Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Campagne cotonnière 2021 : Des gains qui ont impacté toute la population

Campagne cotonnière 2021 : Des gains qui ont impacté toute la population

La filière coton est le sous-secteur pourvoyeur de richesse au Bénin. Il demeure le sous-secteur le mieux organisé et le mieux structuré. À son avènement au pouvoir en 2016, le président Patrice Talon a opéré de grandes réformes qui ont permis pour la campagne 2021 de générer de milliers d’emplois, d’importants gains pour les producteurs et des acteurs de la filière et ont induit des effets sur les indicateurs de performance de l’économie nationale.

Par Raymond FALADE

En matière d’emplois, 209 602 producteurs dont 17 395 femmes relevant de 2 434 Cvpc ont été enregistrés durant la campagne 2020-2021 contre 219 472 producteurs pour la précédente campagne. L’évolution déclinante consécutive au processus d’assainissement des coopératives par l’Association interprofessionnelle du coton (Aic), préfigure du nombre d’emploi créés à travers la campagne cotonnière 2021 au niveau du maillon production (chefs ménage, membres du ménage, les ouvriers salariés, les fabricants et réparateurs d’outils de travail, restaurateurs de rue, etc.) Les emplois sont également créés le long de la chaine (emballages, transport, égrenage, conditionnement, restauration, maintenance des usines et équipements, etc.).

Sur le plan financier, le coton est une filière transversale de l’économie béninoise qui fait vivre une grande diversité de sous-secteurs. Selon le ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche, au titre de la campagne en cours, la production du coton-graine a induit plusieurs effets notamment sur des producteurs de coton avec 101 530 115 058 Fcfa. La valeur nette payée aux producteurs à titre de fonds coton après déduction des différents crédits à la production est de 99 525 884 850 Fcfa. Les frais de marché à verser aux organisations de producteurs pour la commercialisation qui est de 725 660,53 tonnes se chiffrent à 1 451 321 060 Fcfa. La même source indique que les frais de gestion des intrants versés aux Op s’élèvent à 552 909 148 Fcfa. 8 035 925 000 Fcfa ont été injectés dans les recettes douanières. Selon les répartitions, les prélèvements de taxe au cordon douanier au taux de 10 Fcfa/kg font un total de 5 460 000 000 Fcfa pour la fibre et la graine exportée. Les taxes douanières sont de 0,85% de la valeur Fob des volumes de fibre exportés font un total de 2 575 925 000 Fcfa. Les acteurs portuaires (manutentionnaires, transitaires, acconiers, contrôleurs de poids…) permettent la mise à Fob de la fibre d’un revenu de 10 392 668 612 F Cfa. Quant aux collectivités locales, elles ont bénéficié de la taxe sur le développement local (Tdl). Conformément à la loi, le taux retenu de 2 Fcfa/kg a permis de verser aux communes au titre de la campagne 2020-2021, 1 451 321 060 Fcfa dont 9 642 329 351 Fcfa pour les banquiers, 1 281 779 309 Fcfa aux assureurs. Les saisonniers des usines d’égrenage et de trituration s’en sortent avec 2 668 983 452 Fcfa. Les Impôts et taxes perçus par l’Etat sur les revenus et la consommation des acteurs et des sociétés intervenant dans la filière est de 14 078 532 371 Fcfa.

Laisser un commentaire

Top