Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Consultations pour susciter des candidatures : “C’est du faux ! Le Fâ n’est pas du théâtre” (Dah Djissa)

Consultations pour susciter des candidatures : “C’est du faux ! Le Fâ n’est pas du théâtre” (Dah Djissa)

Dah Djissa, président des Bokonon du Bénin est choqué et indigné par ce qui n’est à ses yeux, qu’une manœuvre d’affamés. Une voix, pas des moindres donc, qui vient ainsi désapprouver l’attitude de ceux qui ”utilisent” le Fâ pour encourager tel ou tel à être candidat à la présidentielle de 2021.

Par Sêmèvo Bonaventure AGBON

Peut-on consulter le Fâ pour susciter ou savoir si telle personne est habilité à briguer la magistrature suprême ? S’il ne tient qu’à l’actualité de ses derniers temps, l’affirmative l’emporte. D’Allada à Ouidah en passant par Abomey-Calavi et ailleurs, plusieurs séances de consultations du Fâ ont en effet été organisées, les unes contredisant les autres. A Patrice Talon qui a promis de faire un mandat unique ”à titre personnel” comme une “exigence morale”, la plupart des signes révélés annonce, selon les Bokonon, que le boulevard lui est libre pour un second mandat. Initiées par des partisans du chantre de la Rupture, les premières consultations n’ont pas tardé à être remises en cause par celles des opposants qui annoncent globalement que les ancêtres sont fâchés et recommandent au compétiteur-né de respecter sa parole de faire un seul mandat. Genre ”Fâ contre Fâ”.

Tout cela est aberrant aux yeux de Dah Djissa, chef suprême de tous les Bokonon du Bénin suivant l’histoire. Reçu sur une station radio, le Bokonon, 1er ministre du royaume d’Abomey n’a pas hésité à conclure que “C’est du faux !”. Il rectifie qu'”On ne peut jamais consulter le Fâ pour dire que Jean va être candidat”. Il faut plutôt “laisser Jean” le faire de lui-même. “On ne peut jamais consulter pour susciter le candidat à lever la main. Comment on peut poser la question sur les noix ? Non ! C’est du faux ! Si leur ventre a besoin de nourriture, ils peuvent aménager un peu. On ne peut pas poser comme question sur un noix : Les ancêtres veulent-elles que telle personne rempile ?” a-t-il critiqué.
Par conséquent, il a appelé les auteurs à la repentance. Car leurs comportements n’honorent pas ce patrimoine respecté. “On ne peut pas jeter notre patrimoine par terre. C’est jeter notre patrimoine par terre. Le Fâ n’est pas un jeu. Le Fâ n’est pas du théâtre. Le Fâ du Danxomè est respecté dans le monde entier. Ce sont les faux Bokonon qui ne le respectent pas.”

Le cas d’Abomey

Qu’on suscite des candidatures sans mêler le Fâ, Dah Djissa n’y voit aucun mal. C’est d’ailleurs ce qu’à fait le palais royal d’Abomey qui a apporté son soutien à Patrice Talon pour la présidentielle de 2021. La cérémonie d’officialisation a été même faite hors du palais, pour signifier que le président est pour tous les Béninois. Dah Djissa insiste que le palais ne peut jamais être impliqué dans une telle démarche. ” Nous nous avons suscité la candidature de Patrice Talon au niveau du palais royal d’Abomey. On n’a pas consulté le Fâ. Ce n’est pas une consultation du Fâ. On l’a suscité hors du palais, parce que le président est pour tous les Béninois”, a-t-il indiqué.
Au Bénin, tout Bokonon invoque obligatoirement Djissa, le tout premier Bokon de l’histoire du Danxomè. “C’est les Djissa qui ont amené le Fâ au Bénin”, a rappelé cet descendant qui est “sur le trône aujourd’hui”.

Laisser un commentaire

Top