Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Célébration du 1er août 2022 : Sentiment unanime de fierté

Célébration du 1er août 2022 : Sentiment unanime de fierté

Après plus d’un demi-siècle d’indépendance, les Africains doivent se réapproprier leurs histoire et dignité. Tel est le sens primordial que revêt la célébration en couleur de la 62e édition de la fête nationale du Bénin marquée par l’inauguration de trois monuments dignes du passé glorieux.

Par Raymond FALADE

Après deux ans de pause, la célébration de la fête de l’indépendance a retrouvé la ferveur d’antan. Dépôt de gerbe, défilé militaire et autres, le charme était au rendez-vous de l’édition 2022. Une célébration qui intervient 48 heures après l’inauguration de trois monuments qui reconnecte les Béninois aux valeurs glorieuses de leur histoire.

L’un d’entre eux -le monument aux Dévoués- a abrité la cérémonie de dépôt de gerbe par le président Patrice Talon dans le majestueux « Jardin de Mathieu ». Lors de son dévoilement, le chef de l’État a d’ailleurs dénoncé l’ancien site au pied duquel s’exécutait ce geste symbolique :

 

LIRE AUSSI : Bio Guera : La Figure de l’attachement à l’intégration, selon Jean-Michel Abimbola 

 

« Pendant plus de 60 ans, nous avons rendu hommage à nos héros à Xwlacodji, au pied d’un monument érigé par l’envahisseur à la gloire de ses soldats qui ont décimé les nôtres. En réalité, ce monument aux morts de Xwlacodji ne nous concerne pas ; il nous a plutôt toujours défiés, a toujours ravivé nos peines… Il est chronologiquement, surtout et avant tout, le monument dédié aux soldats déployés par l’envahisseur pour soumettre nos ancêtres », a critiqué d’un ton grave Patrice Talon. Et de décréter, dès lors, que « Désormais c’est ici, en ce lieu empreint de notre histoire politique, au pied de cet obélisque qu’artistiquement le monde entier a emprunté au génie égyptien, que sera déposée chaque 1er août, la gerbe à la mémoire de nos héros », a-t-il ajouté.

L’appel à l’unité nationale, le requiem des clivages ethniques…transparaissent dans le monument de Bio Guera. En érigeant à Cotonou, soit à des centaines de kilomètres de son milieu natal, une statue en hommage à ce guerrier wassangari, le gouvernement amène les fils et fille du Bénin à se considérer comme héritiers d’une même patrie, à défendre.

 

LIRE AUSSI : Épigraphe du monument de l’amazone : « Pour satisfaire tout le monde nous sommes revenus à l’écriture que la majorité aimerait avoir » Wilfried Léandre Houngbédji

 

Né à Ouidah et paternellement proche d’Abomey, Patrice Talon a montré la voie de la fraternité en s’identifiant à un héros du septentrion. « Moi, je suis conscient que je suis un Bio Guera, je suis conscient que chacun de nous est un Bio Guera ou devra l’être pour défendre notre dignité, notre identité, notre histoire et nous protéger les uns les autres, protéger notre nation et œuvrer à son développement », a-t-il déclaré avec fierté à l’occasion de l’inauguration dudit monument.

Le monument de l’Amazone s’inscrit dans la même dynamique de réappropriation de l’identité, en insistant sur la place de la femme dans la construction de la nation. Il fait référence « aux “agoojié” ou encore aux “minon”, Amazones du Danxomè ». Ces femmes qui ont tout comme les hommes défendu la patrie face à l’ennemi français. Aujourd’hui, des femmes à l’instar de ces amazones, existent encore et sur toute l’étendue du territoire national. Grâce à leur contribution, « Les mots courage, bravoure, force, combativité et honneur ne sont pas exclusifs au genre masculin », constate Patrice Talon. « Au Bénin, autant que les hommes, des femmes se sont distinguées par ces valeurs et ont brisé le mythe du sexe faible », conclut-il.

Il aura donc fallu le gouvernement de Patrice Talon pour faire ce qui devrait être fait depuis longtemps, les jours suivant l’accession à l’indépendance, à savoir la célébration des héros de l’histoire nationale et l’enseignement des valeurs républicaines que leur parcours inspire.

Laisser un commentaire

Top