Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Cosi-Bénin, “le cheval partant et gagnant” : Ce qu’elle fera au lendemain des élections professionnelles

Cosi-Bénin, “le cheval partant et gagnant” : Ce qu’elle fera au lendemain des élections professionnelles

Le 24 janvier prochain aura lieu la 3e édition des élections professionnelles au Bénin. La Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin) qui jusque-là reste l’une des grandes forces syndicales au Bénin entend ratisser large pour lesdites élections. Ses forces, son bilan, ses valeurs, ses propositions, ses futurs combats… présentés, mercredi 13 janvier par le secrétaire général Noël Chadaré  lors du lancement officiel de la campagne, lui donnent une longueur d’avance sur les autres.

Par Raymond FALADE

Dans son discours de lancement, le secrétaire général de la Cosi Bénin a rappelé que les dernières élections professionnelles au Bénin datent de 2006. Mais ce n’est qu’en 2012 qu’il a eu le privilège d’accéder à la tête de l’organisation. À l’époque, la Cosi-Bénin ne comptait que 39 syndicats. Mais aujourd’hui, grâce au dynamisme, à la détermination et à sa méthode de ”syndicalisme constructif et de développement”, elle en compte plus de 130. Ce qui lui a permis de se consolider ‹‹par de nouveaux syndicats de qualité et a élargi ses bases dans le secteur privé››. Pour les prochaines élections professionnelles, la Cosi-Bénin ‹‹a été renforcée par la Centrale des syndicats leaders du Bénin (Cslb) dirigée par Maxime Agossou-Ve et le Synecob, le plus grand syndicat des Ace 2008 de l’enseignement primaire de Jean-Pierre Koukou››. ‹‹Avec ces multiples atouts, la Cosi-Bénin est potentiellement très forte pour aborder la toute prochaine échéance électorale avec des chances véritables de victoire, de succès›› s’est réjoui Noël Chadaré sous les ovations de l’assistance. Mais pour y arriver, ‹‹les militants de tous les syndicats affiliés doivent accomplir leur devoir en votant effectivement pour la Cosi-Bénin››, a-t-il exhorté. La survie de la confédération mais aussi et surtout de ses syndicats de base en dépend. Les militants ont donc le devoir ‹‹de convaincre les indécis afin qu’ils votent et fassent voter la Cosi-Bénin qui est une force syndicale dynamique, crédible, prête à toujours servir les travailleurs de tous les secteurs››, a renchéri le Secrétaire général de l’organisation.

Les arguments ne peuvent manquer pour convaincre les travailleurs. ‹‹car, c’est sous le leadership syndical de grandes figures emblématiques de la Cosi-Bénin, aussi bien à la tête du Front d’actions des syndicats de l’éducation que de l’Intersyndicale des ressources humaines en santé que les enseignants et les agents de santé, à des moments cruciaux de l’histoire des luttes syndicales, ont remporté des victoires éclatantes, contribuant ainsi à l’amélioration significative des conditions de vie et de travail dans ces secteurs sus-cités››.

Ce que fera la Cosi-Bénin au lendemain des élections

La Cosi-Bénin dispose d’une feuille de route bien établie qu’elle mettra en œuvre dès le soir du 24 janvier prochain. Revêtue alors d’une nouvelle légitimité, elle aura pour revendications, entre autres, l’évaluation des réformes du pouvoir de la Rupture au plan social; l’augmentation du Sming et du point indiciaire ainsi que la hiérarchisation des salaires pour le mieux-être des travailleurs; le payement effectif des rappels aux ayant-droits; l’application effective des statuts particuliers des agents des collectivités locales ; le règlement des problèmes de carrière des agents publics des différents secteurs ; la mise en œuvre de l’avancement automatique et l’effectivité du payement à l’indice réel.

C’est pourquoi le secrétaire général de la Cosi-Bénin a invité ses camarades à ‹‹voter massivement la Cosi-Bénin le 24 janvier 2021 afin d’exprimer notre gratitude à cette confédération qui a une tradition légendaire de combats fructueux››.

Par ailleurs, il a exhorté les responsables syndicaux à éviter de répondre aux provocations, aux injures d’où qu’elles viennent et de ne pas abreuver à la source de la calomnie, de la médisance tout au long de cette campagne.

À cette cérémonie qui s’est déroulée à la Bourse  du travail à Cotonou, les secrétaires généraux honoraires José de Souza et Georges Kakaï Glèlè, les porte-paroles des anciens secrétaires généraux et personnes ressources des bureaux exécutifs confédéraux, les secrétaires généraux des fédérations, les secrétaires généraux des Cellules de coordination départementale, les secrétaires généraux des syndicats de base affiliés… ont pris la parole pour témoigner leur soutien à la Cosi-Bénin.

Laisser un commentaire

Top