Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Élaboration des textes sur la Chefferie traditionnelle : Rois et dignitaires traditionnels soumettent 7 préoccupations

Élaboration des textes sur la Chefferie traditionnelle : Rois et dignitaires traditionnels soumettent 7 préoccupations

Le président de la Commission chargée de l’élaboration des textes sur la Chefferie traditionnelle en République du Bénin, le professeur de Linguistique Bienvenu Akoha a reçu les propositions des rois, reines et autres dignitaires traditionnels sur le sujet. Leurs préoccupations sont au nombre de sept (7) selon un communiqué en date du 4 juin publié par le Comité de suivi de la Concertation au sein de laquelle ils sont réunis.

 

LIRE AUSSI: Colloque scientifique ‘’10 janvier : Et après ?’’ : La problématique des chefferies traditionnelles et de la gouvernance au Bénin

 

La Commission chargée de l’élaboration des textes sur la Chefferie traditionnelle en République du Bénin a été installée le vendredi 29 mai par le chef de l’État Patrice Talon. Elle est composée de dix-sept membres (17) dont deux femmes.

Liste des préoccupations formulées :

« a- La création, au sein du Parlement, de la Chambre des nationalités composée de représentants des rois et dignitaires traditionnels, et qui aura pour mission de contrôler la conformité des lois votées par les députés de l’Assemblée nationale avec les valeurs positives de nos traditions ;

b – La création d’une juridiction de droit traditionnel depuis le village jusqu’au sommet ;

c – La reconnaissance par l’État des rois, chefs de terre, Chefs de couvents, Devins comme administrateurs et juges locaux et dûment payés à cet effet par les soins et fonds de l’État ;

d – La reconnaissance par l’État des groupes de chasseurs de diverses contrées du pays ainsi que les brigades de jeunes (Donkpè dans certaines contrées) comme structures légales contribuant à la sécurité publique et leur rémunération subséquente dans le cadre de la sécurité publique et de défense du territoire ;

e – La reconnaissance par l’État des cabinets et cliniques des tradithérapeutes et guérisseurs comme établissements de soins de santé légaux et partie intégrante de la médecine officielle au Bénin soutenus et subventionnés pour leurs activités ;

 

LIRE AUSSI: Vodun, religion, divinités…Les concepts de la discorde

 

f- La Reconnaissance de toutes les langues nationales comme langues officielles d’instruction et d’administration dans leurs terroirs:
-Leur usage obligatoire à tous les niveaux de l’Administration de notre pays dans leurs terroirs respectifs ;
-L’instruction des enfants dans leurs langues maternelles, l’alphabétisation des adultes sur leurs territoires respectifs ;
-Le déploiement immédiat de précepteurs, payés par l’État, pour alphabétiser les Rois, reines, dignitaires, intellectuels traditionnels dans leurs langues maternelles sur leurs territoires respectifs pour la transcription du patrimoine à eux légué ;

g- La protection et la promotion du patrimoine national (économique, culturel, historique). »

Abomey, le 04 juin 2022

Le Comité de Suivi de la Concertation

Laisser un commentaire

Top