Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Cour constitutionnelle : La haute juridiction retrouve le confort

Cour constitutionnelle : La haute juridiction retrouve le confort

Le président de la Cour constitutionnelle Joseph Djogbénou a reçu, lundi 1er mars des mains du ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Tonato, les clés du siège rénové de son institution. D’un coût global de plus de 2 milliards de Fcfa, le joyau réceptionné est d’une superficie de 4300 m².

Par Raymond FALADE

Ayant constaté l’état de dégradation très avancé du siège de l’Institution et des conditions inconfortables de travail de la Cour constitutionnelle, le ministre du Cadre de vie et du développement durable a « pensé, dans l’alignement avec la politique générale de construction des infrastructures administratives et en attendant la construction du siège de la Cour constitutionnelle à Porto-Novo, qu’il était nécessaire d’améliorer substantiellement les conditions de travail des Sages et du personnel». Ainsi, le gouvernement a pris la décision de lancer un projet de rénovation et d’extension de l’ancien siège de cette institution qui a duré 12 mois.

Le siège rénové est composé d’un bâtiment principal mis à neuf et abritant les membres de la Cour, le cabinet du président, les bureaux du vice-président et des conseillers, du directeur de cabinet, la salle des audiences publiques, la salle de délibération, la salle des archives, l’infirmerie, le poste de sécurité et un parking de 8 véhicules. A cela s’ajoute l’ensemble des autres bâtiments qui ont, eux aussi, été rénovés. « Aujourd’hui, la Cour a, en plus de tout ce qui a été cité, 3 complexes pour les Secrétaires généraux, un complexe pour la direction administrative, 10 bureaux directeurs, 19 bureaux collaborateurs, un service d’informatique, une salle de réunion, des salles de dépouillement, des salles de documentation, une cuisine, un réfectoire (…) pour permettre aux membres de la Cour de dormir ici en cas de besoin » a expliqué le ministre José Tonato.

Le président de la Cour constitutionnelle Joseph Djogbénou a remercié au nom des membres de son institution, le président Patrice Talon et son gouvernement « d’avoir fait en sorte que le cadre de vie et de travail des membres de l’Institution constitutionnelle soit amélioré ». Il dit prendre acte de ce que, quoi que confortable et amélioré, le siège définitif reste à Porto-Novo et que les dispositions sont prises pour que l’entretien de ce joyau rénové soit facile. « J’engage la Cour constitutionnelle à assumer sa part d’obligation dans l’entretien de ces lieux », a-t-il laissé entendre.

Pour Joseph Djogbenou, la rénovation et l’extension du siège de la Cour sont dues à la modification du règlement intérieur de la haute juridiction en matière constitutionnelle qui permet à cette Institution d’être ouverte au public et les débats d’être rendus publics. Les citoyens ayant commencé par investir la Cour constitutionnelle, il fallait un cadre plus approprié, une salle d’audience publique baptisée au nom de Monseigneur Isidore de Souza. C’est aussi une manière d’expression du renforcement de l’Etat de droit en facilitant l’accès à cette institution aux populations et en permettant aux sages et à leurs personnels de s’acquitter convenablement de leur mission. En donnant le nom du prélat à l’une de ses salles d’audience, la Cour et la nation honorent celui qui a pesé dans l’avènement de la démocratie béninoise en 1990.

Laisser un commentaire

Top