Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Cheick Dora Diarra, acteur politique malien : « La jeunesse qui est aujourd’hui plus impliquée est la jeunesse intellectuelle, bourgeoise et opportuniste »

Cheick Dora Diarra, acteur politique malien : « La jeunesse qui est aujourd’hui plus impliquée est la jeunesse intellectuelle, bourgeoise et opportuniste »

Cheick Dora Diarra, homme politique malien‚ candidat malheureux aux élections législatives de mars 2020 exhorte les jeunes à s’intéresser à la politique‚ à adhérer aux partis ayant de réelles idéologies favorables à « l’intérêt des travailleurs et de la masse laborieuse ».

Propos recueillis par Arnauld KASSOUIN (Coll.)

Bénin Intelligent : La politique est beaucoup plus considérée comme une affaire de corrompus. Quels sont les raisons qui justifieraient cette perception selon-vous ?

Cheick Dora Diarra : La politique est considérée comme une affaire de corrompus. Hélas ! Quand on connaît le sens réel et la définition de la politique on peut être choqué face à de telle perception. Mais ce n’est nullement un hasard. Puisque ce sont des propos inspirés de différentes expériences et pratiques qui découlent de quelques actions de certains hommes politiques. Le problème de la démocratie, c’est que, ce n’est qu’aux mains des beaux parleurs que le pouvoir est donné. C’est bien malheureux. À ce titre, l’on comprend mieux une des citations de Jean-Jacques Rousseau qui instruit sur le fait que la démocratie ne peut être bien menée et gérée que par des “Dieu”. C’est pour cela que faire la politique c’est s’apprêter à surmonter des difficultés. Parce-qu’en politique, il faut mentir, tricher et tromper. Tout çà juste pour que le peuple puisse être amené à nous suivre. Et de là il est compréhensible que tous ceux qui ont du dégoût pour le mensonge, la trahison, la traîtrise puissent considérer la politique comme une affaire de corrompus.

En Afrique, les jeunes ont tendance à se désintéresser de la chose politique. Pourquoi ?

Ce sont les citoyens qui se désintéressent de la chose politique. Ils le font à cause du manque de culture politique. Aussi, les citoyens ne savent pas faire le lien entre les difficultés qu’ils rencontrent et la gestion du système politique au pouvoir. S’ils le savaient, les choses auraient changé depuis un certain temps. Quant à l’implication de la jeunesse dans la politique, en Afrique, nous avons plusieurs jeunes qui sont présents dans de grandes instances de prise de décisions. Au Mali nous en avons connus. D’abord, les débats ayant pour thème la nécessité d’impliquer les jeunes en politique est un piège pour l’Afrique. Parce-qu’il y a des jeunes qui n’ont pas de bonnes intentions. Mais il urge quand même de rappeler qu’il y a des jeunes qui millitent dans des partis, qu’il y a des jeunes qui sont dans des associations de défense des droits de l’homme et autres.

Est-il important pour la jeunesse de s’impliquer dans la chose politique ?

La jeunesse africaine doit s’impliquer davantage dans la chose politique. Et surtout la jeunesse laborieuse, ouvrière, et la jeunesse paysanne. Sinon la jeunesse qui est aujourd’hui plus impliquée est la jeunesse intellectuelle, bourgeoise et opportuniste. Tout le problème de l’Afrique se situe à ce niveau. Parce qu’une fois que la jeunesse intellectuelle accède à des niveaux plus élevés, elles ne défendent que des actions qui leur profitent.

Comment pourra-t-elle redonner blason ?

La jeunesse actuelle doit chercher à s’informer. Elle doit s’informer pour comprendre qu’il y a un lien subséquent entre leurs activités et la chose politique. Elle doit comprendre que la pauvreté, le chômage et autres ont des solutions politiques. Aussi, elle doit adhérer à des partis politiques. Il n’est point question des partis qui défendent leurs intérêts égoïstes. Mais plutôt des partis dont l’idéologie est connue. Elle doit adhérer à des partis qui luttent pour l’intérêt des travailleurs et de la masse laborieuse. Sans oublier bien sûr qu’elle doit avoir pour ambition d’occuper de grands postes.

Les jeunes, les femmes sont dans des partis politiques. Pourtant leur voix porte peu. Pourquoi ?

Leur voix ne porte pas peu. Parce qu’ils sont des jeunes. Mais plutôt à cause des partis dans lesquels ils se sont mis. Quand on est dans un parti où il n’est question que de l’intérêt, on ne peut espérer là que ce parti évolue.

Dans un régime démocratique, le peuple doit être placé en amont et en aval de l’action politique. Mais en Afrique le constat est tout autre. Comment cela s’explique-t-il ?

Le peuple africain n’a pas encore compris son rôle. Il ne sait pas qu’il a un poids énorme. C’est pour cela qu’après avoir donné le pouvoir à un dirigeant, il appelle encore au secours pour demander de l’aide.

One thought on “Cheick Dora Diarra, acteur politique malien : « La jeunesse qui est aujourd’hui plus impliquée est la jeunesse intellectuelle, bourgeoise et opportuniste »

Laisser un commentaire

Top