplement. C’est là nous on a quitté pour nous rendre à Sô Ava. Les parents sont restés avec le médecin qui leur a tout expliqué avant que moi-même je ne quitte là avec mon équipe.

Propos recueillis et transcrits par Raymond FALADE

Laisser un commentaire

Top