Vous êtes ici
Accueil > Actualité > [DÉCOUVERTE]‘’Chœur de l’unité béninoise’’ : Une chorale mixte, « valeur du Bénin »

[DÉCOUVERTE]‘’Chœur de l’unité béninoise’’ : Une chorale mixte, « valeur du Bénin »

Chorale mixte "Choeur de l'unité béninoise

Des fidèles issus de différentes dénominations religieuses forment et animent au sein d’une même chorale ! Telle est la particularité du ‘’ Chœur de l’unité béninoise ’’. Cette chorale mixte a animé le 18 avril, lundi de Pâques, la rencontre sur « la liberté religieuse » initiée par l’Église de Jésus-Christ, des Saints des derniers jours à son siège à Godomey. Wilfried Agbélété, chef de cœur et directeur, parle de sa création et son fonctionnement depuis neuf ans.

Propos recueillis par Sêmèvo Bonaventure AGBON

 

Bénin Intelligent : Comment le ‘’ Chœur de l’unité béninoise ’’ a-t-il été constitué ?

Wilfried Agbélété, chef de cœur : L’idée est venue de la Fédération africaine de musique chorale sise à Lomé (Togo), fédération à laquelle le Bénin appartient. Nous étions en assemblée générale en 2013 quand l’idée est venue de créer des chœurs dans chaque pays membre. Nous avions la chance d’être présent et la création de ce chœur nous a été conviée. Ainsi, de retour au Bénin nous avons lancé notre initiative, lancé des recrutements, des tests.

 

LIRE AUSSI: Dialogue interreligieux : Musulmans, chrétiens et vodunsi unis à la Pâques

 

De nombreux choristes se sont présentés à nous et ont exprimé leur volonté d’exceller dans la musique chorale. Notre objectif c’était de recruter tous ceux qui ont la volonté de travailler leur voix, de la mettre en valeur. Nous avons organisé des tests régulièrement et ceux qui sont retenus nous les avons conviés puis nous avons démarré les activités.

Ce chœur existe au Bénin, et également au Togo, Ghana, Nigeria… Nous avons créé le chœur du Bénin en 2013, soit neuf ans en décembre prochain. Nous avons participé à plusieurs festivals. Comme c’était déjà l’initiative de la Fédération africaine de musique chorale, nous sommes représentés à toutes ses assises et nous exécutons les chants de chez nous. Nous faisons la valeur du Bénin à l’extérieur en chantant les rythmes locaux : du Zinli, Agbaja, Ajogan, Achikpe, etc. Nous faisons aussi les rythmes modernes, notamment le classique. Le chœur fait son petit bonhomme de chemin.

Quelles sont les dénominations présentes dans ce chœur ?

Nous avons dans ce chœur des fidèles de l’Église Pentecôte de la foi, des Assemblées de Dieu du Bénin, du Christianisme céleste, l’Église protestante méthodiste du Bénin…Il y a aussi des membres qui n’appartiennent à aucune Église et qui sont avec nous. Ils ont envie de chanter et nous les avons acceptés. Nous veillons beaucoup au vivre en communauté, au savoir-faire et au savoir-être.

Comment se passe la vie à l’interne ? Y a-t-il l’harmonie ?

C’est ce que je disais en parlant de savoir-vivre et de savoir-faire. Nous mettons en valeur ces deux expressions. Il est vrai que nous n’émanons pas de la même église mais nous ne parlons pas « églises » au niveau du chœur. Nous faisons des prières au début des répétitions, chacun peut aussi prier à sa manière. Mais quand nous commençons les répétitions nous ne parlons plus d’églises.

Quant au savoir-vivre : nous sommes des humains, la relation entre homme et femme nous y veillons également. Il ne faudrait pas qu’on dise : parce que nous ne parlons pas d’église, il faut faire du désordre. Nous y tenons vraiment. Il nous est arrivé de renvoyer des membres pour comportements déplacés.

Quelles sont les occasions au cours desquelles vous prestez ?

Nous avons plusieurs centres d’intérêt. Nous organisons nous-mêmes des concerts. Hier [dimanche 17 avril, ndlr] nous avons organisé un que le chœur a animé. Nous acceptons aussi les invitations. Si on nous invite à des séminaires, nous pouvons y aller. Nous inviter aussi pour les mariages, nous acceptons. Toutes ces invitations nous acceptons, nous sommes prêts.

 

LIRE AUSSI: Décès d’une grande figure Vodun : Sossa Guèdèhounguè, 20 ans après

 

Comment se passent les répétitions du Chœur de l’unité béninoise ?

Nous répétons une seule fois par semaine pour le moment s’il n’y a pas un événement. S’il y en a nous multiplions les répétitions afin de répondre efficacement à l’invitation.

Vous êtes au nombre de combien au sein du chœur ?

Actuellement nous faisons un effectif d’environ une quarantaine. Tout le monde n’est pas là parce que c’est une invitation particulière. Nous avons tenu compte du cahier de charge de ceux qui nous ont invités et nous avons fait une sélection en fonction.

Avez-vous participé à des compétitions ?

Pour le chœur, non. Nous évitons un peu les compétitions. Mais si nous constatons qu’il s’agit d’une compétition sérieuse nous pouvons y participer. Parce que souvent les compétitions détruisent les groupes même si elles forment aussi. La probabilité qu’elles détruisent est plus forte. Si les choristes ne sont pas mûrs mentalement ils vont revenir d’une compétition et abandonner la chorale.

Nous évitons au maximum les compétitions. Nous pouvons animer un festival, d’accord, mais des compétitions, non.

Merci.

Laisser un commentaire

Top