Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Centre Cahrem de Tori-Acadjamè : Isabelle Ahomadégbé offre une cargaison de vivres aux orphelins

Centre Cahrem de Tori-Acadjamè : Isabelle Ahomadégbé offre une cargaison de vivres aux orphelins

Le Groupe-solidarité-fraternelle-conscient (Gsfc) a procédé, samedi 31 octobre, à la remise de vivres aux orphelins du Centre d’accueil d’hébergement et de rééducation de l’enfance malheureuse (Cahrem) de Tori-Acadjamè. C’était sous l’une des paillotes d’accueil du centre en présence de la présidente du groupe, du président du lieu, de leurs collaborateurs et des enfants. Occasion pour les uns et les autres d’exprimer leur reconnaissance et de faire des doléances.

Par Fidèle N. DEDEGNONHOU (Stag.)

Sacs de riz, bidons d’huile et d’eau minérale, cartouches de sucre et de spaghettis…La liste de denrées offertes au Cahrem de Tori-Acadjamè est longue. Ce geste, à en croire Isabelle Ahomadégbé, présidente du Gsfc, répond au devoir de garantir aux orphelins à l’instar de tous les enfants du Bénin, la protection, la provision et l’épanouissement indispensables à leur bien être moral, sanitaire et intellectuel. Ce qui justifie leur présence aux côtés de ces enfants sans père et sans mère. Le Gsfc fait désormais partie des donateurs sur lesquels peuvent compter les responsables du Cahrem pour subvenir aux besoins des enfants. « Permettez-moi de vous rassurer que rien ne pourra être une barrière à l’amour que nous vous portons », les a rassurés Isabelle Ahomadégbé.

Très ému, Denis Houndéton, président du Cahrem a exprimé sa profonde gratitude à la donatrice, et de relever l’importance des dons de cette nature dans la vie des enfants de ce centre. « C’est grâce à ces dons que les enfants arrivent à manger », a-t-il fait savoir. Un appel de sa part également à l’endroit de tous autres donateurs qui hésiteraient à leur venir en aide à cause de l’incident qu’a vécu leur centre de Cotonou. Ne pas se fier aux rumeurs, a-t-il exhorté. « Nous existons toujours à Tori et nous mettons également les bouchés doubles pour que le centre de Cotonou rouvre d’ici quelques jours », a-t-il promis.

A la suite du promoteur, le porte-parole des bénéficiaires, Oumou Kodio a remercié le Gfsc et l’a rassuré de la préservation de ce lien d’amitié ainsi créé entre eux. « Je profite de ce canal pour faire appel aux groupes, organisations ou personnes de bonne volonté de bien vouloir emboiter les pas au Gsfc. Le Cahrem existe toujours et a beaucoup besoin d’eux. Nous serons très ravis de les voir les tout prochains jours », a-t-elle souhaité. Et de formuler enfin le vœu de voir le gouvernement accompagner le groupe dans sa noble mission de solidarité aux enfants de la communauté.

 

Laisser un commentaire

Top