Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Colloque sur les quatre centenaires de Dako Donou : D’autres faces du règne glorieux de Dako Donou

Colloque sur les quatre centenaires de Dako Donou : D’autres faces du règne glorieux de Dako Donou

Après le lancement officiel des travaux par le professeur Placide Cledjo, directeur de l’École doctorale pluridisciplinaire, espace‚ culture et développement de l’Université d’Abomey-Calavi, le colloque sur les 400 ans d’accession au trône du roi Dako Donou s’est poursuivi avec plusieurs communications.

Par Donatien Fernando SOWANOU (Stag.)

La diversité de langues est la grosse surprise et particularité de ce symposium international. La langue nationale « fongbé » et le français ont été autorisées pour passer les communications.

Le décor a été planté par Dah Tognidi Guezo. Il a entretenu les participants sur le thème « Dako Donou et l’institution du système centralisé de gouvernance politique au Danxomè ».

 

LIRE AUSSI : Dako Donou, 1er roi du Danxomè : La Cour de Houawé persiste‚ « il y a une velléité de nier une histoire de plus de 300 ans »

 

De son exposé on retient que le roi Dako Donou a conquis plusieurs localités et y a installé ses enfants, des fermiers et ses sujets. « C’est alors qu’on retrouve à Dokpa-Tognizan, Ahouaga-Zinsoudevi , Vodounhe, Avogbanan, Adjahou, Soglogon-Tanzo, Tindji ainsi que d’autres localités conquises après qu’il ait réussi à éliminer le chef suprême du nom de Yègbè »‚ a expliqué Dah Tognidi Guezo.

Plusieurs activités ont été menées sur ces territoires‚ notamment des activités agricoles (palmier à huile, une intense culture du sorgho) et économiques qui ont été au cœur du développement de l’expansion de son autorité politique.
« Le roi Dako Donou est un génie qu’a envoyé le Dieu tout puissant au Danxomè. »‚ estime Fortuné Godotaou.

 

LIRE AUSSI : Colloque sur le quatre centenaires de Dako Donou : Réécrire l’histoire d’un roi peu ou mal connu

 

De son côté, en développant le thème « Houawé-Danxomè et la logique de l’unicité territoriale : et Houawé engendra le Danxomè » celui-ci apporte une importante clarification en insistant sur le fait que sans Houawé, le Danxomè n’est rien. La base, le socle du vrai Danxomè est à Houawé. Selon lui, la mise au point est impérieux en ce sens qu’il compare Houawé et le Danxomè a une science divinatoire. « Si le Danxomè était un “Abiku“ son “Tchaolo” serait chez Houawé » soutient Fortuné Godotaou.

Des communications comme « Le rituel du Gandaxi dans le Danxomè et la place de Houawé » de Dah Gnansounou Aligbonon et « La chefferie de Houègbo Djodigon sous le Roi Dako Donou » de Théonace Dokpe ont clôturé les déballages des interventions.
La conférence en plénière a été modérée par le professeur Thierry Azonhe avec comme rapporteur Dr. Carine M’baidoloum.

Laisser un commentaire

Top