Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Boycott des sessions communales: Des conseillers manipulés à Dangbo et Bonou ?

Boycott des sessions communales: Des conseillers manipulés à Dangbo et Bonou ?

Après l’indiscipline au sein des partis politiques que la loi interprétative du code électoral a conjuré, un autre virus ronge les nouveaux conseils communaux. Celui du boycott qui a empêché la tenue des premières sessions ordinaire au niveau de plusieurs communes. Manipulation ou simple mécontentement ?

Par A. D.

Les derniers événements survenus dans les conseils communaux de Dangbo et de Bonou laissent beaucoup à désirer. Tapis dans l’ombre pour remettre en péril l’édifice politique du président Patrice Talon au profit de leurs intérêts égoïstes, les manipulateurs ont été mis à nu. Loin de la vision du Chef de l’État qui se veut désormais sur l’échiquier politique béninois, des partis forts et non des hommes forts, ces hommes et femmes semblent ne pas être encore prêts à la faire prospérer. Ces soi-disant soutiens de la réforme du système partisan, sont toujours attachés aux vieilles pratiques. Sinon, comment peut-on expliquer ce qui se passe au niveau de certains conseils communaux. Un devoir de tolérance et de complémentarité devrait favoriser la cohésion et l’unité autour de la gestion à la base tout au long de cette quatrième mandature. A Dangbo par exemple, grande a été la surprise de plus d’un de noter le boycott de la première session. C’est pratiquement le même schéma du côté de la commune de Bonou où le maire Thierry Tolegbe s’est retrouvé seul face à des conseillers qui semblent ne pas être prêts à remplir la mission qui est désormais la leur. A qui la faute si le destin et le parti ont décidé de porter ce jeune maire à la tête de la commune ?

Voilà un peu le schéma que certains leaders tentent malheureusement d’imposer aux conseils communaux. Incapables d’arracher comme annoncé les cinq communes de la 20ème circonscription électorale au profit de leur formation politique, des élus du peuple préfèrent aujourd’hui se livrer à la manipulation des conseils communaux. Les faits donnent tout simplement raison au ministre Serge Ahissou qui a toujours soutenu que ” le vers est dans le fruit “.

La dernière session boycottée à Dangbo alors que rien ne présageait de cet incident à quelques minutes de l’ouverture de la session, est la preuve épatante de cette manœuvre de déstabilisation des conseils communaux.

La situation qui prévaut au sein de quelques conseils communaux peut paraître un simple jeu aux yeux du politique. Mais il est bien dangereux pour le développement à la base qui reste et demeure le socle du développement de toute une nation. Aucune commune ne peut réussir son développement dans la division et les intrigues politiques. Les conseillers de Dangbo et de Bonou seront tous complices et comptables de l’échec et de toutes les situations déplorables de la commune. Vouloir boycotter les sessions et saboter les initiatives de développement, est une grave trahison. Il est aujourd’hui question de transcender les différends et les incompréhensions pour sauver les meubles. Les leaders manipulateurs ne répondront pas devant la population. Il revient cependant au président Bruno Amoussou de rappeler à l’ordre ses élus progressistes pour la discipline et la bonne image du parti.

C’est aussi un impératif d’honneur pour le président Abdoulaye Bio Tchané de réorganiser sa troupe d’élus républicains pour éviter le chaos aux communes.

Cela y va de l’intérêt de tous et surtout du développement des communes concernées.

Laisser un commentaire

Top