Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Coopération bénino-japonaise : Les réalisations de la Ticad au Bénin

Coopération bénino-japonaise : Les réalisations de la Ticad au Bénin

Démarrée le mercredi 28 août, la 7ème Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (Ticad7) s’achève ce jour, vendredi 30 août à Yokohama au Japon. Le président Patrice Talon y participe activement et défend le drapeau béninois en vue de drainer des investisseurs vers le Bénin. Quelle est l’histoire de cette rencontre internationale et ses impacts déjà visibles au profit du Bénin ?

Par Sêmèvo B. AGBON

L’histoire de la Ticad, Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique remonte à l’année 1993. Elle était née dans un contexte de désintérêt des grandes puissances vis-à-vis du continent noir. A l’époque, en effet, les pays développés tournaient leur attention vers les pays de l’ancien bloc soviétique et avec la “lassitude des donateurs”, la communauté internationale montrait de signes de désintérêt vis-à-vis de l’Afrique et de son développement. C’est dans ce contexte que la première Ticad organisée par le Japon en coopération avec les Nations unies et l’Ong “Coalition mondiale pour l’Afrique”, a réuni à Tokyo 48 pays africains, dont 5 Chefs d’État et de gouvernement. La Déclaration de Tokyo sur le développement de l’Afrique, adoptée lors de la Ticad 1, a placé l’Afrique et son développement au centre de l’Agenda international.
Depuis 1993, la Ticad n’a certes pas cessé de connaître des changements, mais la cinquième édition tenue à Yokohama en 2013 a été historique dans l’évolution du processus. En ce sens qu’elle a accueilli pour la première fois de l’Union africaine en qualité de co-organisatrice de la conférence et a réduit le passage de la durée entre deux conférences de cinq à trois ans et enfin, la décision d’alterner l’organisation de la conférence entre le Japon et l’Afrique a été prise à cette occasion.
Ce qui a permis l’organisation, pour la première fois en Afrique à Nairobi au Kenya, en août 2016 de la Ticad 6. Dans la même logique, la prochaine Ticad, soit la huitième édition sera organisée en Afrique en 2022. Le Bénin est déjà candidat à son organisation.

Réalisations de la Ticad au Bénin

Comme montré supra, la Ticad est une grande conférence coorganisée par le Japon, la Commission de l’Union africaine (Cua), les Nations unies, le Bureau du Conseiller spécial pour l’Afrique des Nations unies (Un-Osaa), le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et la Banque mondiale. Chaque édition rassemble désormais les pays africains, les pays partenaires, les Organisations régionales et internationales, le Secteur privé et la Société civile.
La Déclaration et le Plan d’actions adoptés à chaque édition n’ont aucun caractère contraignant et leur mise en œuvre s’effectue par les différents acteurs (dont le Japon) en fonction de leurs centres d’intérêt. En conséquence, il est difficile de faire la distinction dans chaque pays africain entre les réalisations effectuées dans le cadre de la coopération ordinaire de celles de la Ticad. Le Bénin n’échappe pas à cette réalité. D’aucuns expriment cette situation en déclarant que la Ticad est un forum multilatéral avec une mise en œuvre bilatérale.
Cependant, on peut citer comme réalisations de la Ticad au Bénin : le Programme “African business education for youth” (Abe Initiative) lancé par le Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, lors de la Ticad 5 tenue à Yokohama au Japon, en juin 2015. Il s’agit d’une opportunité pour les jeunes Africains d’étudier un programme de Master dans une université japonaise en tant qu’étudiant international et de faire un stage en entreprise au Japon. Depuis sa mise en œuvre en 2014, environ 1200 jeunes africains de 54 pays, ont été accueillis au Japon dont seulement sept bénéficiaires du Bénin.

Ce qu’on attend de la Ticad 7

La 7ème édition de la Ticad organisée cette année, s’inscrit dans un contexte marqué par la prise de conscience générale de la nécessité de passer de l’aide au développement à l’appui à l’investissement du secteur privé pour accélérer le développement de l’Afrique. Une prise de conscience qui justifie le thème principal « Faire progresser le développement de l’Afrique en recourant aux peuples, à la technologie et à l’innovation ». Un thème qui a été examiné à travers trois piliers à savoir : accélérer la transformation économique et améliorer le climat des affaires grâce à l’innovation et à la participation du secteur privé ; promouvoir une société durable et résiliente ; et renforcer la paix et la stabilité.
Sans déroger donc à la tradition en cours depuis les précédentes éditions, les travaux de la Ticad 7 seront sanctionnés par l’adoption de la Déclaration et du Plan d’actions de Yokohama, censés traduire l’engagement du Japon et des autres acteurs bilatéraux, multilatéraux pour le développement de l’Afrique. Le caractère non contraignant de ces deux documents, déplore-t-on, constitue une limite à leur portée.

2 thoughts on “Coopération bénino-japonaise : Les réalisations de la Ticad au Bénin

  1. On attend le reportage des différents panels des participants du secteur privé et la Société civile. S’il vous plaît

Laisser un commentaire

Top