Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Conflit entre éleveurs et agriculteurs à Kandi : Les acteurs sensibilisés

Conflit entre éleveurs et agriculteurs à Kandi : Les acteurs sensibilisés

Le Chef du troisième arrondissement de Kandi, Moustapha Imorou, et le Procureur du Tribunal de première instance de Kandi, Jacques Fiacre Azalou Tokpassi, ont échangé avec les agriculteurs et les éleveurs des villages de Podo et de Alafiarou le samedi 25 juillet dernier. Cette séance d’échanges et de sensibilisation qui s’est tenue au niveau de l’école de Alafiarou a permis aux populations de mieux comprendre les dispositions des textes relatifs à ces conflits.

Par Ludovic A.

Cette séance de sensibilisation fait suite aux différents conflits par rapport aux problèmes domaniaux enregistrés le plus souvent entre les agriculteurs et les éleveurs dans le troisième arrondissement de Kandi. C’est donc pour freiner ce danger qui ne cesse de faire des morts dans les deux camps, que le Chef du troisième arrondissement de Kandi Moustapha Imorou et le Procureur du Tribunal de Kandi Jacques Fiacre Azalou Zalou Tokpassi, ont échangé avec les agriculteurs et les éleveurs des deux villages. L’objectif principal est “zéro violence due aux conflits de terre entre agriculteurs”. Pour cela, le rappel des dispositions légales sur les conflits domaniaux notamment les conflits entre éleveurs et agriculteurs a été l’un des points forts de la séance. La vente illégale d’engrais chimiques a aussi fait l’objet d’un débat. À ce niveau, le Procureur est allé direct en martelant que c’est sans pitié si un individu se fait prendre avec de l’engrais illégalement obtenu. Cette séance de libres échanges qui a regroupé tous les délégués, les élus locaux et beaucoup d’autres personnes des deux villages au niveau de l’école de Alafiarou, a permis aux populations de mieux comprendre les dispositions des textes par rapport aux conflits et à la vente illégale d’engrais. Le Procureur du tribunal de Kandi, Jacques Fiacre Azalou Tokpassi a insisté sur le fait qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Les messages des autorités étaient d’exhorter chaque acteur à la patience pour qu’ils puissent vivre pacifiquement avec une cohabitation plus aisée. Les acteurs des deux parties ont pris l’engagement de changer leur comportement car nul ne doit se rendre justice. La sensibilisation va continuer de s’intensifier aussi sur la transhumance et le respect des couloirs de passage afin de minimiser l’aspect dangereux de ce conflit tant dans la commune de Kandi 3 comme dans tous les autres arrondissements.

Laisser un commentaire

Top