Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Coronavirus au Bénin : Un deuxième cas détecté (Talon confine, mais ne ferme pas)

Coronavirus au Bénin : Un deuxième cas détecté (Talon confine, mais ne ferme pas)

Des informations obtenues par notre rédaction, un deuxième cas de coronavirus a été détecté au Bénin. Il s’agit d’une Allemande.

Face à cette actualité, le gouvernement n’est plus souple dans la prévention du coronavirus. En témoigne les qualificatifs ‘’obligatoire, strict, systématique’’ employés par le gouvernement pour énumérer des mesures, hier mardi 17 mars lors du conseil des ministres exclusivement consacré à la pandémie. Visiblement, il les autorités ne veulent pas laisser les choses empirées au Bénin avant de prendre le taureau par les cornes. Entre autres mesures drastiques édictées, la « limitation à l’extrême nécessité des entrées et sorties aux frontières terrestres de notre pays. Seules les traversées indispensables seront autorisées en liaison avec les autorités des pays voisins ; la restriction de la délivrance des visas d’entrée au Bénin ; la mise en quarantaine systématique et obligatoire de toute personne venant au Bénin par voie aérienne ; la suspension de toutes les missions à l’extérieur du pays pour les membres du Gouvernement et pour les cadres de l’administration publique, sauf en cas d’urgence absolue ; la suspension des préparatifs du pèlerinage à la Mecque en cohérence avec les dispositions prises par les autorités saoudiennes ; l’obligation pour les transporteurs en commun de doter leurs employés ainsi que les passagers en masques ou bavettes appropriés, et de respecter les distances de sécurité sanitaire entre occupants ; la recommandation aux personnes éplorées de limiter au strict minimum les obsèques de leurs défunts et de différer les manifestations subséquentes ; et la recommandation aux responsables religieux de faire respecter, lors des cultes, la distance de sécurité sanitaire d’au moins un mètre entre fidèles, d’éviter les poignées de mains, les accolades et tous autres gestes contaminants.

Par Sêmèvo B. AGBON

Laisser un commentaire

Top