Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Centrale thermique Maria Gléta 2 : Le premier moteur déjà en marche !

Centrale thermique Maria Gléta 2 : Le premier moteur déjà en marche !

Le ministre de l’énergie, Dona Jean-Claude Houssou a activé le vendredi 15 mars, le bouton du premier moteur de la centrale thermique de Maria Gléta 2. Un acte historique pour la production de l’énergie électrique sur place au Bénin.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Montée triomphale dans le ciel d’Abomey-Calavi, des premières fumées noires d’un des sept moteurs de la centrale thermique Maria Gléta 2 vendredi dernier. Accolades, cris de joie, acclamations, sourire… Sur le visage des autorités politico-administratives et citoyens déplacés pour l’événement, la satisfaction et l’émerveillement étaient claires. Le Bénin en passe de vaincre la fatalité du délestage, saluent-ils en choeur. « C’est une grande joie qui nous anime. Je remercie le président Talon pour le respect de ses engagements », a déclaré, enthousiasmé, Pierre Gbègnon, chef de l’arrondissement de Togba qui abrite la centrale. « Nous vivons quelque chose d’inhabituel aujourd’hui. Nous venons d’amorcer le développement de notre pays. Félicitation au président Talon. Ce travail a été réalisé parce qu’il a fait confiance à une équipe. Il n’a pas mis pied ici mais voilà le fruit de la confiance en son ministre de l’énergie. C’est le développement qui est amorcé, c’est l’insécurité qui est conjuguée derrière, car partout où il y a la lumière, il y a le développement », a salué, sur un ton ferme Georges Bada, maire de la commune d’Abomey-Calavi. Pour le préfet de l’Atlantique, Jean-Claude Codjia c’est le Bénin qui prend ainsi son envol grâce à la ‘’volonté inébranlable’’ du Chef de l’Etat. « Nous avons enfin notre centrale qui permettra de chasser définitivement du Bénin l’obscurité et donc la pauvreté !», s’est-il exclamé. Le représentant du directeur général de la Sbee, Fayikou Yaya s’est réjoui quant à lui de ce que ce joyau de 120 Mw permettra de satisfaire la clientèle.

Pour en arriver là, il aura fallu un gouvernement ambitieux présidé par Patrice Talon et un ministre de l’énergie dynamique en la personne de Dona Jean-Claude Houssou. Ce dernier « s’est souvent comporté comme un catalyseur », a témoigné Emérick Tokoudagba, coordonnateur du site. En effet, a-t-il justifié « chaque fois qu’on donne un délai il le revoie à la baisse et on y arrive toujours quand il nous donne les voies et moyens pour accomplir la tâche. Pour nous c’est vraiment encourageant ». Le premier moteur a été ainsi mis en marche après 14 mois d’intenses travaux au lieu des 18 prévus. Quant aux six autres moteurs, tous les sept jours désormais, un moteur sera mis en marche, a-t-il rassuré.

L’homme qui a suivi de près la concrétisation de ce projet phare du gouvernement est débordé de joie. Dona Jean-Claude Houssou est fier de rentrer dans l’histoire : « Maria Gléta 2 n’est pas un mythe, c’est une réalité ». Et d’ajouter que « Grâce au président Talon, le Bénin, ce 15 mars 2019, a pris définitivement le train du développement. Ce qui nous réunit aujourd’hui c’est quelque chose d’historique qui montre que le Pag avance. Et quand le Pag avance, c’est le Bénin qui avance. Ce projet qui est l’un de plus gros en cours actuellement dans notre pays est arrivé avant l’heure prévue. Ça, c’est la marque de fabrique de ce gouvernement qui montre désormais que le dire et le faire doivent être une vertu partagée par notre pays ». L’énergie étant indispensable pour le développement socioéconomique, Dona Jean-Claude Houssou croit fermement que la centrale thermique de Maria Gléta contribuera au changement structurel de notre économie voulu dans le Pag, ce qui aura une incidence positive sur les conditions de vie des citoyens.

La dimension sociocommunautaire de la centrale de 120 Mw a été abondamment aussi saluée à l’occasion. Prime a été donnée à la compétence locale : 95% du personnel qui travaille sur le chantier est Béninois, toutes les entreprises sous-traitantes sont béninoises. Aussi, un volet social impressionnant a été exécuté en amont de la construction de la centrale tel qu’exigé par le gouvernement : construction d’une route de 3 km entièrement pavée avec tout le système d’assainissement pour desservir le site, construction de 25 km de réseau électrique et de 24 salles de classes (année 2018-2019) au profit du Ceg Houèto, une salle d’infirmerie et une salle pour la Police républicaine, etc.

Laisser un commentaire

Top