Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Corruption dans les entités de formation: Les leçons du cas de l’ex Ensta de Djougou

Corruption dans les entités de formation: Les leçons du cas de l’ex Ensta de Djougou

Le rapport de la commission chargée de vérifier les dénonciations de détournement des frais de scolarité à l’ex Ecole nationale supérieure des Sciences et techniques agronomiques de Djougou est prêt. Après examen de ce rapport lors du conseil des ministres du mercredi 12 février dernier, les membres du gouvernement ont constaté que seules les dénonciations de détournements de frais de formation sont fondées.

Par Raymond FALADE

Il y a eu de détournements de frais de formation à l’ex Ecole nationale supérieure des Sciences et techniques agronomiques de Djougou. C’est ce qu’il ressort du rapport de la commission chargée de vérifier les dénonciations de détournement des frais de scolarité dans ladite école. Selon ce rapport, il s’est avéré que les faits ont été commis par les sieurs Hippolyte Ogoutehibo et Abdel Aziz Osseni, respectivement chef de la Division de la scolarité et comptable de l’Ecole au moment des faits. Les contrôles effectués ont permis de mettre à la charge du premier, la somme de quatre millions cinq cent cinquante mille (4.550.000) FCfa. Quant au second, il devra rembourser la somme de trois millions neuf cent quarante-huit mille sept cent-cinquante (3.948.750) Fcfa. Prenant acte de ce rapport, le conseil a instruit les ministres compétents de mettre en débet les mis en cause et de suivre la procédure judiciaire en cours.

Pour rappel, ces malversations financières ont été découvertes suite à des présomptions de délivrance de fausses attestations de diplômes et de détournement de frais de formation signalées en décembre 2018 par des étudiants de ladite école. Ainsi, le ministre de l’Economie et des finances pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire avait chargé l’Inspection générale des finances de procéder aux vérifications requises. Les vérifications ont révélé des faits avérés de malversations financières portant sur plus de 8 millions de francs Cfa. Le mode opératoire des mis en cause est d’user de plusieurs manœuvres dont la falsification de quittances de paiement des frais de formation à la banque et d’exercer des pressions sur des étudiants pour les amener à leur remettre les fonds destinés au règlement des frais de formation. Cette révélation relance le débat sur la dénonciation des actes de corruption dans les différentes structures étatiques pour décourager les auteurs.

Pour prévenir la survenance de détournement de deniers publics au niveau des entités de formation, il sera élaboré et mis en application, le manuel de procédures de gestion des inscriptions et des activités académiques dans les entités universitaires.

Laisser un commentaire

Top